Vivre ici Bruxelles

Du lundi au vendredi de 14:00 à 16:00 sur Vivacité

Plus d'infos

Faire son compost, même sans jardin

Comme chaque lundi, retrouvez Pascale Hourman, porte-parole de Bruxelles Environnement dans Vivre Ici Bruxelles. Aujourd’hui, il est question du compostage.

Rien qu’à Bruxelles, 1 citoyen sur 10 a un compost individuel. A cela il faut ajouter les composts collectifs. Il y en aura bientôt 200 dans la capitale. Les citoyens ont donc compris l’intérêt du compostage : cela vous permet de diminuer la taille de vos poubelles. 30 à 60% en poids des déchets du sac blanc sont des déchets organiques et donc de faire des économies en payant moins de sacs et en achetant moins tout en diminuant votre impact sur l’environnement. Et enfin, grâce à cela, vous disposez d’un engrais fertile, gratuit et 100% naturel pour vos plantations ou vos balconnières.

Mais le compost est-il possible en cette période plus froide et plus humide ?

La réponse est oui, il n’y a pas de saison pour composter… Il faut savoir que le compostage chauffe naturellement, donc le froid n’est pas un problème. C’est juste un peu moins rapide.

Avec ou sans jardin, le compost est possible

Tout à fait. Et il y a une solution pour chaque situation. Si vous avez un petit jardin optez pour un bac ou un fût. Si vous avez un grand terrain, privilégiez le compostage en tas ou en silo. Si vous n’avez pas d’espace vert, vous pouvez opter pour le vermicompostage dans des bacs. Le principe est simple : des vers de terre vont se nourrir de vos déchets de cuisine et les transformeront en compost. Les bacs peuvent être placés au garage, à la cuisine, dans la cave, dans une cour ou encore sur votre balcon, de préférence à l’abri des rayons directs du soleil. Si vous le placez à l’extérieur attention en dessous de 0° les vers meurent.

Et si on n’est pas très fan des petites bêtes ?

Là encore, il y a une solution. Vous pouvez opter pour une autre méthode moins connue le bokashi. C’est d’origine japonaise et cela signifie " matière organique fermentée". Des micro-organismes permettent de composter les restes alimentaires sans odeurs et rapidement.

En quelques semaines vos déchets sont transformés en amendement de sol qui doit alors être enterré pour terminer sa maturation et enrichir la terre. Enfin, vous pouvez rejoindre un compost de quartier, où en plus de composter vos déchets vous créez du lien avec vos voisins, ou encore participer aux collectes de sacs orange et vert.

Les règles clés à respecter.

Un bon compost c’est un compost équilibré. Et cette règle est valable toute l’année. La moitié des apports doit être de la matière humide, c’est-à-dire des restes alimentaires, l’autre moitié est de la matière sèche (comme des branchages broyés ou du carton brun).

Il faut surveiller le taux d’humidité et l’adapter au besoin (avec de l’eau de pluie ou plus de matière sèche). L’autre mot-clé c’est l’aération. Il faut retourner régulièrement son compost pour introduire de l’air et permettre la décomposition. L’idée est surtout de mélanger les couches à l’aide d’une fourche ou d’une tige aératrice pour que le compost puisse mûrir partout de la même manière. Il ne faut donc pas nécessairement retourner au sens mettre la couche du bas en haut. Les vers feront le reste !

L’idéal est d’avoir un compost couvert pour maîtriser l’humidité. Éviter également d’y déposer du pain ou de la viande qui peuvent attirer les rongeurs. Pour accélérer le processus, pensez à découper en petits morceaux ce que vous y jetez. Mais à part ça pas de précaution particulière.

Comment sait-on si son compost fonctionne bien ?

Un compost efficace n’a pas d’odeur, il est plein de vie, chauffe, et en fin de compostage est de couleur noire. A température ambiante, il est légèrement humide et friable (comme une bonne terre !).

Faut-il ajouter des produits ?

L’intérêt du compost est justement d’être 100% naturel, rien à ajouter donc !

Vous ne vous êtes pas encore lancé ? Ou trouver des informations ?

Sur le site de Bruxelles Environnement. Vous y trouverez des informations sur les formations proposées et sur les maîtres composteurs. Vous pouvez faire appel à eux pour acquérir du savoir-faire. Il y a aussi des informations sur l’appel à projets Inspirons le quartier : vous pouvez via cet appel recevoir un soutien méthodologique pour lancer un compost collectif s’il n’y en a pas par exemple dans votre quartier.

Une solution en bout de chaîne.

Il y a tout un travail en amont qui peut être fait. Un travail de gestion des stocks, éviter le gaspillage ou encore apprendre à cuisiner les restes. Ce sont tous des éléments phares de notre stratégie Good Food.

 

Newsletter Vivacité

Recevez chaque vendredi matin les événements, concours et l’actu Vivacité.

OK