Vivre ici Bruxelles

Du lundi au vendredi de 14:00 à 16:00 sur Vivacité

Plus d'infos

5 bizarreries autour de la nourriture que vous ne connaissiez pas

Pour sa première chronique de l’année, Fabrizio Bucella est revenu sur quelques informations insolites. Plutôt habitué à nous parler de vin dans l’émission Vivre Ici Bruxelles, l’œnologue évoque ici la nourriture.

La gueule de bois est une maladie en Allemagne

Pendant la fête de la bière à Munich, une cour allemande a décidé ni plus ni moins de classer la gueule de bois comme maladie. Il faut suivre le raisonnement. (1) Une société commercialise une boisson comme remède anti-gueule de bois en Allemagne. (2) Une association saisit la justice car elle n’est pas contente. (3) Les juges donnent raison à l’association, mais, et c’est là que se trouve la beauté du droit, ils font un raisonnement astucieux. Ils affirment d’abord que "la gueule de bois est une maladie" et ensuite que "l’information concernant un produit alimentaire ne peut pas s’attribuer des propriétés de prévention ou de traitement d’une maladie humaine". Bref, au détour de leur raisonnement, subrepticement ils classent la gueule de bois comme maladie.

Le coup de la banane à 120 000 dollars

Un artiste Maurizio Cattelan vend à la foire d’art contemporain Art Basel de Miami une soi-disant œuvre, soit une banane scotchée au mur. Coût de la performance ? 120 000 dollars. Un visiteur, qui se considère aussi artiste, a déscotché la banane du mur et l’a mangée. Bref, il s’est englouti le fruit du bananier à 120 000 dollars.

La guerre des oursons bourrés

Tout part d’un entrepreneur espagnol. Il commercialise des ours en gélatine imbibés d’alcool. Attention, il faut 8 ursidés gélatineux pour un verre de vin et 15 à 17 pour obtenir l’équivalent d’un gin tonic. On risque plutôt le rebond glucidique que de terminer bourré. Ni une, ni deux le géant Haribo a attaqué l’entrepreneur car les ours bourrés donnaient une mauvaise image aux ours non bourrés.

Toujours faire attention au nom choisi

Une brasserie canadienne qui se prénomme Hell’s Basement (la cave de l’enfer) a voulu donner un nom tendance Maori à une nouvelle bière brassée avec des houblons de Nouvelle-Zélande. La bière s’appelle "Huruhuru – The Feather" (Huruhuru – La Plume). Bardaf, ils n’avaient pas vu qu’en Maori Huruhuru ne veut pas vraiment dire la plume mais plutôt les poils pubiens. La bière aux poils pubiens (il faut connaître le maori) ça fait tout de suite moins poétique disons.

Quand le vin combat le coronavirus

L’info date de ce début 2021 : des chercheurs américains ont trouvé que les flavanols et les proanthocyanidines du raisin et du vin empêchent le virus de se fixer sur les cellules humaines. Ces polyphénols sont également présents dans le thé vert et le cacao et ils pourraient aider à lutter contre la pandémie.

Comme toujours, il n’y a qu’une solution c’est la dégustation.

Chaque semaine, Fabrizio Bucella nous livre ses pépites sur le monde du vin dans Vivre Ici Bruxelles. N'hésitez pas à aller faire un tour sur le site de son école d'œnologie Inter Wine and Dine pour en savoir plus.

Newsletter Vivacité

Recevez chaque vendredi matin les événements, concours et l’actu Vivacité.

OK