Viva Week-end

Tous les samedis et dimanches de 06:00 à 09:00 sur Vivacité

Plus d'infos

La balade de Carine : Tournai : la serre aux papillons est accessible !

La balade de Carine : Tournai : la serre aux papillons est accessible !
La balade de Carine : Tournai : la serre aux papillons est accessible ! - © Musée d’Histoire naturelle de Tournai

Le Musée des Sciences naturelles de Tournai est désormais plus grand ! Le jardin de 17 ares en plein cœur de ville est accessible au public dans la continuité du musée initial et du vivarium.

Les délais ont été respectés. Le jardin du musée est maintenant ouvert au public. Les aménagements ont été conçus autour d’un tilleul centenaire, point central de l’espace muselé en plein air. On y trouve des enclos avec des tortues, une serre à papillons, une ruche, un bassin et un aquarium ouvert. Derrière la serre à papillon, dans une zone plus ombragée, il y des enclos à amphibiens. Les espèces viennent à la fois d’Europe et de la région. La volonté est de mettre l'accent sur la faune locale et sensibiliser le public aux espèces menacées des régions avoisinantes.

 

Difficile de recenser le nombre d’espèces présentes dans le musée. Actuellement, dans le vivarium, il y a 85 espèces différentes vivantes. Les collections naturalisées se chiffrent en plusieurs centaines.

 

Le musée se subdivise en quatre parties nées des courants de l’évolution des mentalités : une galerie avec des verrières, une salle de dioramas, un vivarium et un espace ludique et didactique.

Début du 19ème, les collections sont composées de moulages, de squelettes et d’animaux naturalisés, certains défigurés parce qu’ils sont nés atypiques. Dans les années 60, alors que l’écologie sensibilise de plus en plus le grand public et que l’on commence à se rendre compte que les activités humaines peuvent perturber l’environnement, on aménage une salle de dioramas pour présenter des animaux dans leur milieu naturel. Plusieurs biotopes régionaux, nationaux et exotiques sont reconstitués, comme les marais de l’Escaut, le littoral belge et la mer du nord ainsi que la forêt équatoriale ou la Pampa argentine.

Au début du troisième millénaire, le musée accueille des tortues, serpents, reptiles et autres animaux abandonnés ; c’est le début du vivarium.

Le fonctionnement de l’espace entre musée et parc zoologique miniature a dû être revu. Les fonds Feder ont permis d’engager de nouvelles fonctions incontournables dans l’organisation de la structure comme des soigneurs, des personnes pour la gestion de la bibliothèque.

 

Entre le musée classique et le parc zoologique miniature, le musée tournaisien garde sa place de " premier " dans le pays même s’il ne joue pas dans la même cour que le musée des sciences naturelles de Bruxelles ou autres attractions touristiques. Les autorités espèrent dépasser les 25 000 visiteurs annuels.

 

 

Préserver la faune et la flore

Les équipes s’attachent aussi à la protection de notre environnement. Depuis plus années, elles participent à des programmes de sauvegarde et de reproduction d’espèces menacées qu’elles gèrent aussi en partie.

 

Un éléphant exceptionnel

Le musée compte aussi un éléphant naturalisé, Patrimoine de Wallonie. 

Un éléphant d’Asie naturalisé dans un musée belge … rien d’extraordinaire a priori. Son parcours révèle une histoire singulière. Au milieu du 18ème, Barthélemy Dumortier, un botaniste Tournaisien dont l’influence et l’ambition n’ont de limite, parvient à motiver une commission de notables à son projet démesuré pour l’époque. En 1828, le premier musée officiel de notre futur pays ouvre ses portes dans les murs de l’ancienne abbaye Saint-Martin.

 

Une décennie plus tard, il commande à un fournisseur de pièces d’histoire naturelle une peau d’éléphant, livrée par diligence. C’est le premier éléphant d’Asie de Belgique.

Plus tard, grâce au savoir-faire des charpentier, fourreur et autres artisans, le pachyderme est reconstitué et présenté à la population lors d’une fête foraine.

Au fil des ans, l’animal naturalisé subit de nombreuses dégradations. Durant les deux guerres, il servira de cibles d’entrainement de tir pour les ennemis. Fin des années 90, grâce à un généreux donateur anonyme, l’éléphant d’Asie, pièce emblématique du musée et de la ville, sera restauré.

 

Le public est conquis par ce musée qui se visite en mois d’une heure trente. 2,60 € l’entrée.

 

Plus d'infos :  mhn.tournai.be

 

Newsletter Vivacité

Recevez chaque vendredi matin les événements, concours et l’actu Vivacité.

OK