Vivre ici Bruxelles

Du lundi au vendredi de 14:00 à 16:00 sur Vivacité

Plus d'infos

Des femmes en grève le 8 mars

Cette semaine, Mathieu Neuprez des Grenades (média féministe de la RTBF) évoque la journée internationale des droits des femmes, qui aura lieu le 8 mars !

Anciennement " journée de la femme ", le 8 mars est devenu la journée internationale des droits des femmes ! Et parmi les droits des femmes, il y a le droit de grève !

En effet, ce 8 mars 2021, pour la troisième année consécutive, les femmes sont appelées à faire grève dans notre pays, à l’initiative du " Collecti.e.f 8 maars " ! Il s’agit d’un groupe de femmes (indépendant des partis politiques et syndicats) qui défend un féminisme populaire.

Un slogan fort : “Si les femmes s’arrêtent, le monde s’arrête”

Les femmes sont donc invitées à faire grève le 8 mars. Grève du travail, donc, mais pas uniquement de ce qu’on appelle leur travail " productif " : c’est-à-dire leur métier, celui qui leur rapporte de l’argent (souvent moins d’argent que pour les hommes, cela dit en passant).

Les femmes sont également invitées à faire la grève de ce qu’on appelle le travail " reproductif " : le travail ménager et le travail de soin aux autres (repas, repassage, ménage, etc.). Vous allez très vite comprendre en voyant cette vidéo.

Concrètement, le 8 mars, vous êtes invitées, mesdames, à ne pas vous occuper des enfants, ni du repas, ni des courses, ni de la lessive, ni de votre boulot ! Et on verra si le slogan du début est toujours trop fort de roquefort.. ou si vraiment, le monde s’arrête quand les femmes s’arrêtent !

Toujours de nombreuses inégalités

On rappelle que les femmes sont moins bien payées que les hommes, qu’elles s’occupent souvent de tout à la maison, qu’elles sont les plus grandes victimes de violences partout dans le monde – y compris, et le plus souvent, au sein de leur domicile (violences physiques, sexuelles, psychiques et verbales, harcèlement, cyberharcèlement, cyber-violence, etc.). Qu’elles n’ont pas le temps d’avoir des loisirs ou de se faire plaisir. On rappelle qu’elles sont discriminées sur leur lieu de travail, qu’elles doivent être beaucoup plus compétentes que les hommes pour obtenir un poste et qu’elles doivent continuellement prouver qu’elles le méritent ! On rappelle que souvent, on oublie de leur donner un nom de famille, comme c’était le cas pour Amal Amjahid.

Et pourtant, si les femmes s’arrêtent le 8 mars, fort est à parier que le monde, en effet, s’arrêtera aussi de tourner ce jour-là.

A quand l’égalité, alors ? A quand le jour où plus personne n’aura besoin de faire grève pour simplement prouver qu’il ou elle existe ?

Comment faire la grève du 8 mars ?

Qui peut faire grève le 8 mars ? Suis-je couvert.e ? Dois-je prévenir mon employeur ? Et si je ne peux pas faire grève ? Voici des réponses à ces questions et à bien d’autres encore sur le site du Collecti.e.f

Toute personne, même non syndiquée, a donc le droit de faire grève. Cependant, ne sont couvertes et donc indemnisées que les travailleuses syndiquées. La FGTB et la CNE soutiennent la grève du 8 mars. Il faut prévenir son boss, bien sûr ! Et on peut le faire jusqu’à la veille du 8 mars, par écrit. Votre employeur ne peut pas vous interdire de faire la grève, mais si vous travaillez dans un secteur considéré d’intérêt public (usines, SEVESO, Hôpitaux etc.), vous pouvez être réquisitionnée !

Complément d’information

Un article très complet des Grenades, qui retrace toutes les grèves de femmes de l’histoire.

Et côté cinéma, on vous propose un très beau film de 2011, intitulé La source des femmes de Radu Mihaileanu avec Leïla Bekhti, Hafsia Herzi et Sabrina Ouazani. Le film se passe dans un village du Maghreb où les femmes font la grève du sexe pour que les hommes, inoccupés la journée, fassent enfin venir l’eau jusqu’au village. Car l’eau est depuis toujours acheminée en jarres par les femmes, qui font régulièrement des chutes et des fausses couches à force d’aller et venir dans la montagne ! Pour arriver à leurs fins, elles décident donc de faire la grève de l’amour, ce qui crée d’énormes tensions dans le village !

D’autres thématiques sont abordées dans le film, comme les mariages arrangés, la violence conjugale, le viol conjugal, l’extrémisme et la scolarisation des jeunes enfants, et notamment des jeunes filles.

Notez encore que la grève du 8 mars n’est pas réservée aux femmes, elle concerne également toutes les minorités et les sympathisant.e.s.

 

Newsletter Vivacité

Recevez chaque vendredi matin les événements, concours et l’actu Vivacité.

OK