Vivre ici Bruxelles

Plus d'infos

Robin Food ou comment des invendus deviennent de la soupe pour les plus démunis

Mais qu’est-ce qui se cache derrière ce jeu de mots délicieux : Robin Food ? Une soupe qui l’est tout autant, délicieuse ! Confectionnée à partir de légumes invendus, elle permettra aux plus démunis d’avoir accès à une alimentation de qualité durant cette période particulièrement délicate.

L’union fait la force

Aidée de 4 partenaires (Samenlevingsopbouw, RisoVlaams-Brabant, Depot Margo et Rikolto), l’entreprise sociale anderlechtoise EnVie met le projet en place en à peine deux semaines : un appel au financement participatif pour fabriquer de la soupe pour 5000 familles. Le principe est simple, il suffit d’acheter une ou des bouteilles de soupes sur un site de crowdfunding, la production est ensuite distribuée aux plus démunis via les banques alimentaires, les services de la Croix-Rouge, les épiceries sociales ou encore 25 associations bruxelloises actives dans les milieux précarisés. Une aide précieuse pour ces acteurs de terrain qui n’ont plus accès aux invendus des grandes surfaces, littéralement dévalisées ces dernières semaines.

Pour les agriculteurs aussi

Afin de réaliser ces 20.000 litres de soupe, l’entreprise bruxelloise va acheter des légumes à bas prix auprès d’une coopérative d’agriculteurs. Eux aussi souffrent particulièrement du confinement : leurs légumes habituellement achetés par l’Horeca restent invendus. La soupe est ensuite réalisée à prix coûtant avec des ingrédients naturels de qualité.

L’histoire d’EnVie

Active depuis septembre 2018, EnVie vise l’anti-gaspillage en rachetant des invendus, mais remet surtout au travail des personnes qui ne trouveraient pas leur place sur le marché de l’emploi traditionnel. Il ne s’agit d’ailleurs là que d’un tremplin en réalité. La start-up bruxelloise travaille avec différents partenaires (Colruyt, Randstad…) pour assurer un emploi sur du long terme ailleurs. C’est de cette manière qu’Hassan, arrivé en Belgique il y a 15 ans, a pu signer un CDI chez Colruyt, alors qu’il ne parlait pas français.

Pour soutenir cette collecte de fonds, rdv ici

Newsletter Vivacité

Recevez chaque vendredi matin les événements, concours et l’actu Vivacité.

OK