Viva Week-end

Tous les samedis et dimanches de 06:00 à 09:00 sur Vivacité

Plus d'infos

La balade de Carine : La Roche-en-Ardenne

La balade de Carine : La Roche-en-Ardenne
La balade de Carine : La Roche-en-Ardenne - © O. Lefèvre

La Roche, c’est la petite ville ardennaise par excellence. On y va, on aime, on y retourne ! Surplombée de ruines d’un château féodal, La Roche-en-Ardenne est située dans une cuvette en bordure d’Ourthe. La ville du jambon, du Purnalet et de la Poterie recèle divers atouts pour plaire et attirer les touristes. La Roche-en-Ardenne fut aussi le triste décor de lourds combats durant la Seconde Guerre mondiale.

C’est en voyant tomber des amas de roches abruptes de la montagne du Daister que les anciens ont été inspiré pour le nom de la ville en devenir. Campings, hôtels et chambres d’hôtes sont légion. Les touristes apprécient le charme et le confort des lieux, la nature environnante, les musées et attractions touristiques, les commerces et les bonnes tables. 

 

Des quatre coins de la ville, on aperçoit le château féodal ruine érigé au 11ème siècle sur un éperon rocheux. Après le siège de Louis XIV, les fortifications furent renforcées avant que l’imposante bâtisse fut en partie démolie sur ordre de Joseph II au 18ème siècle. 

Même en ruine, le château garde son charme et attire chaque année des milliers de visiteurs. Pillé, incendié, vandalisé, bombardé pendant la Seconde Guerre mondiale, le château fort a malgré tout gardé de son prestige. Les soirs d'été, il est le décor d’un spectacle son et lumière avec vers 22 heures, l’apparition mystérieuse et emblématique de Berthe, le fantôme du château, une comtesse qui vient rôder à l’endroit même de sa mort.

 

Pendant la Seconde Guerre mondiale, sous les feux des bombardements, La Roche a souffert. Le 11 mai 1940, au lendemain du déclenchement de la campagne des 18 jours, la ville est prise par une unité de reconnaissance de l'ennemi. Les Allemands ont alors occupé le château, contraignant les forces alliées à bombarder la ville. Seuls 10 % des bâtiments ont résisté aux assauts. 114 personnes y ont laissé leur vie.

 

Un char britannique et un tank Sherman M4A1 pérennisent la mémoire des 2ème et 3ème divisions blindées américaines et à leurs unités attachées qui arrêtèrent l’envahisseur allemand en décembre 1944 et libérèrent la ville de La Roche et ses villages en janvier 1945 lors de la Bataille des Ardennes.

 

Le Musée de la Bataille des Ardennes évoque en détail cette tragique page de l’histoire pour la ville et la région. Les collections et la scénographie tiennent en haleine pendant quelques heures. Un reportage photographique, des véhicules d’époque, des mannequins avec leur équipement, de nombreuses pièces rares sont présentés en diaporama et en vitrines.

 

 

Le Purnalet, unique au monde

Plusieurs commerces de la ville vendent le Purnalet, une liqueur à base d’eau-de-vie et de prunelle dont le secret de confection est gardé par la confrérie gastronomique de la ville, fondée en 1981. La tradition remonterait à l’époque gallo-romaine. Les prunelles sont cueillies après les premières gelées et macérées pendant trois mois dans des pots en grès du coin. Les nouvelles productions se dégustent dès janvier. 

 

Berthe, le fantôme du château

En juillet et en août, à la tombée de la nuit, on aperçoit un fantôme roder sur les ruines. Le spectre se prénomme Berthe, jeune et unique héritière du seigneur du lieu. 

Pour ses 17 ans, son père organise un grand tournoi durant lequel le vainqueur remporterait la main de la sa fille. Alors qu’on le croyait seul candidat, beau, fort et doté une impressionnante dextérité, le comte Waleran de Montaigu doit affronter un chevalier chétif qui remportera le combat. 

Le lendemain, alors que les jeunes époux se font attendre, le père de la mariée s’en alla les rejoindre pour constater qu’au pied de la chambre vide, au fond de l’abîme sur le rocher au bord de l’Ourthe, les mariés gisaient. 

La comtesse Alix de Salm cachée sous le déguisement du mystérieux petit chevalier s’était vengée du Comte de Montaigu et de la belle Berthe de La Roche, qui depuis, selon la légende, … erre sur les lieux de son assassinat

 

Jambon et baisers

Les baisers sont de petits gâteaux, des biscuits meringués à base de pâte d’amandes et de crème au beurre. Ils ont été créé en 1959 par un ex-pâtissier à La Roche. Ils sont l’un des souvenirs les plus prisés de La Roche avec le jambon salé, fumé et séché selon des règles strictes. Depuis 1974, le « Jambon d’Ardenne » est une appellation contrôlée et protégée

 

Les grès de La Roche

Dans les vitrines des boutiques et dans les restaurants traditionnels, vous verrez des poteries en grès de La Roche dont l’histoire est contée dans un musée qui lui est dédié. Elles sont généralement brunes ou grises avec des dessins bleus

 

Le parc à Gibier

Sur un parcours piétonnier de 1,2 kilomètre, vous verrez des cerfs, biches, daims, mouflons, loups, lynx, chats sauvages, renards, hiboux et animaux de la ferme. Le parc se trouve à 2 km du centre-ville. Ad. : 6,50 € – Eft : 4 €.

Newsletter Vivacité

Recevez chaque vendredi matin les événements, concours et l’actu Vivacité.

OK