Vivre ici Bruxelles

Du lundi au vendredi de 14:00 à 16:00 sur Vivacité

Plus d'infos

Vive les vins Belges !

La Belgique commence petit à petit à faire parler d’elle sur la scène du vin. Fabrizio Bucella, œnologue et chroniqueur dans Vivre Ici Bruxelles fait le point sur la question.

Les chiffres du ministère des affaires économiques sont tombés la semaine dernière. L’année 2018 a été une année record pour le vin belge. On a produit 2,6 millions de bouteilles. Cela fait à peu près une bouteille pour 4,5 habitants. Ce n’est pas demain la veille qu’on sera en autarcie vinicole.

Wallon, flamand, belge ?

Il y a aussi une astuce belgo -belge comme on sait les faire dans notre pays – du verbe savoir faire. L’Union européenne exige des associations professionnelles afin de représenter les vignerons. Ni une, ni deux, les Flamands ont été les premiers de la classe, ils ont créé l’association "Belgische Wijnbouwers – Wines of Belgium". Comme son nom ne l’indique pas, elle n’est pas l’association des vignerons belges, mais bien celle des vignerons flamands.

Les Wallons ont créé leur association qui est simplement l’Association des vignerons de Wallonie et dont le nom correspond à l’objet.

Il y a lieu de pousser un vrai cocorico, quand on compare la production entre la Flandre et la Wallonie. Les domaines les plus importants, ceux qui produisent plus de 50 000 bouteilles par an pour fixer les idées, sont en majorité du côté wallon. C’est même 75% des domaines de grande taille qui sont situés sur le sillon Sambre et Meuse !

Afin de protéger le consommateur, on a créé en 2004 une appellation d’origine protégée au doux nom de coteau-de-sambre-et-meuse pour les vins tranquilles. Il existe aussi une indication géographique protégée les vins-de-pays-de-jardins-de-wallonie.

L’Histoire

On pense souvent que les Romains ont apporté la vigne en Belgique. Rien de plus faux. Les Romains se baladaient bien avec des ceps de vignes dans leurs besaces, mais ils n’ont pas poussé le vice jusqu’à faire pousser cette plante sous nos latitudes. La vigne serait arrivée avec Charlemagne, juste après la chute et le sac de Rome par les Barbares.

Dans le même ordre d’idées, on pense que Napoléon aurait fait arracher la vigne pour favoriser les vignerons français. En vérité la Belgique et surtout la Wallonie faisaient partie intégrante des conquêtes révolutionnaires. C’est méconnaître l’histoire de penser que Napoléon aurait défavorisé ces contrées au profit d’autres, car pour lui, elles constituaient toutes la France une et indivisible.

Huy versus Liège

L’anecdote provient de l’ouvrage de Guy Durieux et Marc Vanel, le plus aboutit sur l’histoire du vignoble wallon. Nos amis liégeois disaient à propos des vins de leurs camarades hutois : "Huy a trois espèces de vins : le vin de la chaussette, le vin des Trois Frères et le vin tournant".
Le premier de ces nectars avait comme caractéristique que lorsqu’on avait une chaussette trouée, il suffisait d’y verser un verre de ce vin pour que le trou se referme instantanément.
Le deuxième dit des Trois Frères, ainsi appelé parce que pour faire ingurgiter un verre à un des trois frères, il fallait que les deux autres le tiennent vigoureusement.
Enfin le troisième, le vin tournant, tirait son nom de ce que si on ne tournait pas sur place quand on l’avalait, on avait l’intestin perforé.

Quels cépages ?

Les vignes qui poussent sous nos latitudes, sont-elles les mêmes que celles en France ou en Italie ou bien est-ce des plantes différentes ? Voilà la question qui agite le vignoble wallon. Sur les cépages, il y a deux écoles comme on dit. La première fait le choix de cépages classiques, mais adaptés à des climats plus septentrionaux. Cependant, le climat belge est particulièrement sombre et floteux. Aussi, il existe une autre école, celle-ci fait le choix de cépages plus récents, où la vigne européenne est croisée avec des consœurs d’Amérique du Nord. On appelle ces cépages interspécifiques, c’est un terme qui sent la manipulation génétique, mais ces plants de vigne n’ont pas été tripotés avec leur ADN, je vous rassure.

Pour conclure, disons que les vins wallons demandent du temps, du talent et du cœur comme dans la chanson de Jean-Jacques Goldman, et ils peuvent être magnifiques.

A visite : le site de l’association des vignerons de Wallonie. Vous y trouverez certainement un vignoble à visiter près de chez vous ou près de votre lieu de vacances, car il paraît qu’on passera en grande partie nos vacances en Belgique.

N’oubliez pas, pour le vin wallon comme pour le reste, il n’y a qu’une solution c’est la dégustation.

Chaque vendredi, Fabrizio Bucella nous livre ses pépites sur le monde du vin dans Vire Ici Bruxelles. N’hésitez pas à aller faire un tour sur le site de son école d’œnologie Inter Wine and Dine pour en savoir plus. Il propose également des cours gratuits en ligne le samedi à 18h sur sa chaîne Youtube.

Newsletter Vivacité

Recevez chaque vendredi matin les événements, concours et l’actu Vivacité.

OK