Eric Pellegrin : "C'est dans le web que se loge la création la plus intéressante aujourd'hui"

Eric Pellegrin : "C'est dans le web où se loge la création la plus intéressante aujourd’hui, avec les auteurs, les réalisateurs, les comédiens et producteurs de demain."
Eric Pellegrin : "C'est dans le web où se loge la création la plus intéressante aujourd’hui, avec les auteurs, les réalisateurs, les comédiens et producteurs de demain." - © Tous droits réservés

Régulièrement, nous vous proposons une interview d'une personne active dans le milieu de la webcréation. Le but est d'échanger avec les professionnels belges et étrangers du secteur afin de leur donner la parole sur leur vision de la webcréation. Rencontre avec Eric Pellegrin qui a produit notre websérie Jezabel.
 

Pourquoi est-ce important de faire de la webcréation aujourd’hui ?

Parce que le web, c’est l’avenir, un bel espace de liberté, et où se trouve notre public. En schématisant, aujourd’hui les plus âgés regardent la télé, les jeunes le web. Demain, aucun média ne pourra se permettre de ne pas avoir de plateforme accessible sur internet, des contenus non regardables comme chacun le souhaite. On rend sa liberté au spectateur de regarder ce qu’il veut comme il le veut, au gré de ses envies et de son emploi du temps, sur son mobile, sa tablette, son ordi, sa télé, son écran plat avec une chromecast… lorsque nous étions en tournage, à l’hôtel, des membres de l’équipe regardaient Netflix ou Auvio sur leur tablette le soir…

Le web, c’est là aussi où nous pouvons ajouter notre voix, où l’on peut essayer de compter dans un paysage mondial de créateurs. C’est là où se loge la création la plus intéressante aujourd’hui, avec les auteurs, les réalisateurs, les comédiens et producteurs de demain.

Nous ferons peut-être également des séries télé ou du cinéma, mais la porte d’entrée n’est pas ouverte comme l’est celle du web, en terme d’économie et d’interlocuteurs. Nous avons trouvé dans le web, chez RTBF Webcréation, avec Sophie Berque, François Jadoulle et Lucie Rezsöhazy, chez France Télévisions Nouvelles écritures, avec Ségolène Zaug et Aurélie Taguet, une vraie ouverture d’esprit et une vraie qualité d’échange centrée sur le bien du projet. C’est inestimable pour bien travailler.

Pourquoi avoir eu envie de développer ce type de projet par le passé et actuellement ? Qu’est-ce que l’on peut créer/développer avec le web que l’on ne peut pas se permettre en TV ?

Quand on a créé Bridges en 2009, l’idée était justement d’aller sur les nouveaux formats et médias. Ça a mis du temps, on parlait beaucoup de transmédia à l’époque. Les modèles économiques n’étaient pas évidents. Et surtout, il fallait absolument des formats spécifiquement faits pour le web, alors que nous ne croyons pas au fait qu’il faille à tout prix faire de l’interactif, du transmédia, du participatif. Le linéaire marche très bien, et pas qu’en format court. Aujourd’hui, la tendance va aux séries courtes, de 5 à 10 minutes sur une dizaine d’épisodes parce que ça se consomme bien et rapidement. Néanmoins, on a constaté que nos spectateurs les regardaient également facilement en binge watching.

Ensuite, ce qui est spécifique au web, c’est que la télé se veut rassembleuse alors que le web peut se permettre d’être clivant, et les diffuseurs nous y encouragent. 

Enfin, la webcréation est assez excitante, car les projets peuvent venir de n’importe où, n’ont pas besoin de rentrer dans des codes très établis, il y a une vraie liberté de création. 

Qu’est-ce qui te plait dans l’univers du web et des réseaux sociaux ?

D’une part le fait que ce soit disponible tout le temps. pas d’obligation de respecter un horaire. On rend sa liberté au spectateur de regarder ce qu’il veut quand il veut. Je pense que c’est l’avenir de la télé, mais aussi du cinéma. Accessible via tous les écrans, diffusable sur tous également. 

D’autre part, et ce que permettent les réseaux sociaux et les diffusions sur YouTube, c’est qu’on peut avoir un retour direct des spectateurs avec leurs commentaires, leurs likes, leurs partages. Et après des mois et des mois de production à se donner du mal, à être dans une exigence de qualité pour donner le meilleur de nous-mêmes, lire un commentaire comme "J’ai séché cette petite série de ouf :D", ça fait plaisir :)

Quels sont les projets que tu as aimés et pourquoi ? Quel est ton top 3 dans l’univers de la webcréation en général ? Quel est le projet développé par la cellule Webcréation de la RTBF que tu as particulièrement apprécié ?

Persuasif, j’ai adoré et dévoré tous les épisodes dès que j’ai été happé par le 1er. Harold Varango a fait un super boulot et réalisé une série originale, hors des clichés et des sentiers battus par la télé, qui apporte une vraie touche dans notre paysage des webcréations. C’est une série petite par son format mais "qui a tout d’une grande".

Chez vous, j’ai adoré Typique, alors que je ne suis pas directement le public cible. Une belle brochette de comédiens talentueux à qui je souhaite une chouette carrière. Burkland est très malin aussi. Punchy et bien mené, les prix récoltés sont bien mérités. Et Euh évidemment… et je suis très curieux de voir La Théorie du Y au printemps !!

 

Eric Pellegrin a fondé Bridges en 2009 pour y produire des films dans l’air du temps avec Rémy Reboullet. Des webséries, des docus, des courts, de la narration interactive et une ligne édito cohérente autour de la pop culture et des films à destinations des 15-45.

Découvrez tous les webcréateurs.