Vivre ici Namur-BW-Luxembourg

Plus d'infos

Infor Jeunes : le harcèlement scolaire

Demain, c’est la journée nationale contre le harcèlement scolaire… en France. Et puisque le harcèlement n’a pas de frontières, c’est l’occasion d’en parler en Belgique aussi.

Comment peut-on expliquer l’ampleur qu’a prise le phénomène ? Nos voisins français en sont quand même arrivés à établir une journée de lutte nationale, ce n’est pas rien…

D’une part, il semblerait qu’on en parle davantage qu’il y a 10-15 ans et plus. Cette décennie a vraiment été marquée par de nombreux suicides de jeunes désespérés suite au harcèlement. Nous ne savons pas s’ils étaient plus nombreux qu’il y a 10 ou 15 ans mais ces tristes nouvelles ont en tout cas été fortement relayées par la presse, ont beaucoup ému le public, choqué les parents, secoué les écoles, libéré la parole de certains jeunes, etc…

Et d’autre part, il semblerait que les nouvelles technologies, et plus particulièrement les réseaux sociaux, aient malheureusement permis de renforcer le harcèlement scolaire…


C’est vrai qu’ils sont souvent reliés d’une manière ou d’une autre aux affaires de harcèlement…

Malheureusement… Mais il ne faut pas diaboliser les réseaux sociaux, ils ont beaucoup d’aspects positifs ; mais c’est vrai qu’il y a 10, 15, 20 ans, quand l’élève harcelé à l’école rentrait chez lui, l’acharnement " s’arrêtait " en quelque sorte, il avait un peu de " répit ". Mais aujourd’hui et depuis plusieurs années, grâce au développement des réseaux sociaux, cet acharnement continue après l’école ! Et en plus de ça, les humiliations prennent des proportions énormes sur internet, parce que le public y est décuplé…

C’est pour ça que cyber-harcèlement et harcèlement scolaire sont maintenant intimement liés.


Qu’est-ce qu’on peut donner comme conseils à un jeune harcelé à l’école et/ou sur les réseaux sociaux ?

La première chose à faire c’est EN PARLER à quelqu’un, le plus rapidement possible. C’est très important, même si c’est difficile, même s’il a honte et surtout même si on le menace.

S’il n’a pas envie d’en parler à ses proches, il peut en parler au centre PMS de son école ou même appeler " Écoute-Enfants " en composant le 103, c’est gratuit et anonyme.

Dans le cadre d’un cyber-harcèlement, il peut aussi porter plainte à la police en emportant des preuves avec lui : captures d’écran, messages, etc. S’il y a des majeurs impliqués dans le harcèlement, ça peut aller jusqu’au tribunal !

Il faut aussi rappeler aux témoins de harcèlement qu’ils ont un rôle à jouer ! Parlez-en, vous aussi, à quelqu’un, pour aider la victime. Soutenez-la, et surtout, ne prenez pas part au harcèlement par effet de groupe.

 

Et l’élève victime – ou le témoin ! – de harcèlement peut aussi se rendre dans un centre Infor Jeunes où il trouvera une oreille attentive et des conseils.
Pour les enseignants, parents et toute autre personne intéressée, sachez qu’Infor Jeunes propose aussi des animations et des publications à ce sujet, notamment les centres Infor Jeunes de Couvin, Hannut, Huy, Malmedy, et Verviers. Rendez-vous sur inforjeunes.be pour en savoir plus.

 

Newsletter Vivacité

Recevez chaque vendredi matin les événements, concours et l’actu Vivacité.

OK