Valérie Magis : "Nous ne sommes qu'à l'aube d'une toute nouvelle façon de produire et de créer."

Valérie Magis : "Nous ne sommes qu'à l'aube d'une toute nouvelle façon de produire et de créer."
Valérie Magis : "Nous ne sommes qu'à l'aube d'une toute nouvelle façon de produire et de créer." - © Tous droits réservés

Chaque semaine, nous vous proposons une interview d'une personne active dans le milieu de la webcréation. Le but est d'échanger avec les professionnels belges et étrangers du secteur afin de leur donner la parole sur leur vision de la webcréation. Cette semaine, rencontre avec Valérie Magis, productrice et auteure transmedia.

Pourquoi est-ce important de faire de la webcréation aujourd’hui ?

Grâce au net, tout un chacun a le pouvoir de communiquer à échelle mondiale en un seul clic. Dans ce contexte, tout un chacun a naturellement le pouvoir et l'envie de (se) créer, de se concrétiser, de partager et de participer plus ou moins activement aux activités (dans son sens le plus large) qui l'attirent. Ainsi, là où les programmes de télévision semblent s'essouffler et avoir du mal à se renouveler, le web permet toutes les audaces créatives, les innovations en matière de communication et les expériences interactives qui répondent aux besoins et envies des spectateurs d'être davantage impliqués et consultés dans ce qu'ils regardent. En tant que productrice et auteure transmedia, développer des projets de webcréation me donne la possibilité de sortir du carcan de la page A4, de creuser toujours plus loin la créativité interactive et de confronter directement les projets avec leur public (pour le meilleur et pour le pire, donc !). Bref, la webcréation offre toute la saveur d'un espace de réflexion dans lequel absolument tout est à créer.

Quel était ton objectif avec What The Fake, que souhaitais-tu faire passer ?

Dans ce contexte d'hyper-communication, il me paraissait intéressant de donner la parole à ceux qui, à la fois, stimulent le net tout en semblant être sous son influence : la génération Y, les Digitals Natives... bref, les ados. Car en effet, si on entend souvent parler des ados "accros du net" (par les médias, les psys, les responsables de l'éducation, etc.), on entend rarement ce public parler de lui-même et pour lui-même sur ses pratiques de communication au quotidien. Ainsi, l'objectif de WTFake était de donner la parole aux ados pour mieux les comprendre et moins les juger. Bref, d'établir un (petit) pont entre les générations qui découvrent le net, et celles qui sont nées dedans.

Pourquoi avoir eu envie de développer ce type de projet ? Pourquoi un projet pour le web (et non la tv) ?

Hormis les programmes de télé-réalité, la télévision n'attire plus particulièrement les ados qui lui préfère les contenus web qui les interpellent davantage. Par ailleurs, notons qu'il n'existe pas de programmes "ado" ou de plateformes spécifiques pour eux - entre les programmes 'jeunesse' (jusque 12 ans) et les programmes familiaux, la case "ados" semble en effet la grande manquante. Il semblait donc logique de créer un programme pour les ados, là où ils se situaient. Aussi, le but étant de leur donner la parole sur des sujets qui les regardent, il nous semblait doublement logique de créer un programme qui leur permettrait de (inter)réagir le plus directement possible... à savoir via le web.

Qu’est-ce qui te plait dans l’univers du web et des réseaux sociaux ?

L'idée que tout est à découvrir, à créer, à expérimenter et à tester... et à confronter de plein front avec son public.

S’il y avait une chose à retenir, qu’est-ce qui t’a le plus surpris de tes expériences en webcréation ?

Justement, que nous ne sommes qu'à l'aube d'une toute nouvelle façon de produire et de créer.

Quels sont les projets que tu as aimés et pourquoi ? Y a-t-il un projet développé par la cellule Webcréa de la RTBF qui t’a particulièrement plu ?

(Joker :-) Etant en plein congé de maternité et en train de courir dans tous les sens, je ne suis plus très à jour sur les programmes. Honte à moi :-P Mais, le trailer de "Euh" m'a vraiment bien fait rire !)

Valérie Magis est scénariste spécialisée dans les séries jeunesse telles que « Martine, Casper et le petit fantôme », « Caliméro » et « Tchoupi ». Ce public préscolaire est le plus friand de déclinaisons ludiques et interactives liées à ces séries-phares. Valérie s’est donc naturellement intéressée très tôt aux pendants transmédia de la production, ce qui l’a menée au webdoc « What The Fake ?! » et son documentaire participatif « Dans la toile d’un ado » (en développement). Aujourd’hui, en plus des pôles d’écriture français dans lesquels elle travaille en tant que scénariste, elle développe des jeux en ligne, se positionne comme script doctor et donne des séminaires sur l’écriture jeunesse et la construction transmédia.

A lire aussi :

Marine Haverland : "On est à une période charnière."

Patrick Séverin : "On travaille dans une ère de pionniers, d'expérimentateurs un peu fous, de création libérée."

Benjamin Hoguet : "Le plus intéressant sur les Internets, ce sont les gens"

Patric Jean : "Faire sur le web ce que l'on peut faire ailleurs en ajoutant quelques clics n'a aucun intérêt."

Arnaud Grégoire : "La webcréation est le laboratoire de ce que seront les médias demain"

Safia Kessas : "Les Racuspoteurs", le webdoc qui dit du mal pour se faire du bien

Damien Van Achter : "Investir dans la création numérique est plus que jamais indispensable !"

Dan Gagnon : "J’avais envie d’aller sur le web pour profiter de ce qu’il offre comme liberté."