Viva Week-end

Tous les dimanches et samedis de 06:00 à 09:00 sur Vivacité

Plus d'infos

La balade de Carine : Des maquettes de villes belges au Palais des Beaux-Arts de Lille

Plan relief de Ypres
Plan relief de Ypres - © PBA Lille - JM Dautel

Ce sont des pièces uniques et imposantes, à la fois solides et fragiles réalisées au 17ème siècle. Imitées, jamais égalées. Les plans reliefs ressemblent à de gigantesques maquettes moins précises dans le détail parce que leur fonction était militaire. Le Roi Soleil les a fait réalisés pour l’aider à protéger ou conquérir un territoire.

Quatorze plans reliefs de villes du nord de l’Europe et de la France, fortifiées par Vauban sont désormais exposés au Palais des Beaux-Arts de Lille.

400 m2 de surface de maquette, 12 tonnes de matériaux. Les gigantesques pièces (l’une des plus imposantes dépasse les 60 m2) émanent des collections royales nationales gérée par le Musée des Plans Reliefs de Paris. L’objectif était de confier au Palais des Beaux-Arts de Lille les maquettes militaires des villes du nord conquises par le Roi Soleil.

 

Les plans reliefs étaient des outils stratégiques militaires imaginés par le Roi Soleil pour organiser la conquête ou la défense de territoires assiégés. Ce sont les premiers travaux géomètres de l’histoire réalisés en trois dimensions. Longtemps, ces œuvres militaires sont restées confidentielles parce qu’elles auraient pu fournir aux ennemis de précieuses informations pouvant mettre en péril la sécurité d’un territoire.  

 

Dans une grande salle de 700 m2, les représentations de Charleroi, Namur, Tournai, Ath, Audenarde … et Ypres sont exposées. Le plan relief de cette dernière fut très utile à la reconstruction de la cité après les combats destructeurs de la Première Guerre mondiale. Il y a sept villes belges, six villes françaises et une néerlandaise.

 

Certaines représentations en disent long sur le développement urbanistique de ces villes. Le plan relief de Charleroi s’apparente à celui d’un petit bourg plutôt qu’à celui d’une ville de grande ampleur telle que nous la connaissons aujourd’hui. Le cœur des cités est entouré de campagne dont la superficie correspond à la portée des canons. 

 

Les artisans concepteurs ont utilisé tout ce qu’ils trouvaient autour d’eau pour concevoir ces imposants objets militaires : bois, carton, sable, soie, métal, … La diversité des matériaux a généré la complexité des multiples restaurations de ces précieux témoins de l’histoire à la fois solides et fragiles parce qu’ils n’aiment ni la lumière ni l’humidité. Des restaurations ont notamment fait disparaître les tumultes de l’histoire. Enlevés en 1815 par les Prussiens, certains plans reliefs seront récupérés dans l’arsenal de Berlin, bombardé pendant la guerre

 

 

Les plans reliefs seront désormais exposés en permanence au Palais des Beaux-Arts de Lille, un musée genre nouveau dont les responsables consultent les visiteurs potentiels de tous âges avant d’envisager la présentation de nouvelles collections, de réorganiser les lieux, le déroulement et le contenu des visites et de choisir les différents supports requis. La refonte totale du Palais qui accueille 260 000 visiteurs par an devrait être terminée d’ici cinq ou six ans. 

 

Le Palais des Beaux-Arts est comme son nom l’indique un Musée où sont exposées des pièces artistiques d’exception. C’est l’un des plus grands musées de France et le plus grand des Beaux-Arts après celui de Paris en nombre d’œuvres exposées. Le Palais abrite aussi la plus grande collection d’œuvres de France (sculptures, peinture, dessins, céramiques, après celle du Louvre. 

 

Parmi les premières œuvres exposées, il y a des tableaux de Rubens. Le Musée fut créé en 1775 alors que le Palais ne fut inauguré qu’en 1892 en présence de 600 invités et 10 000 visiteurs. 

Très vite, il s’est avéré que le bâtiment n’était pas assez chauffé pour conserver les œuvres fragiles. Durant la Première Guerre mondiale, les salles sont endommagées par 70 obus. En 1980, la vétusté du bâtiment et l’arrivée des plans reliefs de Paris pousse la ville à entamer des sérieux travaux de rénovation. Il rouvre en 1997.

 

Votre visite

Le musée situé Place de la République est ouvert le lundi après-midi et toute la journée du mercredi au dimanche. 

7 €. 

 

Plus d'infoswww.pba-lille.fr

Newsletter Vivacité

Recevez chaque vendredi matin les événements, concours et l’actu Vivacité.

OK