Vivre ici Hainaut

Plus d'infos

Bientôt le retour au kot ? Comment garder une alimentation saine ?

Les recommandations des parents sont souvent bien loin...

Pascale Robience, diététicienne et professeur à la Haute Ecole Condorcet à Tournai explique à Philippe Jauniaux que les habitudes alimentaires des étudiants en kot sont déplorables !

Les étudiants consacrent trop peu de temps aux repas

  • Ils ne déjeunent pas ou peu
  • 2 étudiants sur 3 grignotent entre les repas : essentiellement des produits gras et sucrés (barres chocolatées, viennoiseries accompagnées d’une boisson chaude)
  • Ils consacrent trop peu de temps aux repas
  • Ils consomment fréquemment des sodas et des jus de fruit
  • Ils boivent trop peu d’eau
  • Ils sont adeptes de " facilité dans la cuisine ", de repas préparés et prêts à manger. Il semble que leur choix soit guidé par le plaisir de l’instant et non celui de bien s’alimenter

Quels sont les facteurs qui peuvent influencer leur alimentation ?

La majorité des étudiants déclarent être stressés et fatigués en période scolaire !

Quelles sont les sources de stress ?

  • le blocus
  • les examens
  • les stages
  • les évaluations
  • le rythme des échéances
  • la non-planification des travaux

50 % de ces étudiants stressés et fatigués estiment que le rythme scolaire influence négativement leur comportement alimentaire.

Comment se comportent les jeunes ?

  1. Face à l’alimentation : 79% des étudiants du supérieur assurent avoir observé un changement dans leurs habitudes alimentaires depuis qu’ils sont en kot !
  2. Face à l’équipement : 31% des étudiants estiment qu’ils sont insuffisamment équipés pour cuisiner (matériel trop ancien, absence de four, de congélateur et/ou de micro-ondes, mauvaise hygiène due à l’aspect communautaire de la cuisine,).
  3. Face au budget : le budget hebdomadaire alloué à l’alimentation est souvent sacrifié au profit des " sorties "

Les conseils de Pascale Robience...

  • Préparer un menu hebdomadaire, rédiger une liste de courses et planifier les achats :
    • les produits situés à hauteur des yeux dans les rayons sont généralement plus chers que ceux placés en dehors du champ de vision
    • comparer le prix au kilo ou au litre
    • éviter les produits de marque souvent plus coûteux
    • acheter des légumes et des fruits de saison ou des surgelés qui constituent une bonne alternative
    • vérifier sur l’emballage si le produit ne contient pas trop de sel ni de sucre
  • Lors de la préparation du repas
    • cuisiner avec d’autres étudiants : c’est convivial et plus avantageux. Il y aura moins de restes et les aliments conditionnés en grande quantité sont moins onéreux
    • si il y a des restes, les congeler ou les conserver au réfrigérateur et les transformer le lendemain en nouveau plat.

Conclusion...

Un bon repas ne doit pas toujours contenir beaucoup d’ingrédients. Les plats uniques sont plus avantageux. Ils permettent d’économiser du gaz, de l’électricité et surtout de la vaisselle.

Newsletter Vivacité

Recevez chaque vendredi matin les événements, concours et l’actu Vivacité.

OK