Que mettre dans votre dossier de websérie ?

Que mettre dans votre dossier de websérie ?
Que mettre dans votre dossier de websérie ? - © Tous droits réservés

Notes d'intention, budget, interactivité... la liste des éléments à remettre pour répondre à un appel à projets semble exhaustive... et elle n'est pas toujours claire ! Vous vous demandez que détailler dans votre budget ou dans votre scénario ? Quels tons sont permis ? Ces quelques explications pour vous guider dans votre démarche.

Vous écrivez des histoires, vous voulez créer votre websérie, et vous souhaitez répondre à l'appel à projets que la cellule Webcréation a lancé la semaine dernière ? Mais vous avez l’impression que le cahier des charges vous donne trop d'infos... et en même temps pas assez ! Quelques explications pour comprendre que cette procédure n'est pas créée seulement pour le plaisir... elle découle d'une logique. Voici ce que vous pouvez envoyer avant le 11 avril.

 

La trame générale et le synopsis de chaque épisode

En soi, vous résumez votre websérie en un ou plusieurs paragraphes. Ensuite, vous pointez un peu plus en détails les retournements et l’évolution de l’histoire au fil des épisodes. Cela permet de montrer que vous savez où vous voulez aller dans les faits et dans l'action.

La note d’intention

Si vous remettez un projet, c’est que vous souhaitez raconter une histoire. Alors, expliquez-nous : que souhaitez-vous faire passer, pourquoi ce récit-là, pourquoi ce personnage et dans cet environnement ? Dans quel contexte le concept est-il né ? Pour des raisons personnelles, parce que vous trouvez qu’on ne raconte pas assez d’histoires qui se passent à la campagne, qui mettent en avant des héroïnes fortes ? Parce que le projet est né d’une rencontre avec un auteur ou un acteur, ou vous êtes fasciné par le métier d’un ami ? Toutes ces raisons sont bonnes ! La note d’intention permet d’exposer votre démarche et la naissance de vos idées en tant que porteur de projet (que vous soyez auteur ou producteur). En général, si la genèse du projet est claire, la note d’intention ne fera pas plus d’une page de présentation.

Une bible

Maintenant que vous avez établi le pourquoi de votre projet, expliquez-nous le comment. Il s’agit ici de plonger le comité de sélection dans l’univers de votre websérie : qui sont les personnages, leurs traits de caractère, en quoi leur parcours professionnel et familial est-il significatif ? Quels rôles joueront-ils pour faire avancer l’histoire ? Où se passera-t-elle, majoritairement au bureau, sur un terrain de sport, sur un site de rencontre, dans une gare ? La bible permet de cadrer l’action et les interactions qui feront se déployer la narration. Souvent, les images sont plus parlantes que de longues descriptions : n’hésitez pas à ajouter quelques photos ou des références à d’autres fictions qui dépeindront instantanément l’ambiance de la websérie.

Une version dialoguée de l’épisode 1

Vous avez planté le décor dans la bible ; à présent, faites vivre vos personnages et le contexte dans lequel ils évoluent. Les protagonistes seront-il sarcastiques, indécis, poétiques, ou complètement flippants ? En toute logique, ce scénario de l’épisode 1 correspondra aux promesses annoncées au préalable : si la note d’intention ou la bible avance que la websérie traite de l’amitié sur un ton décalé et irrévérencieux, c’est le moment de mettre en pratique ce que vous voulez dire par là. Si vous avez déjà des idées précises de réalisation (prises de vue de paysage, ambiances sonores…), vous pouvez les ajouter au script.

Une note d’intention concernant l’interactivité

Le web permet une exploration originale : amusez-vous ! Comment les internautes pourront interagir avec la websérie autrement qu’en la visionnant de manière passive ? Comment enrichir le récit principal avec une narration parallèle ? Dans notre websérie Typique, par exemple, le personnage principal est présent sur les réseaux sociaux et interagit avec sa communauté ; le couple improbable Ludo et Eva ont une chaine YouTube qui a sa vie propre, tout en étant intégrée dans la websérie. Euh proposait une spin-off sur les grandes idées de Pascal le malabar. Ces différents dispositifs sont d’autant de portes d’entrée vers la websérie. Votre héroïne est fan de photographie, ou son petit frère est accroc aux jeux vidéos ? Elle aura donc peut-être un magnifique compte Instagram et lui sera membre actif sur les forums geek.

Une note sur les réseaux sociaux et l’activation des communautés

Nos productions naissent sur le web : ceci signifie qu’elles seront mises en ligne sur le site de la RTBF. Et elles vivront également sur différentes plateformes. Ce qui est bien avec les webséries, c’est que leur fantaisie s’adresse à des groupes de gens aux intérêts bien spécifiques. Additionnées, ces particularités toucheront une panoplie de personnes, qui auront davantage de plaisir à la visionner. Et si elle leur a vraiment plu, à la partager. Si on cumule toutes ces informations, combien de personnes potentielles verront passer les épisodes sur leurs réseaux sociaux ? Et quels genres de teasers comptez-vous créer pour les promouvoir ?

N.B. : Il ne faut donc pas confondre le matériel supplémentaire comme les bonus, les teasers ou les making of, qui permettront de promouvoir la websérie, avec l’interactivité, à savoir les récits qui viennent enrichir l’histoire principale et engagent les communautés à un autre niveau.

Budget estimatif et planning de production pour le pilote et pour la saison entière de la websérie

Voilà, votre projet a séduit le jury, qui aimerait vous offrir la chance de le financer. Mais encore faut-il qu’il soit réaliste. Si vous proposez un récit de science-fiction apocalyptique, ou d'explorateurs belges au Pérou, il y a peu de chance pour que les sommes allouées puissent couvrir vos frais, à moins que vous ne fassiez preuve d’une ingéniosité débordante. Votre tableau récapitulatif peut rester dans les grandes lignes, mais n’oubliera aucun poste. Ensuite, ce qui fonctionne sur 1 épisode peut parfois être encore optimisé sur 10 : les assurances, la location de matériel… c’est la raison pour laquelle nous demandons également un budget réaliste pour toute la saison.

Un producteur

Pas de panique si vous n’avez pas de boîte de production. Il existe des producteurs qui sont déjà actifs dans la webcréation en Fédération Wallonie-Bruxelles. Ensuite, certains producteurs actifs en dehors du domaine de la webcréation s’intéressent de plus en plus à la websérie et seront ravis de travailler avec vous. Armez-vous de votre enthousiasme contagieux!

Question fréquente : un ou plusieurs membres de l’équipe (acteur, scénariste, réalisateur…) ne sont pas belges, est-ce que je peux participer ?

Le producteur doit avoir son siège en Belgique francophone. Mais attention, votre histoire doit parler avant tout à un public belge. Soit elle sera ancrée dans la réalité de notre pays, soit elle sera universelle et s’adressera donc aussi à notre public. On évitera donc les récits imprégnés uniquement de références étrangères.

 

Une fois que vous avez rassemblé tous ces éléments, comment faire pour que, parmi les dizaines de dossiers que le comité de sélection parcourra, votre projet retienne son attention ? Comme on l’a assez répété, la websérie se distingue des autres formats par sa liberté totale de ton, de thématique, de format… Cette liberté vaut également pour sa présentation, donc n’hésitez pas à nous étonner avec votre originalité et votre audace ! N’oubliez pas : les émotions (l’humour, l’empathie, le frisson) laissent plus de traces qu’un long discours.

 

Enfin, on retient mieux les idées clairement énoncées. Donc si votre projet est limpide dans votre esprit, il vous sera plus facile de le communiquer. Souvent, mettre ses idées sur papier permet justement de les structurer et d’aller droit au but. Et souvent aussi, trop est l’ennemi du bien.

Retrouvez le cahier des charges avec tous les détails ici.

Bonne chance à tous !