Vivre ici Bruxelles

Du lundi au vendredi de 14:00 à 16:00 sur Vivacité

Plus d'infos

C'est le moment de prendre un grog !

C’est de saison, les rhumes et la grippe sont de retour… Pour vous aider à passer au travers de cette saison morose (et pour le plaisir aussi), Fabrizio Bucella nous raconte revient sur un remède de grand-mère : le grog.

La version classique est d’ajouter quelques centilitres de rhum dans un verre ou une tasse d’eau bouillante. En mode médicinal, on peut aussi utiliser du lait, c’est plus doux.

Si on boit quelques centilitres de rhum sur une journée, il n’y a sans doute pas de souci à boire de l’alcool tout en étant malade. Par contre on parle bien de remède de grand-mère. L’efficacité n’a jamais été prouvée. Après, si on se sent mieux, c’est l’essentiel. Effet psychologique, placébo… on l’appelle comme on veut, mais quand on est grippé ou enrhumé, le but est de se soulager un peu.

Qui a inventé le grog ?

Vu la consonance, on se doute déjà qu’il s’agit d’une invention anglaise. Le paradoxe est qu’aujourd’hui, à notre époque un peu aseptisée, le grog est vu comme une boisson de quasi-alcoolique. Alors qu’au tout début, cette chose a justement été créée afin de réduire les ravages de l’alcoolisme sur les marins de la Royal Navy. En effet, après la conquête de la Jamaïque en 1655, les marins recevaient une demi-pinte de rhum journalière. Cela fait précisément 28,4 centilitres, soit un tiers de la bouteille de rhum ou de whisky que vous avez dans votre placard. D’autant qu’on raconte que certains marins conservaient les rations afin de se coller une biture, cumulant la somme de plusieurs rations journalières.

Bref, un amiral ou vice-amiral anglais Edward Vernon a donné l’ordre en 1740 de diluer le rhum dans de l’eau. Si on suit sa prescription initiale, la dilution devait se faire dans les proportions de 4 pour 1. Donc sur 8 centilitres d’eau, vous ajoutez deux centilitres de rhum, deux doigts dirait le bon vieux capitaine Haddock.

Et le nom ?

Le capitaine Vernon devait manifestement être près de ses sous. Il portait des vêtements robustes, peu fins, faits de gros grains, grogram en anglais. Son surnom auprès des marins était Old Grogram ou Old Grog. Vous avez l’origine du nom.

La recette

Vous délayez 2 œufs complets 1 cuillère à soupe de miel. Vous tournez bien avec un petit fouet ou une fourchette, ça colle un peu, mais ça passe. Ensuite, vous ajoutez 20 centilitres de lait bouillant dessus et continuez à tourner énergiquement afin que le miel soit dissous. Vous terminez avec 5 centilitres de rhum maximum et le tour est joué. Selon votre envie, on peut y ajouter quelques gouttes de jus de citron, voire une lamelle d’orange.

N’oubliez pas, grog ou pas, il n’y a qu’une solution c’est la dégustation.

Chaque semaine, Fabrizio Bucella nous livre ses pépites sur le monde du vin dans Vire Ici Bruxelles. N’hésitez pas à aller faire un tour sur le site de son école d’œnologie Inter Wine and Dine pour en savoir plus.

Newsletter Vivacité

Recevez chaque vendredi matin les événements, concours et l’actu Vivacité.

OK