Vivre ici Bruxelles

Du lundi au vendredi de 14:00 à 16:00 sur Vivacité

Plus d'infos

L'étiquette fait-elle le vin?

L'étiquette fait-elle le vin?
L'étiquette fait-elle le vin? - © kuppa_rock - Getty Images/iStockphoto

L'étiquette sur une bouteille influence-t-elle réellement le goût du vin? Fabrizio Bucella, œnologue et chroniqueur pour Vivre Ici Bruxelles nous aide à y voir plus clair en se basant sur un principe: le biais de confirmation d'hypothèse. Une expérience a été réalisée sur le sujet en 1999 à l'université de Bordeaux, elle est encore enseignée aujourd'hui dans toutes les écoles d’œnologie.

Les chercheurs ont demandé à 57 étudiants de dernière année d’étude d’œnologie de rendre une note sur 20 points à propos de deux vins dégustés à une semaine d’intervalle. En réalité, il s’agissait du même vin, mais présenté dans deux habillages différents. Les étudiants n’étaient pas au courant de l’astuce.
Au cours de la première séance, le vin était conditionné dans une bouteille de premier grand cru classé bordelais prestigieux. Au cours de la seconde séance, le vin était présenté sous forme d’un vin de table entrée de gamme.
Dans leur grande majorité, les étudiants ont donné une meilleure note au premier grand cru classé. La moyenne était de 13,2 pour le grand cru sur 20, et 8 pour le vin de table. La dégustation de vin est donc affaire de conditionnement... tant du produit que du dégustateur.

Quand le scanner s'en mêle

Plus récemment, des chercheurs américains ont reproduit l’expérience des grands crus et des vins de table, en plaçant 20 participants dans un scanner IRM. Ils ont proposé un vin à 5 $ et le même vin en prétendant que c’était un vin à 45 $, mais aussi un vin à 90 $ et le même vin en faisant croire qu’il s’agissait d’un vin à 10 $. L’IRM fonctionnelle a montré que la réputation et le prix du vin influençaient l’activité du cortex orbitofrontal médian, zone associée au codage du plaisir. 
Les participants ont été invités à déguster les vins dans le scanner huit semaines après leur première épreuve. Ce jour-là, aucune indication sur le prix ne leur avait été communiquée. Résultat: l’activation du cortex orbitofrontal médian était équivalente pour tous les vins.

Ce que nous apprend cette expérience est que le vin cher ne nous semble pas simplement meilleur, il est perçu comme réellement meilleur. Le prix est donc un facteur qui influence la dégustation.

Chaque semaine, Fabrizio Bucella nous livre ses pépites sur le monde du vin dans Vire Ici Bruxelles. N’hésitez pas à aller faire un tour sur le site de son école d’œnologie Inter Wine and Dine pour en savoir plus.

 

Newsletter Vivacité

Recevez chaque vendredi matin les événements, concours et l’actu Vivacité.

OK