Petula Clark invitée exceptionnelle de Viva+ sort un album live enregistré au Royal Albert Hall

Petula Clark a sorti un double album live intitulé A Valentine's Day Concert. Bruno Tummers est revenu sur cette sortie dans Le 6-8 sur la Une et la chanteuse était également l'invitée exceptionnelle de Serge Van Haelewijn ce 12 juin sur Viva+.

C'est une immense star de la variété qui était à l'honneur ce 12 juin : Petula Clark, qui a vendu près de 70 millions d'albums, sort A Valentine's Day Concert, un double album live enregistré au Royal Albert Hall de Londres en 1974, qui sort en édition collector numérotée.

Les bandes ce ce concert ont été miraculeusement retrouvées et restaurées par la fondation United Music.

Le livret de 40 pages est préfacé par Stevie Wonder, Burt Bacharach et Francis Lai, rien que ça !

La francophonie a découvert Petula Clark dans les années 1960 avec ses tubes Que fais-tu là Petula, La gadoue, Les incorruptibles, Roméo... dont quelques uns sont signés Serge Gainsbourg.

Invitée régulière des émissions des Carpentier, Petula Clark était proche de tous les artistes Viva+ : Dalida, Sacha Distel ou Claude François.

Pour vous procurer cet album collector, retrouvez-le sans hésitation sur le site de la United Music Fondation.

Une carrière inouïe dans le monde entier

Bruno Tummers revient sur le parcours professionnel de la chanteuse. "Elle a une carrière inouïe. Déjà enfant elle chantait à la BBC, elle tournait des films en Angleterre dans les années 1940-1950. Aujourd'hui elle a 87 ans et a encore sorti un album en français il y a deux ans. La francophonie va la découvrir dans les années 1960 avec quelques solides tubes" résume-t-il.

Le chroniqueur ajoute également : "Elle a été l'une des premières interprètes pour lesquelles Serge Gainsbourg a écrit, c'était bien avant Poupée de cire poupée de son pour France Gall. Il lui signe O Sheriff, Les incorruptibles et La gadoue".

Le tube Downtown a quant à lui été chanté dans toutes les langues par la chanteuse.

Cet album live qui vient de sortir est totalement inédit de par le travail de restauration qui a été réalisée. "Dans ces années-là on enregistrait les disques et les live sur des bandes qui s’abîment au fil du temps et qu'il faut restaurer" explique Bruno.

Un album limité à 2000 copies

Outre l'archive exceptionnelle que constitue en lui-même ce disque, A Valentine's day concert contient un medley de Petula Clark sur Londres, les tubes You are the sunshine of my life, This is my song, My funny Valentine, Mona Lisa, le thème du film Love Story et l'incontournable Downtown. "Il y a un énorme orchestre sur scène avec elle et il y a ce côté Broadway, comédie musicale, avec un son époustouflant. On a vraiment l'impression d'être dans la salle avec elle quand on écoute cet album" précise Bruno Tummers.

Ce disque est enfin limité à 2000 exemplaires, c'est donc un objet totalement collector qu'a sorti Petula Clark.

 

Petula Clark s'est confiée sur sa carrière

L'artiste était aussi interrogée longuement sur sa carrière par Serge Van Haelewijn sur Viva+ la radio numérique qui s'écoute en DAB+ ou directement sur le player radio sur internet et qui fait la part belle aux succès des années 1960 et 1970.

Ce n'est pas la première fois que Petula Clark se produisait au Royal Albert Hall en 1974. La chanteuse y avait déjà chanté à l'âge de... 9 ans. Elle avait chanté pour les soldats de l'armée britannique pendant la Seconde Guerre mondiale. Celui du Valentine's Day en 1974 était également très spécial selon l'artiste. "J'ai voulu faire un spectacle spécial avec pas mal de gros succès mais aussi avec des choses différentes : j'avais un énorme orchestre mais aussi ma section rythmique et mon chef d'orchestre des États-Unis" se rappelle-t-elle.

Petula ne s'attendait pas à un succès planétaire avec Downtown : "C'était une surprise car on l'avait enregistrée avec Tony Hatch à Londres en direct. On avait fait trois prises, on a utilisé la deuxième, on savait que c'était un bon disque mais on ne s'attendait pas à ce succès monstre". Tony lui avait proposé cette chanson dans son appartement en France en l'invitant à chanter à nouveau en anglais. Il lui joue la chanson au piano et elle trouve ce titre formidable "si tu peux faire des paroles aussi fortes alors allons-y" lui a-t-elle lancé.

Les débuts à Paris et sa rencontre avec Claude Wolff

C'est en 1957 qu'elle débarque à Paris, on la réclame mais celle-ci ne compte pas rejoindre la ville Lumière. Elle finit par se déplacer jusque-là car on lui annonce qu'il y a "une fille qui copie vos chansons en français et qui a du succès", à savoir Dalida.

Elle raconte : "Ils ont insisté et je suis arrivée avec un gros rhume, le nez rouge. J'ai chanté à L'Olympia, je ne savais pas que c'était important et la station radio Europe 1 que je ne connaissais pas du tout. J'ai chanté je pense très mal parce que j'étais enrhumée, en anglais, sans un au revoir ni merci... et cela a fait un triomphe".

Le lendemain, Petula se retrouve dans le bureau de la maison de disques Vogue chez le chef Léon Cabat. "Il avait un bureau sans fenêtre et cela sentait la fumée gauloise et j'étais toujours enrhumée. Il insiste et dit : 'Vous avez vu le succès il faut absolument enregistrer en français'" rappelle-t-elle. La chanteuse souhaite rentrer en Angleterre mais à ce moment-là l'ampoule du bureau s'éteint. Des gens viennent la changer et elle aperçoit Claude Wolff et tombe sous le charme. Léon Cabat le lui présente : "C'est notre responsable presse et c'est lui qui s'occupera de vous si vous enregistrez". Trois semaines plus tard, Petula Clark revient en France pour enregistrer mais surtout pour le revoir. Elle se mariera et aura trois enfants avec lui.

Des collaborations avec les plus grands

Elle est également revenue sur ses rencontres artistiques, elle qui a collaboré avec les plus grands.

Petula Clark évoque d'abord sa collaboration avec Serge Gainsbourg au début de sa carrière en France. "Je l'avais entendu à la radio comme tout le monde. J'aimais bien sa voix un peu pure et j'adorais sa chanson La Javanaise. J'étais très timide, il est venu dans notre appartement à Paris. Lui aussi était très timide, c'était bien avant le Gainsbarre. Il est venu présenter une autre chanson que La gadoue" relate-t-elle. Elle lui offre une bière et la met sur le piano. "Il était tellement nerveux qu'il a fait tomber la bière sur le piano" révèle-t-elle. Gainsbourg lui joue quand même la chanson mais il a cru que cela ne marcherait pas. Pourtant Petula a adoré sa rencontre et est née ainsi une collaboration avec le chanteur français.

Elle a notamment aussi assuré la première partie de Jacques Brel, dont un double album live de deux de ses concerts mythiques est sorti récemment : "On a fait une tournée ensemble, quel honneur ! Et cela s'est merveilleusement bien passé. On s'aimait beaucoup. C'était formidable pour moi parce que je regardais son tour de chant dans les coulisses. C'était fabuleux".

Petula voue aussi une grande admiration à Stevie Wonder : "On s'est rencontré deux ou trois fois. Je ne peux pas dire que c'est un copain mais je l'admire depuis des années et lui a dit cela aussi pour moi".

Retrouvez tous les titres phares de Petula Clark dans un enregistrement d'exception et collector sur le site de la United Music Fondation.

Newsletter Vivacité

Recevez chaque vendredi matin les événements, concours et l’actu Vivacité.

OK