Viva Week-end

Tous les samedis et dimanches de 06:00 à 09:00 sur Vivacité

Plus d'infos

La balade de Carine : Une nouvelle route en Wallonie : le circuit Unesco

La balade de Carine : Une nouvelle route en Wallonie : le circuit Unesco
3 images
La balade de Carine : Une nouvelle route en Wallonie : le circuit Unesco - © Dmitri Woters / EyeEm - Getty Images/EyeEm

Elle vous mènera sur des chemins sertis de merveilles patrimoniales et folkloriques. La Route Unesco vient d’être inaugurée en Wallonie : 500 km de découverte morcelés en 11 circuits à faire à vélo via les Ravel et les points-nœuds.

Les frites, la bière, les beffrois, les charbonnages, le carnaval de Binche, la ducasse de Mons, … le patrimoine wallon peut s'enorgueillir de compter de nombreuses inscriptions au patrimoine matériel et immatériel de l’Unesco. Etonnamment, jamais aucun circuit n’avait été baliser autour de la thématique.

Avec la vogue du tourisme vert et durable, l’émergence et la démocratisation des vélos électriques, les onze circuits de 10 à 60 km ont été conçus pour les cyclistes via le réseau autonome des voies lentes et les points-nœuds, un système de fléchage d'itinéraires cyclables. L'utilisation est aisée et pratique. Les itinéraires se téléchargent en ligne et les départs peuvent se faire de n'importe quel point des boucles.

Avec les charbonnages, les beffrois, les carnavals, les ascenseurs à bateaux, la ducasse d’Ath, le Doudou … le Hainaut est la province la plus gratifiée.

Bois-du-Luc, près de La Louvière

Bois-du-Luc est un haut lieu de l’histoire des mineurs en Belgique. Il y a 70 ans, les Italiens débarquaient dans le charbonnage, l’un des plus importants de Wallonie au 20ème.

Des maisons ouvrières, un kiosque, une église, des charbonnages, des ateliers de surface, des écoles, un hospice et un hôpital, à l’exception du lavoir, le site minier a été préservé dans son intégralité. Nul ne lui connaît d’égal en Europe !

C’est en 1685 que commence l’exploitation industrielle du charbon sur le site, 4 siècles après l’extraction artisanale de houille par les moines de l’Abbaye de Bonne-Espérance.

Dans la cité près de la mine, les ouvriers et leur famille logeaient dans de petites maisons de rangées. Pour garder les troupes au travail et limiter le repos à un jour par semaine, les patrons avaient fait édifier un kiosque pour les loisirs et des petites boutiques pour les courses usuelles. Près de 3000 ouvriers battaient la roche sous terre pour en extraire le charbon.

 

Dans les ateliers adjacents à la mine, l’odeur tenace de la graisse rappelle que dans les années 70, les machines étaient encore en fonction. Tout est encore en place, comme si le travail s’était momentanément arrêté. Seul, le bruit manque au décor ! Les ateliers de surface permettaient au charbonnage de fonctionner en presque totale autarcie ; les sous-traitants étaient peu nombreux.

 

La visite débute par le bureau austère du patron, témoin de sa puissance paternaliste et son ascendance sur les ouvriers et employés, tant au travail que dans les loisirs. De son quartier général, de par un jeu de miroir, le directeur pouvait scruter et gérer l’arrivée de ses visiteurs.

 

Dans un bâtiment autrefois affecté en vestiaire, une rue commerçante du 20ème siècle a été reconstituée avec des boutiques de premières nécessités, comme une épicerie, et des artisans utiles au quotidien des mineurs comme le cordonnier.

 

De l’autre côté de la maison du gérant, la fosse St Emmanuel laisse entrevoir les différentes étapes de la journée type d’un mineur de fond, l’histoire du site et de la lampisterie. On y voit aussi une machine d’extraction, un ventilateur pour renouveler l’air dans la mine ainsi qu’une salle dédiée au travail des femmes et des enfants ! Les visites guidées se font parfois en wallon borain.

Les ascenseurs à bateaux

Il y a un siècle, l’ingéniosité et le labeur de l’homme offraient à la région une prouesse technique unique au monde. Entre La Louvière et Thieu, le canal historique du centre et ses ascenseurs hydrauliques étaient construits pour racheter une dénivellation de terrain et offrir une voie fluviale plus rapide aux péniches pour l’acheminement des marchandises. Aujourd’hui dépassé par la modernité de la navigation, le canal historique, inscrit au patrimoine mondial de l’Unesco depuis 1998, fait le bonheur des touristes et randonneurs.

 

Plus d'infos : visitwallonia.be/routeunesco

Pour plus de balades en Belgique et ailleurs, rendez-vous dans Viva Week-end les samedis et dimanches de 6h à 9h sur VivaCité.

Newsletter Vivacité

Recevez chaque vendredi matin les événements, concours et l’actu Vivacité.

OK