Le jour où l'animateur radio André Torrent a mangé des crêpes avec Françoise Hardy

Vous ne connaissez pas encore Viva+, la radio qui fait la part belle aux grands succès populaires des années 60 et 70 à écouter sur le DAB+ ? Cette dernière s'est invitée sur VivaCité le temps d'une émission spéciale présentée par Michaël Pachen et André Torrent le lundi 13 avril.

André Torrent, l'animateur de radio emblématique des sixties et seventies a livré ses plus belles anecdotes sur les nombreuses stars de la chanson française qu'il a rencontrées et côtoyées durant sa carrière.

Au cours de l'émission, André est notamment revenu sur le passage de Françoise Hardy à Bruxelles et plus précisément à l'Ancienne Belgique, salle mythique de la capitale.

Une chanson sur l'amour adolescent

Françoise Hardy sort en 1962 Tous les garçons et les filles, une chanson qui véhicule les sentiments amoureux que de nombreux adolescents ont dû connaître et connaissent encore aujourd'hui. "Se rencontrer pour un garçon et une fille à l'adolescence ce n'est pas simple" résume André Torrent. Les paroles démontrent que Françoise Hardy déploraient ne pas connaître d'histoire d'amour au contraire de beaucoup d'autres adolescents. "Françoise ne se trouvait pas belle alors qu'elle était splendide" ajoute ainsi l'ancien animateur radio. 

André se souvient : "Les images qu'on a gardées de cette chanson c'est le scopitone (NDRL : un juke-box qui associe image et son, sorte d'ancêtre du clip vidéo) de Claude Lelouch où elle est sur une balançoire avec des filles aux dessous affriolants mais quand même assez nombreux parce qu'il y avait la jupe et le jupon au-dessus. C'était quand même assez extraordinaire, ce n'était pas l'époque des collants mais celle des bas".

"Françoise a été super dans cette chanson" estime-t-il.

Un tube des années 1960

Outre l'image qui a frappé André Torrent à l'époque, l'animateur pointe le son de l'enregistrement typique des vieux enregistrements de l'époque. "C'était un album qui a été fait comme les chansons enregistrées par Vogue (NDLR : la maison de disques de Françoise Hardy) à l'époque, à l'économie. C'est pour cette raison que Johnny Hallyday a quitté Vogue parce qu'on ne voulait pas lui donner un musicien supplémentaire pour les séances d’enregistrement. Les frères Cabat qui géraient remarquablement Vogue mais quand même avec une certaine pureté économique avaient dit à Johnny 'toi tu chantes nous nous produisons'. Mais ils n'ont pas produit plus longtemps car Johnny dès qu'il a pu il a signé avec Philips" analyse André.

Malgré la qualité ancienne du son, le titre a été repris dans toutes les langues. Pour l'ancienne vedette radio, ce tube de Françoise Hardy "est un titre qui a marqué vraiment les années 60".

Des crêpes avec Françoise Hardy

André Torrent a d'ailleurs connu Françoise Hardy juste après le lancement de Tous les garçons et les filles, c'était à l'Ancienne Belgique à Bruxelles. Il raconte : "L'AB c'était remarquable parce qu'une semaine avant de faire l'Olympia toutes les vedettes Yéyé de l'époque se testaient pendant une semaine sur la scène de l'AB qui était un music-hall où on buvait, mangeait, fumait, il y avait des tables. C'était curieux comme music-hall. Cela existait à la fois à Anvers et à Bruxelles. C'est pour cela que certains disent encore les Anciennes Belgique".

Lors de sa résidence à l'AB André Torrent se rappelle de la voir rester figée pour les chansons lentes et aller d'un côté puis de l'autre de la scène sur les titres au tempo plus rapide. C'est dans ce contexte qu'il la rencontre. Il se remémore : "Elle avait viré un journaliste de 40 ans qui pour moi était vieux à l'époque car j'avais 17 ans. J'étais donc un peu inquiet de son caractère et elle m'a dit 'on ne va pas rester ici vous pouvez m'emmener où ?' Comme je savais qu'elle aimait les crêpes on est allé au bout de la rue des pierres où il y avait une crêperie. On a mangé des crêpes tous les deux et c'était extraordinaire".

"J'ai eu des moments avec elle et Sylvie Vartan à Bruxelles que je n'ai plus jamais retrouvés quand je les ai revues presque 10 ans dans l'époque du hit parade" remarque-t-il d'ailleurs. Il explique :

C'était une époque où l'on fonctionnait par classe d'âge. Il n'y avait pas de classe sociale réellement.

Il ajoute avec nostalgie : "On était très jeunes. L'univers de Salut les copains c'était être forcément ensemble et contre le monde entier et donc on avait un lien tout à fait affectueux qui n'a pas duré malheureusement".

Le duo Michaël Pachen-André Torrent

Ce duo Michaël Pachen-André Torrent n'est pas le fruit du hasard pour l'émission Nos chansons ont une histoire. C'est ensemble que les deux animateurs avaient fêté la naissance de Viva+ en septembre dernier sur VivaCité. André Torrent est d'ailleurs le parrain de cette nouvelle radio à retrouver à tout moment sur le DAB+ et sur le web.

Nos chansons ont une histoire, réécoutez l'émission inédite du lundi de Pâques, diffusée le 13 avril sur VivaCité.