Vivre ici Liège

Plus d'infos

Butchenbach, cuisiner des plantes sauvages

Butchenbach, cuisiner des plantes sauvages
3 images
Butchenbach, cuisiner des plantes sauvages - © Tous droits réservés

Les Saveurs de chez nous

Aujourd’hui, nous partons en balade autour du lac de Butchenbach où Gudrun Scholler nous attend pour partir à la cueillette de plantes sauvages et apprendre à cuisiner ces trésors que la nature met à notre portée gratuitement !

Comment Gudrun en est-elle venue à cela ?

Gudrun est née dans le Michigan où elle a étudié l’archéologie. Ensuite, elle a participé à des fouilles au Nouveau Mexique, en Autriche, et en Italie. Parallèlement à cela, elle se passionne très tôt aux aux effets de la nutrition, du mode de vie et du mode de pensée sur le corps et sur l'esprit. Cet intérêt lui vient de l'étude de la vie et de la culture des civilisations anciennes. Comme elle le rappelle, après s’être penchée sur nos origines, elle a souhaité s’ancrer dans notre présent.

Comme elle est très intéressée par tout ce qui touche à notre santé et notre bien-être, elle reprend des études de nutrition à l'Université de Bonn. Ensuite, elle élargit son champ de travail vers une vision encore plus globale du corps en considérant aussi ses niveaux émotionnels et énergétiques. Aux études de nutrition elle ajoute celles sur les principes de la naturopathie, les soins énergétiques et les Fleurs de Bach. C’est ainsi qu’elle passe à la cueillette sauvage des plantes qui poussent autour de nous et qu’elle nous transmet son savoir, entre autres lors de ses cours de crusine (cuisine du cru).

Elle va nous nous parler de la soupe aux orties ?

C’est un incontournable, facile à réaliser et tellement bon mais nous allons aussi cueillir des tas d’autres fleurs et plantes très connues comme les pâquerettes, les fleurs d’aubépine, les chicorées sauvages, l’ail des ours, la cardamine des prés et tant d’autres richesses.

Ce qui est sympa, c’est que cela ne nous coûte rien !

Effectivement et vous en profitez pour prendre un bon bol d’air. Ne vous dites pas que c’est un truc de bobos car les plus grands chefs actuels n’hésitent pas à partir dans la nature pour y effectuer leur cueillette. Ainsi Arabelle Merilaen propose une recette de sablés aux pissenlits, Sang Hoon Degeimbre décline une recette de couteaux au pistou de lamier, Christophe Pauly du Coq au champ prépare de l’oseille et maquée émulsionnée… Les exemples sont nombreux mais si vous ne voulez pas vous lancer dans quelque chose de compliqué, commencez par composer une salade à laquelle vous ajoutez quelques fleurs de pâquerette, des fleurs de bourrache

Si vous êtes tenté de vous essayer à la cuisine et cueillette sauvage, retenez que Gudrun propose un stage de cinq jours de promenades nature, cueillette de plantes sauvages comestibles, tables rondes sur la santé et bien sûr les joies du lac !

 

Date : du 10-14 juillet

Renseignements et inscriptions : info@gudrun-scholler.be   ou   0499 - 23 51 57

Autre chose aussi à propos d’une jeune association " Cuisine sauvage " qui cherche à promouvoir sans but lucratif l’usage des plantes sauvages comestibles dans l’alimentation. Pour ce faire, elle organise des formations, stages, cours de cuisine et événements à destination des particuliers, écoles, entreprises et professionnels de l’Horeca. http://cuisinesauvage.org

 

Voici nos 10 recommandations pour une cueillette douce, sûre et respectueuse:

1: En cas de doute, abstenez-vous !

L’identification avant tout ! Une fois votre plante sauvage connue, elle deviendra aussi facile à cuisiner que n’importe quel autre légume.

2: En cas de doute, abstenez-vous car les risques de confusion sont réels!

3: Choisissez des zones saines

A éviter: les bords de champs (herbicides et pesticides s’y accumulent), les terres d’origine incertaine (remblais), les bords de route, la proximité de décharges, les pieds de clôture ou lampadaires (éléments d’appel pour chiens et renards), les pâturages (ovins, bovins, équins, porcins), a fortiori si une zone humide est à proximité !

4: Choisissez des végétaux sains, préférez jeunes feuilles et jeunes pousses à l’aspect engageant (souvent d’un vert plus clair) ainsi que les ‘sommités’ plutôt que les feuilles basses..

5: L’excès nuit en tout, en cuisine ‘classique’ comme en cuisine sauvage, gardez la mesure et évitez les excès. La toxicité dépend de l’espèce, mais aussi de la quantité et de la récurrence.

6: La plante toxique a mauvais goût… FAUX !

Des plantes toxiques peuvent avoir un goût agréable!

7: Ne cueillez pas d’espèces rares ou protégées, ni dans des réserves naturelles ;

8: Laissez-en pour les autres et pour la nature, évitez le pillage et cueillez avec modération, assurez-vous que d’autres spécimens sont présents dans les environs immédiats ;

9: Laissez une chance à la plante

Ne prélevez que la partie nécessaire et laissez les racines dans le sol si elles ne font pas partie de votre récolte ;

10: Respectez la biodiversité.

 

Recette de Gudrun : Pesto à la Berce et à l'Ortie

Pour 1 tasse de pesto

 

Ingrédients

50g        noix de cajou à tremper 8 heures dans de l'eau fraiche

1        grande feuille de berce des prés coupée

1        poignée de feuille d'ortie (environ les feuilles de 5 jeunes orties)

½ pot        basilic frais

¼  cac         ail frais

2 cas        huile d'olive bio première pression à froid extra vierge

de l'eau purifiée selon la consistance désirée

du tamari ou du sel des Alpes selon le goût

 

Préparation

Mixer dans un mixeur ou robot de cuisine d'abord les noix de cajou, l'ail et l'huile d'olive avec les plantes sauvages et suffisamment d'eau pour obtenir une consistance de crème (ou bien dans un extracteur de jus, sans eau pour obtenir une consistance granuleuse).  Ajouter le basilic, sel ou tamari avec peu d'eau si nécessaire et pulser avec le mixeur.

Servir comme pâté sur du "Pain Essenien" ou sur des 'spaghettis' de légumes ou des pâtes cuites et décorer de fleurs de berce...Bon appétit !!

 

Gudrun Scholler

0499 23 51 57

www.gudrun-scholler.be/

 

Newsletter Vivacité

Recevez chaque vendredi matin les événements, concours et l’actu Vivacité.

OK