Vivre ici Namur-BW-Luxembourg

Plus d'infos

Confinement : faut-il continuer à payer son logement étudiant ?

Les universités ont annoncé lundi qu'elles resteront fermées jusqu'à la fin du quadrimestre. L’organisation des examens inquiète déjà les étudiants. Mais il y a une autre question qui se pose encore plus rapidement...

Les logements étudiant

Les étudiants doivent-ils encore payer le loyer de leur kot dont ils n’ont, du coup, plus forcément besoin ? Et même au-delà de l’utilité, la majorité des jeunes sont rentrés dans leur famille pour le confinement et il leur est donc demandé d’y rester pour éviter les déplacements de ville en ville.

Aucune mesure n'a encore été prise

Malheureusement, à l’heure actuelle, aucune mesure provisoire n’a été prise par le gouvernement en ce qui concerne le bail étudiant dans ce contexte particulier. Ce sont donc les règles "classiques" qui sont d’application. Autrement dit, l’étudiant doit bel et bien continuer à louer le bien, et donc à payer son loyer, même si les cours sont suspendus puisque la loi ne prévoit pas de suspension du contrat pour cause de force majeure.

Les arrangements à l’amiable sont toujours possibles

Rien n’oblige légalement le propriétaire à octroyer une suspension de bail, rien n’empêche en revanche l’étudiant de tenter d’établir un arrangement à l’amiable. La solidarité est de rigueur en ces temps difficiles, de nombreux propriétaires pourraient se montrer compréhensifs et coopératifs. Autre possibilité d’arrangement, moins conséquente mais bonne à prendre : une suspension des charges.

Infor Jeunes aimerait que ça aille plus loin

Infor Jeunes lancé un appel au ministre wallon du Logement et au gouvernement, pour que des mesures soient prises pour soulager ces étudiants locataires. Parce que, malheureusement, le problème va plus loin que la non-utilité du kot ou son inaccessibilité.

Le problème est aussi financier

Le coronavirus a engendré d’autres conséquences, qui viennent s’imbriquer dans cette histoire de loyers…

On le sait, bon nombre d’étudiants ne peuvent financer leurs études, et donc leur logement étudiant, que grâce à l’argent rapporté par leur job. Quant à ceux qui ont la chance d’être aidés par leurs parents, ils participent tout de même généralement à une partie des frais pour soulager le ménage.

Malheureusement, en cette période de crise, de nombreux jobistes voient leurs heures diminuées, voire même leur contrat suspendu, et ce, sans avoir droit au chômage temporaire. Leurs parents peuvent, eux aussi, voir leur salaire diminué s’ils ont basculé sur le chômage économique. 

Ces étudiants ou leur famille, déjà précaires, se retrouvent donc à payer un logement dont ils n’ont plus l’utilité malgré eux, tout en étant fragilisés financièrement suite à la perte de leur job étudiant ou à la diminution de salaire des parents...

Des mesures ont déjà été prises entre le gouvernement fédéral et le secteur financier pour venir en aide aux entreprises ; pourquoi ne pas envisager des mesures venant en aide aux étudiants ? Nos voisins français ont déjà pris les devants : les loyers du mois d’avril sont tombés à zéro pour les étudiants, si ça peut donner des idées à nos autorités belges

N’hésitez pas à suivre Infor Jeunes sur les réseaux sociaux pour suivre l’actualité de ce dossier. N’hésitez pas également à consulter la FAQ " spéciale coronavirus " sur le site inforjeunes.be car les mesures de confinement impactent le quotidien des jeunes : leur job étudiant, leurs cours, leur stage, etc. et Infor Jeunes vous aide à y voir plus clair !

Newsletter Vivacité

Recevez chaque vendredi matin les événements, concours et l’actu Vivacité.

OK