Viva Week-end

Tous les samedis et dimanches de 06:00 à 09:00 sur Vivacité

Plus d'infos

La balade de Carine : Wépion, capitale de la Fraise !

La balade de Carine : Pourquoi Wépion est-il la capitale de la Fraise ?
La balade de Carine : Pourquoi Wépion est-il la capitale de la Fraise ? - © Tous droits réservés

Le long de la Meuse, près des villas mosanes Belle-Epoque de la chaussée de Dinant s’est développé un charmant village où on cultive la fraise depuis plusieurs décennies. Si la production est moindre ces dernières années, la fraise de Wépion reste la référence. Quand et comment s’est-elle implantée dans la région ? Comment s’est-elle forgée une réputation ? La fraise de Wépion ne fait l’objet d’aucune protection géographique mais sa qualité est reconnue au-delà de nos frontières.

Sur la façade d’une maison blanche, sur un panneau en forme de fraise, on lit " Musée de la Fraise ". Ouvert depuis 1970, le Musée de la Fraise relate l’histoire de la production de la fraise et des fruits rouges dans la région : des espaces didactiques et ludiques, un jardin des petits fruits avec 35 ares, 20 espèces de fruits de la région, 15 variétés de fraisiers, un verger d’arbres indigènes, des ruches et 3 hôtels d’insectes.

Depuis 1880, on cultive la fraise à Wépion. Avant, on récoltait les fraises des bois. Au 19ème siècle, la récolte journalière avoisinait les 70 tonnes. En 1933, les producteurs se comptaient par dizaine alors qu’aujourd’hui, avec la mondialisation, ils ne sont plus que 6 à cultiver la jolie, la darselect et autres.

Avec le développement du tourisme et le droit aux congés payés dans l’entre-deux guerres, les productions fraisières ont pris de l’ampleur et ont largement contribué à la réputation du coin. Beaucoup de familles de Wépion et de la région cultivent la fraise et vendent leur production le soir après la récolte sur les places publiques des villages. Dans les années 60, les marchés locaux regroupent plusieurs centaines de producteurs de fraises en coopérative qui deviendra très vite la " Criée de Wépion ".

Dans les années 70, l’urbanisation des villages et les contraintes légales qui ne cessent d’augmenter découragent les producteurs. Dis ans plus tard, ils ne sont plus qu’une dizaine. La zone de production s’étend à une vingtaine de kilomètres autour de la Criée. Les méthodes de production et de commercialisation sont désormais professionnelles.

On ne cultive pas la fraise de Wépion n’importe comment. Les producteurs suivent un cahier des charges établi avec des techniciens agronomes appartenant au Groupement des Fraisiéristes wallons, une structure indépendante. Les premières fraises sont récoltées en serre en mai. Les dernières sont cueillies en octobre. Chaque soir en saison, vers 19h30, les fraisiéristes vendent leur récolte du jour à la criée.

 

Le musée

Le musée de la Fraise nous raconte l’histoire des fruits rouges dans la vallée de la Meuse et plus particulièrement celle de la fraise.

La salle historique du Musée nous apprend que la Fraise vient d’Amérique et que les plants cultivés aujourd’hui proviennent des Pays-Bas. Plus loin, des collections de services de tables et objets de dégustations nous montrent à quel point la fraise à inspirer les concepteurs. Elle était un produit de luxe qui trônait sur les tables bourgeoises. Après, on découvre la fraise dans la littérature et les écrits scientifiques. On visite aussi un jardin de 35 ares avec des fruits rouges, fruits de la région, un rucher et des hôtels pour insectes.

Vous y passerez une heure en moyenne ; une visite qui s’inscrit dans le carnet de bord d’une journée ou un week-end de découverte de la région. 5 € l’entrée. Chaussée de Dinant, 1037

 

Dans la région

Comme Wépion se situe entre Namur et Profondeville, vous n’aurez que l’embarras du choix pour compléter le programme de la journée. Namur, sa citadelle, ses musées, Profondeville près d’Annevoie et ses célèbres jardins.

On peut aussi simplement se balader le long du chemin de halage pour admirer les bâtisses Belle-Epoque et croiser les bateliers de la Meuse.

Vous pourrez aussi faire du pédalo et du ski nautique.

 

Les fraises de Lesdain

Il n’y a pas qu’à Wépion qu’on cultive de bonnes fraises. Heureusement ! Les fraises de Lesdain dans le Tournaisis ont la côte. Les fruits rouges sont exploités depuis les années 30.

Newsletter Vivacité

Recevez chaque vendredi matin les événements, concours et l’actu Vivacité.

OK