"Récits de Tilonia", le webdoc sur ces femmes analphabètes futures ingénieures en énergie solaire

"Récits de Tilona", le webdoc sur ces femmes analphabètes futures ingénieures en énergie solaire
2 images
"Récits de Tilona", le webdoc sur ces femmes analphabètes futures ingénieures en énergie solaire - © Varial *Photography

A l’initiative de “mémoires médiatiques”, l’école de communication-journalisme IHECS (Institut des Hautes Etudes des Communication Sociales) envoie ses étudiants de première année de Master explorer les quatre coins du globe (ou du plat pays) en quête de reportages multimédia. Chaque année, ils sont quelques-uns à opter pour la solution web, soit construire un webdocumentaire en l’espace d’un an et demi. Rencontre avec l’équipe des “Récits de Tilonia”, le futur webdoc sur l’appropriation de l’énergie solaire dans les pays en voie de développement.

Que sont les “Récits de Tilonia” ?

Les "Récits de Tilonia", c’est un projet de webdocumentaire à l’initiative de cinq étudiantes de l’IHECS : Alexandra Deschamps, Julie Sacré, Olga Henrad , Doriane Manet et Athéna Lefebvre. “Récits” est un mot que nous avons spécifiquement choisi pour parler des femmes qui sont accueillies au Barefoot College, une école populaire en Inde qui forme en six mois des femmes venant des pays en voie de développement pour devenir ingénieures en énergie solaire. Elles apprennent à construire et réparer des panneaux solaires, à fabriquer un réseau électrique, etc.

Plutôt que de se concentrer sur l’expérience du Barefoot College, notre projet s’intéresse surtout aux parcours de ces femmes, souvent illettrées, et de l’émancipation qui résulte de la formation qu’elles reçoivent. “Tilonia” étant le nom du village où se trouve cette école.

 

Comment le projet est-il né ?

Après avoir entendu parler du Barefoot College dans un documentaire (“Urgence de ralentir”), nous avons directement développé un grand intérêt pour cette école qui nous semblait assez inédite.

Ce qui nous a le plus touchées dans cette initiative est sa manière d’enseigner. En effet, le Barefoot College a le don de démystifier un savoir généralement réservé à une élite. En Belgique ou en France, n’importe qui ne peut pas devenir ingénieur. Au Barefoot College, une femme illettrée peut le devenir en à peine six mois. C’est pourquoi nous nous pencherons sur cette forme d’enseignement horizontal ainsi que sur l’émancipation qui en résulte.

Pourquoi le choix du webdoc ?

On avait toutes des envies de médias différents. C’était un bon moyen de pouvoir concilier les envies de chacun : texte, photo, vidéo, son… Le webdoc nous a donc semblé être un medium idéal. Et puis, bien sûr, il y a le fait que ce soit une toute autre manière de construire un récit, on pouvait laisser aller notre créativité… Vu qu’on se base sur des histoires de vie, on trouvait intéressant de travailler la narration. Le webdoc permet aux utilisateurs de choisir leur propre narration, de créer leur propre expérience. C’est ce caractère propre au webdoc qui nous a finalement toutes séduites.

Combien de temps avez-vous consacré à la préparation du projet ?

Tout pile un an. Et on est parties dans tous les sens ! On a maintenant trouvé un partenariat avec une ONG qui s’appelle “Les amis de la Terre”. Ils nous ont proposé de diffuser notre projet sur leur plateforme dans le contexte d’un de leurs projets “Avec le Sud on ne perd pas le Nord”. On a également mené une campagne de crowdfunding pour récolter des fonds. Et en plus de ça, on a gagné une bourse organisée par Canon qui nous a permis d’emprunter du matériel de qualité. Et maintenant, nous voilà à la veille du grand départ pour l’Inde !


Suivez les coulisses des Récits de Tilonia sur leur page Facebook et rendez-vous en janvier 2017 pour découvrir leur travail abouti. On leur souhaite de belles aventures !