Viva Week-end

Tous les samedis et dimanches de 06:00 à 09:00 sur Vivacité

Plus d'infos

La balade de Carine : Coxyde

Sous ses abords de station balnéaire classique, Coxyde vaut le détour. Avec Oostduinkerke, Saint-Idesbald et Wulpen, elle peut s’enorgueillir de regrouper diverses particularités attrayantes pour les visiteurs : une réserve naturelle de 701 hectares, la Hoge Blekker, la plus haute dune de nos côtes  (33 m) à Oostduinkerke et les seuls pêcheurs de crevettes à cheval au monde. De juin à septembre, à marée basse, ils traînent sur la plage leurs filets prêts à craquer de crevettes fraîches. Les promeneurs se régalent du spectacle.

 

Les badauds déambulent calmement le long de la digue, le regard perdu dans la mer avant de s’attarder aux vitrines et terrasses. L’air est iodé et par moment, on entend les mouettes qui scrutent pour trouver de quoi se sustenter. Même s’il fait froid, venteux, couvert ou pluvieux, il n’y a qu’à la côte belge que l’on trouve cette ambiance singulière.

 

Dans l’arrière-pays, les ruines de l’abbaye cistercienne née en 1138 et l’abbaye locale rattachée à l’ordre de Cîteaux, en tant que fille adoptive de l’abbaye cistercienne de Clairvaux dévoilent quelques chapitres de l’histoire de la ville et sa région.

 

Le Musée National de la Pêche d’Oostduinkerke installé dans un ancien estaminet de pêcheurs conserve précieusement un savoir-faire séculaire qui fait la fierté des gens du coin. La pêche aux crevettes à cheval, reconnue depuis 2013 au Patrimoine culturel immatériel de l’Unesco, est unique au monde.

La pêche se pratique en eau profonde. Les chevaux sont complètement immergés. 90 minutes avant la marée basse, les pêcheurs et leur monture bravent la mer et restent environ trois heures dans l’eau. Il faut compter environ 8 heures entre la préparation du cheval au départ et la remise en pâture du cheval lorsque tout est terminé. Les chevaux ne travaillent qu’à la belle saison.

 

C’est aussi dans l’entité de Coxyde, à Saint-Idesbald que vous verrez l’unique collection du peintre belge impressionniste et surréaliste de renommée internationale, Paul Delvaux. C’est là que le peintre vécut pendant de nombreuses années.

 

Avec sa collection unique d’œuvres et objets insolites du célèbre peintre, le Musée Delvaux est la perle du patrimoine culturel de la ville.

Delvaux appréciait Coxyde pour l’atmosphère et l’ambiance qui l’inspiraient.

 

Le moulin Zuid-Abdijmolen offre un magnifique panorama sur la réserve naturelle Noorduinen. Le meunier guide ponctuellement les groupes !

 

Chaque vendredi matin, le marché de Coxyde Bain est un haut lieu de l’animation de la vie locale. On y vend de tout avec en avant garde, le poisson bien évidemment !

 

Des bâtiments des années 70 témoignent d’une frénésie incontrôlée des agents immobiliers qui y ont vu un potentiel incroyable, notamment auprès des Bruxellois qui aimaient s’évader à la mer le week-end. Beaucoup d’appartements ont été vendus en résidence secondaire. Les conséquences ont une incidence directe sur la fréquentation. Hors saison, en semaine, Coxyde revêt des allures de cité quelque peu dortoir.

Certains bâtiments vétustes ont été reconstruits dans les années 80.

 

Manneken Pis à Coxyde !

Le saviez-vous ? Coxyde a son Manneken Pis ! L’histoire remonte à 1923, lorsqu’un Bruxellois, résident de la station balnéaire, fit ériger dans son jardin une réplique du Manneken Pis de la capitale. Sur le socle, il y était mentionné " le nouveau bourgeois de Coxyde ".

Les aléas de la vie ont voulu que la petite statue a été déplacée vers une autre parcelle. En 2008, le petit bonhomme qui ne se contient pas a retrouvé sa place d’origine grâce à l’Ordre des Amis de Manneken-Pis.

Newsletter Vivacité

Recevez chaque vendredi matin les événements, concours et l’actu Vivacité.

OK