Sur le tournage de "Boldiouk et Bradock"

Sur le tournage de "Boldiouk et Bradock"
3 images
Sur le tournage de "Boldiouk et Bradock" - © Tous droits réservés

Sélectionné lors de de notre dernier appel à projets pour la websérie, Boldiouk et Bradock clôture le tournage de son pilote qui fera face à ses trois concurrents pour le vote du public au mois de mai 2018.

Boldiouk est à la bourre ! Il a 24h pour terminer son scénario, sinon il est viré ! Sans compter ses dettes qui s’accumulent et ses créanciers qui s’impatientent. Il passe désespérément la nuit à essayer d’écrire. En panne d’encre, il part en acheter chez un antiquaire qui habite en dessous de chez lui. La porte de la boutique se retrouvant mystérieusement bloquée, Boldiouk doit passer par le toit. C’est là qu’il tombe nez-à-nez avec Bradock, un personnage fou, impulsif et imprévisible. De quel monde vient-il ?

Sous un soleil radieux et une température printanière, l'équipe de la websérie termine 4 jours intenses de tournage dans des décors très variés. Nous sommes à l'ancien charbonnage de Marcasse, à Wasmes (Hainaut) où se tournent des scènes improbables pour le pilote : course-poursuite avec des barbares, révélation sur la montagne (enfin, le terril), et incendies en tous genres...

Ce n'est pas la première fois que ce lieu très cinégénique est utilisé pour un tournage. Comme nous l'explique Nadine, la propriétaire, Kirk Douglas est venu ici en 1955 pour tourner "La vie passionnée de Vincent Van Gogh". En effet, c'est ici, en 1880, que le peintre est descendu dans le puits de la mine de charbon.

Mais il n'est pas question d’impressionnisme aujourd'hui, plutôt de "méta-fantastico-plouc" comme aime le rappeler le producteur Félix Colombani (La Belle Equipe Productions). Sur ce tournage, l'équipe se donne à fond, l'autre producteur, Toussaint Colombani endosse le rôle d'un méchant et gère son plateau entre les prises. "On a toutes les casquettes sur ce tournage, tout le monde est polyvalent."

Sur le plateau, tout le monde est conscient d'avoir beaucoup de chance avec la météo, même si cette petite vague de chaleur leur a donné du fil à retordre. "Hier, on devait tourner avec un poisson congelé", explique Félix Colombani. "Mais avec la chaleur, on a eu qu'une toute petite fenêtre de temps pour tourner plusieurs fois la scène avant que cet accessoire soit complètement inutilisable. On n'en avait qu'un..."

Pendant que les figurants barbares courent à travers les flammes et la fumée, les deux acteurs principaux, qui attendent leurs scènes, suivent d'un oeil attentif ces scènes de cascades. "C'est vraiment un super tournage," nous confirent-ils. "Quand tout le monde est compétent comme ça sur un plateau, c'est vraiment très confortable pour nous."

De notre côté, on ne doute plus de la motivation de l'équipe, depuis qu'on les a vus débarquer à Genève en stop pour venir défendre leur projet au Geneva International Film Festival. Une persévérance qui paye pour le moment, avant que le public ne décide du sort de "la websérie qui déchire" en mai.