Vivre ici Namur-BW-Luxembourg

Plus d'infos

Réseau Idée : la face cachée de la Transition énergétique et numérique

La face cachée de la Transition énergétique et numérique : c’est d’ailleurs le titre d’une conférence qui aura lieu ce jeudi 24 octobre au CRIE d’Anlier, en province de Luxembourg, avec Guillaume Pitron. Guillaume est journaliste et il a mené une vaste enquête pendant 6 ans dans une douzaine de pays sur les métaux rares.

Quels sont ces métaux rares ?

Il faut savoir que dans la nature, il y a des métaux abondants (le fer, le zinc,…) et d’autres, des sous-métaux, qui leur sont associés de manière infime dans la croûte terrestre. Ce sont les métaux rares : le cobalt, le gallium, le tungstène…

Ils sont largement utilisés dans nos smartphones ou tablettes, mais aussi dans les nouvelles technologies dites " vertes ". Parce qu’ils ont des propriétés extraordinaires. Le hic, c’est que leur extraction et leur purification sont très compliquées et coûteuses d’un point de vue environnemental et social. Et qu’actuellement, c’est la Chine qui en a le quasi-monopole.

Guillaume Pitron a donc écrit un livre là-dessus, et cette soirée de jeudi sera l’occasion d’en débattre avec lui et d’explorer les pistes d’actions possibles. Donc inscrivez-vous !

 

Autre mauvaise nouvelle : le numérique participe aussi aux changements climatiques…

Saviez-vous que si le cloud était un pays, il serait le cinquième plus gros consommateur d’énergie ? Car derrière le cloud, le " nuage " (comme si ce n’était que de l’air), il y a en réalité toute une infrastructure de câbles, des métaux rares, et d’énormes data-centers, gros consommateurs d’énergie. Et puis il faut faire circuler toutes ces données. On stocke toutes nos photos en ligne, nos vidéos, nos mails, on passe des heures devant Netflix ou Youtube… mais tout ça consomme beaucoup d’énergie.

Le numérique émet aujourd’hui 4% des gaz à effet de serre au niveau mondial. C’est davantage que le transport aérien civil. Et selon un rapport du Shift Project, cela pourrait doubler d’ici 2025 pour atteindre la part actuelle des émissions des voitures. Le virtuel a des effets bien réels. Par exemple les flux vidéo représentent plus de 80% des flux de données mondiaux. Et donc c’est sans doute là qu’il faut agir prioritairement.

 

Que faire ?

On peut améliorer la technologie, mais il faut aussi réguler les usages. Diminuer le poids et les usages des vidéos. A quoi cela sert-il de regarder des vidéos 8k sur son smartphone ? Ça devrait être impossible. Il faudrait débattre collectivement, politiquement, des usages prioritaires. Selon le ShiftProject, si on ne limite pas certains usages, la limite s’imposera à nous par un manque de ressources.

A titre individuel aussi on peut agir, par exemple en utilisant la plus faible résolution qui permette de profiter du contenu, ou en sélectionnant davantage ce que l’on regarde.

 

Un outil pratique à conseiller ?

Carbonanalyser, c’est une extension Firefox créée par The Shift Project. Cela indique combien vous émettez de CO2 lorsque vous naviguez sur le web. C’est un excellent outil de sensibilisation !

 

Vous retrouverez toutes ces données sur www.theshiftproject.org.

Newsletter Vivacité

Recevez chaque vendredi matin les événements, concours et l’actu Vivacité.

OK