Vivre ici Namur-BW-Luxembourg

Plus d'infos

Le sexting, rituel risqué...

Le sexting, rituel risqué...
Le sexting, rituel risqué... - © LM-Photo - Getty Images

Chaque mercredi, Infor Jeunes  nous rejoint en studio pour notre chronique hebdomadaire pour les jeunes  et leurs.... parents 

On le sait   les jeunes adorent diffuser des photos d’eux via les réseaux sociaux... Mais parfois, il peut y avoir des dérives comme nous le précise Céline Van  Hemelryck "Envoyer une photo de nos jours est devenu un moyen simple de tenir au courant notre entourage des derniers évènements vécus, de tenter un challenge ou encore de renforcer simplement notre image sur Internet…  Et dans les dérives, il arrive parfois que les jeunes envoient des photos coquines pour tenter une nouvelle expérience rigolote avec leur petit copain ou leur copine. A priori, rien de bien mal quand on est dans une relation de confiance, mais cela peut prendre une autre tournure".

 

Le sexting, c’est une contraction des mots anglais " sex "  et " texting ". C’est donc l’envoi ou la diffusion de photos dénudées ou suggestives à une personne via SMS, e-mail ou par le biais d’un réseau social comme Snapchat ou Facebook par exemple.  Aujourd’hui, près d’un adolescent sur 5 s’est déjà livré à du sexting sans en connaitre réellement les conséquences possibles. Et dans ce jeu d’envoi de photos, le jeune est-il bien conscient qu’il s’expose à des dangers ? "C’est là tout l’enjeu ! Infor Jeunes rappelle justement qu’il est important de bien réaliser une fois la photo envoyée, le jeune n’a plus le contrôle sur ce qui peut se passer par la suite. On n’est jamais sûr à 100% qu’un petit ami ou une petite amie ne transfère la photo ou la vidéo à d’autres amis ou qu’il la mette en ligne à votre insu". 

Le risque zéro n’existe pas ! Cependant, si vraiment un jeune désire envoyer des photos coquines à son partenaire, nous lui conseillons que son visage ou tout signe distinctif (tatouage, piercing…) ne soit pas visible ! Ça permet en cas de partage ou toute autre dérive que la personne concernée ne soit pas reconnue. On peut par exemple cacher son visage ou certaines parties de son corps avec des émojis, pour vraiment éviter d’afficher son identité.

 

Imaginons qu’un jeune regrette d’avoir envoyé une photo dénudée, que peut-il faire ? "Etre honnête avec le destinataire, en expliquant que le jeune regrette son geste et qu’il souhaite que sa photo soit supprimée. Il faut cependant rester réaliste, une fois la photo mise en ligne sur Facebook ou d’autres sites Web, le jeune n’a hélas plus de contrôle sur qui l’enregistre, la partage ou la transfère. Ça peut aller très vite".  

Par contre, si c’est le jeune lui-même qui la mise en ligne, il doit évidemment la supprimer rapidement.

Et si le jeune n'arrive pas à faire disparaitre le contenu ?  "Il peut se tourner vers Child Focus par exemple, qui grâce à ses contacts directs avec Facebook et d’autres réseaux sociaux tels que ask.fm, Twitter, etc., pourra aider efficacement et rapidement. La rapidité étant en effet essentielle pour limiter la diffusion".

 

Sachez encore que  le partage d’images à l’insu d’une personne, ce qui correspond donc à du sexting non consenti, est   punissable ! C’est un comportement qui peut être sanctionné pour outrage public aux bonnes mœurs, pour voyeurisme ou encore pour pédopornographie sur internet, si il y des mineurs sont présents. Selon l’accusation retenue, la peine peut atteindre celle de la réclusion de 5 à 10 ans et une amende de 500 à 10.000 €.

Newsletter Vivacité

Recevez chaque vendredi matin les événements, concours et l’actu Vivacité.

OK