De Catherine Deneuve à Laeticia, le livre qui dresse un portrait plus intime de Johnny Hallyday

Le mardi 2 juin, Serge Van Haelewijn recevait Frédéric Quinonero sur Viva+ à la suite de la sortie de son livre intitulé Johnny Hallyday. Femmes et influences, l'occasion d'en apprendre plus sur les différentes femmes qui ont inspiré ou vécu avec le taulier.

Depuis quelques jours, la presse people parle beaucoup de la relation qu'entretenait Johnny Hallyday avec Catherine Deneuve.

Frédéric Quinonero a sorti un livre le 2 juin qui traite de la vie sentimentale du rockeur français. Il était par la même occasion l'invité de Serge Van Haelewijn sur Viva+, la radio numérique qui s'écoute en DAB+ ou directement sur le player radio sur internet et qui fait la part belle aux succès des années 1960 et 1970.

Derrière chaque grand homme se cache une femme. Cette phrase résonne particulièrement bien concernant Johnny Hallyday. Mère, tante, cousine, filles, conquêtes, Frédéric Quinonero, auteur de plusieurs livres à succès sur des stars de la chanson française, projette dans cet ouvrage la lumière sur un Johnny "plus intime" au travers de ses muses, confidentes ou conseillères sous forme d'enquête à l'aide de témoignages de proches.

Une jeunesse liée aux femmes

Pour comprendre la relation spéciale que Johnny Hallyday entretiendra avec les femmes, il faut remonter à l'enfance du rockeur.

"Il a été élevé par des femmes au départ : sa tante qui le considérait comme son fils et sa cousine qui était danseuse. Ce sont elles qui ont fait son éducation musicale et artistique" résume ainsi Frédéric Quinonero.

Sa carrière lui a aussi permis de bâtir son propre mythe du rockeur, au niveau musical certes, mais aussi sentimental. "Il s'est construit un personnage, parti de rien, abandonné par son père, à la recherche d'une identité. Quand il a démarré sa carrière artistique, il s'est inventé un nom : Johnny Hallyday et a subi l'influence de ses deux idoles : James Dean et Elvis Presley : il a piqué chez Elvis la gestuelle et la musique et le physique chez James Dean" estime le biographe.

Johnny Hallyday considérera sa tante Hélène comme sa mère et sa maman Huguette comme une étrangère d'après l'auteur. Il explique : "Hélène l'a enlevé à sa mère à un moment difficile parce que son papa s'était volatilisé, sa mère se retrouvait seule sans travail dans une situation un peu compliquée et la tante a profité de la situation pour embarquer le petit garçon de deux ans à peine, en Angleterre où elle avait décroché un contrat pour ses filles danseuses à l’international ballet promettant à la maman que ce serait pour une courte durée et qu'elle reverrait son fils rapidement. Cela a duré quatre ans".

L'auteur résume ainsi : "Un départ dans la vie comme cela complique les relations avec les femmes forcément".

C'est d'ailleurs sa tante qui lui fait décrocher son tout premier contrat en 1959 pour l'émission radio en public Paris-Cocktail où il rencontre ses premiers paroliers.

La relation avec Catherine Deneuve

Une fois propulsé dans sa carrière, Johnny Hallyday fait la rencontre de Catherine Deneuve, une rencontre qui fait les gros titres actuellement alors que, comme l'avait aussi signalé André Torrent dans Nos chansons ont une histoire sur Viva+ il y a quelques jours, c'était un secret de polichinelle.

"Catherine Deneuve n'aimait pas beaucoup qu'on évoque cette histoire qu'elle tenait à garder secrète et Johnny aussi d'ailleurs" note à ce propos Frédéric Quinonero.

On connaît l'existence de cette relation depuis que le taulier en avait donné des indices dans le livre Destroy du biographe Bernard Violet en 1996.

"Ils se sont rencontrés sur le film Les Parisiennes, dirigé par Roger Vadim qui était alors le compagnon de Catherine Deneuve et une amitié amoureuse était née sur ce tournage. Ils étaient jeunes et beaux et se sont revus souvent tout au long de leur vie il y a eu un lien très fort entre eux" résume ainsi Frédéric. C'est à ce moment qu'il rencontre Charles Aznavour, qui lui écrit Retiens la nuit et qui le prend sous on aile. Aznavour écrit à l'époque La plus belle pour aller danser à une autre icône des yéyé, et qui sera la première relation officielle du rockeur, Sylvie Vartan.

Le premier grand amour : Sylvie Vartan

"Sylvie Vartan avait la particularité d'être une chanteuse aussi et d'avoir un public" note ainsi Frédéric Quinonero.

Ce couple mythique perdure. Vartan aimait le côté rockeur de Johnny mais voulait aussi fonder une famille alors que le taulier n'était pas encore prêt à cette situation : "Johnny ne savait pas faire la part des choses que Sylvie savait faire très bien. Elle était Vartan sur scène et Sylvie une fois passée derrière le rideau. Elle était la femme et la maman et reprenait sa vie normale. Johnny était Johnny tout le temps. En plus quand David est né, il avait 23 ans il était tout jeune et était un gamin, il n'avait pas la maturité pour assumer une paternité".

C'est une constante que pointe le biographe dans les relations du taulier : 

Le fait qu'il soit Johnny Hallyday c'était admettre qu'avant elles il y avait une chose beaucoup plus importante : la scène et le public. Il fallait comprendre cela, l'admettre et accepter ensuite tout ce que l'on sait sur lui : ses phobies (peur d’être seul, de mourir, de la nuit) et ses addictions.

L'influence de celle qui devient sa première femme a en tout cas été positive selon l'auteur. Tout d'abord, "elle lui a apporté une famille sans pour autant se l'avouer à ce moment parce qu'il était encore jeune et avait encore le temps de former un clan". Du côté musical aussi, son frère, Eddie Vartan, devient le directeur artistique et opère une influence sur Johnny. Il s'est occupé de son parcours et a apporté des musiciens comme Mick Jones et Tommy Brown, deux musiciens qui lui ont composé des chansons entre 1966 et 1974, "sans doute la plus belle partie de la carrière musicale de Johnny" estime Frédéric Quinonero.

On retient enfin la relation forte qu'il entretient avec Sylvie Vartan. En service militaire, il lui écrit beaucoup de lettres d'amour torrides "qui en disent beaucoup sur la relation qu'ils avaient. C'était une relationnel passionnelle, fusionnelle, très physique et c'est cela qui a permis de tenir aussi longtemps parce qu'il y a eu beaucoup de ruptures et de retrouvailles souvent torrides". Avec le titre Quand revient la nuit qui traite de cette relation, tout est encore tout nouveau et tout beau pour le couple marié le 12 avril 1965. C'est avec la naissance de David à laquelle il n'assiste pas car il est en tournée en Italie que la relation bat de l'aile. Johnny chante encore Que je t'aime, preuve de l'amour passionnel, dédié à Sylvie Vartan.

Nathalie Baye et Adeline Blondieau

Largué par Sylvie Vartan, Johnny broie du noir. Il oublie sa relation par l'alcool et les sorties en boites de nuit où défilent une série de top modèles dont Babette avec qui il s'est marié "et qui a un peu payé les pots cassés" déplore Frédéric Quinonero.

Il rencontre ensuite Nathalie Baye. Leur romance dure quatre ans et demi avec un nouvel enfant, Laura. "En si peu de temps elle parvient à modifier le cours de sa carrière, à le changer physiquement, à le guérir de l'alcool. On retrouve une silhouette de jeune homme, mince grand et beau" analyse le biographe.

"Nathalie lui apporte surtout une crédibilité qu'il n'avait pas auprès des intellectuels. Elle l'amène vers Jean-Luc Godard au cinéma. Elle lui ouvre une carrière au cinéma alors que jusque-là il avait des petits rôles à la Elvis Presley dans des films inintéressants. Elle l'amène vers le cinéma d'auteur et il est adoubé par le métier grâce à elle. Ensuite, elle lui recommande au niveau de la chanson de contacter Michel Berger, à ce moment l'artiste auteur-compositeur le plus doué de sa génération qui lui composera un album" résume l'auteur.

Vient ensuite Adeline Blondieau, avec qui l'histoire est la plus compliquée. Elle est jeune et n'est autre que la fille de Long Chris, le meilleur ami de Johnny, ce qui crée des polémiques. Frédéric tempère : "Il y a une histoire d'amour réelle. Ils se marient deux fois mais c'est une relation tumultueuse. C'est la seule femme qui lui a tenu tête car elle était jeune, libre et car elle n'avait pas envie qu'on lui impose une ligne de conduite, même si elle a voulu absolument faire tout ce qu'elle a pu pour l'aider et le sauver de ses démons".

Laeticia, sa dernière femme de sa vie

La dernière est évidemment Laeticia. Tout comme Adeline, "c'est quelqu'un qui est arrivé dans sa vie jeune, qui avait 20 ans. Elle n'était pas bien, était anorexique. Ils se sont guéris mutuellement".

L'écart (Johnny a alors la cinquantaine) a été difficile à vivre au début pour sa dernière femme mais Laeticia a pu s'imposer de l'avis de Frédéric Quinonero : "Il fallait à la fois s'occuper de lui et s'affirmer. Il ne fallait pas être une femme soumise mais une femme forte, entreprenante qui ne se contente pas d'être Madame Hallyday. Peu à peu, elle s'est affirmée notamment en venant en aide à des enfants orphelins au Viêt-Nam par le biais d'associations".

Laeticia s'est notamment affirmée en devenant sa directrice artistique, en s'investissant comme nulle autre dans sa carrière et avait réussi aussi à le calmer sur ses addictions. Après son coma en 2009, Johnny Hallyday "a considéré que Laeticia lui avait sauvé la vie car c'est elle qui s'est occupée de tout, l'a amené à l’hôpital et choisi le chirurgien".