Vivre ici Bruxelles

Du lundi au vendredi de 14:00 à 16:00 sur Vivacité

Plus d'infos

Un mauvais champagne ou un bon crémant ?

Depuis quelques semaines, le prix de certains champagnes est au plus bas dans les grandes surfaces. Est-ce une bonne idée d’en remplir son caddie ? Fabrizio Bucella, chroniqueur œnologue, a répondu à la question cette semaine dans Vivre Ici Bruxelles.

Des bouteilles de champagne à 10 euros !

Elles sont à la limite de la vente à perte. On peut décomposer exactement ce que coûte une bouteille de champagne. Nous avons environ 1,2 kilogramme de raisin dans une bouteille, au prix du kilo en Champagne cela fait environ 6,50 euros. C’est plus cher qu’une bouteille de Prosecco ou de Cava.

Continuons notre décompte. La vinification, si vous avez des grandes installations bien rentabilisées, coûte environ 2,50 euros. Ensuite, vous avez 1,50 euro pour la bouteille et la mise dans ladite bouteille, le bouchon, le muselet… la caisse en carton. Bref, nous avons environ 4,00 euros pour faire du champagne et le placer dans un récipient. Avec les 6,50 euros du prix du raisin, on est donc à 10,50 euros. C’est la limite du prix minimum minimorum pour ce genre de chose.

Mais où est la Comtesse ?

Ce sont des champagnes de marques exclusives pour la grande distribution. En gros, les grandes surfaces négocient des contrats avec des maisons de champagnes, parfois même connues, pour acheter des produits sous une marque qui leur est réservée.

Pour prendre un exemple, la Comtesse de Gramont de Colruyt, inutile de la chercher quelque part en Champagne cette comtesse : elle n’existe pas. Les Gramont, étaient les princes souverains de Bidache, autoproclamés, ce qui est la meilleure méthode pour obtenir le titre que l’on convoite. Ils ont été capitaines puis gouverneurs de Bayonne de 1472 à 1789. Bref, nous sommes dans le Béarn. La seigneurie de Gramont était dans le duché de Vasconie, ce duché se trouvait coincé entre le Duché d’Aquitaine le Royaume de Navarre. Nous avons deux comtesses de Gramont un peu célèbres, l’une fut favorite d’Henri IV, on l’appelait la belle Corisande. L’autre était une des favorites de Louis XIV.

Lequel choisir ?

Vaut-il mieux acheter un champagne premier prix ou un crémant, voire un prosecco ou un cava ? Vaste débat… Faisons le point sur les méthodes de fabrication. Crémant et cava c’est à peu près comme en Champagne. Les proseccos peuvent par contre utiliser une méthode plus industrielle. Il faut vérifier qu’il s’agisse bien d’un prosecco "méthode traditionnelle" pour comparer les choses comparables.

L’avis de Fabrizio

Personnellement, je trouve que les très bons crémants de Bourgogne, qui sont réalisés avec les mêmes cépages qu’en champagne, valent bien mieux que ces champagnes premiers prix.

Cependant, il ne faut pas les galvauder. Un comparatif de tous les champagnes premiers prix de toutes les enseignes a surpris notre œnologue par la qualité de certains. Mais s’il ne fallait en retenir qu’un, ce serait celui de Colruyt, la fameuse Comtesse de Gramont qui se trouve dans le Sud-Ouest et mange du canard confit avec du foie gras.

Les Cavas

Il faut faire attention à la finale lorsqu’on le déguste. Il ne doit pas être trop sucré. Le macabeu, un des cépages souvent utilisés pour le cava, possède une note amère, c’est normal de la retrouver. Cela dynamise le produit.

Et surtout n’oubliez pas, crémant, cava ou champagne : il n’y a qu’une solution, c’est la dégustation.

Chaque semaine, Fabrizio Bucella nous livre ses pépites sur le monde du vin dans Vire Ici Bruxelles. N’hésitez pas à aller faire un tour sur le site de son école d’œnologie Inter Wine and Dine pour en savoir plus.

Newsletter Vivacité

Recevez chaque vendredi matin les événements, concours et l’actu Vivacité.

OK