Viva Week-end

Tous les samedis et dimanches de 06:00 à 09:00 sur Vivacité

Plus d'infos

La balade de Carine : Corfou

Ne cherchez pas les clichés types des maisons aux volets bleus et moulins à vent, vous n’en trouverez pas. Dans les îles Ioniennes, le décor est tout autre, plus coloré et plus verdoyant avec beaucoup d’oliviers et de cyprès. Pas de blanc immaculé sur les façades mais de l’ocre et de la terre de sienne rappelant Venise et ses couleurs chatoyantes. Jadis, Sissi aimait y passer du temps ; aujourd'hui, Corfou est l’une des principales destinations touristiques de Grèce.

Une seule ville pour une petite centaine de villages ; au nord, des montagnes et au sud, des paysages moins accidentés. Du haut de ses 906 m, le Pandocrator veille sur l’île. Au sommet, un monastère et une église furent édifiés au 16ème siècle. Des moines y vivent encore paisiblement au rythme des saisons, des bienfaits de la nature et entourés de leurs nombreux chats ! Discrets, ils se laissent pourtant accoster par les curieux qui s’interrogent sur leurs conditions de vie isolée.

 

Le littoral corfiote est escarpé et rocheux sur la côte ouest tandis que les côtes orientale et septentrionale sont plutôt douces. L’île est aussi bordée de nombreux caps, promontoires et îlots.

 

Dans les villages, tout le monde se connaît et se retrouve le soir dans le bar, l’un des commerces locaux avec la petite boutique. Loin de la ville et de ses conforts, le quotidien est n’est pas monotone et l’ambiance est conviviale. Les hommes discutent, bricolent, trinquent, les enfants jouent et les femmes papotent en faisant les courses ou le ménage. Le week-end, elles chantent dans la chorale. A la belle saison, on vit dehors du matin au soir.

Pour plus de balades en Belgique et ailleurs, rendez-vous dans Viva Week-end les samedis et dimanches de 6h à 9h sur VivaCité.

Corfou ville, la capitale

Avec ses ruelles tortueuses et son agréable fraîcheur, le centre historique est unique. La vieille citadelle construite au milieu du XVIe siècle est l’œuvre des Vénitiens qui voulaient renforcer les défenses de la ville.

Entre l’Esplanade et la nouvelle Citadelle, la vieille ville rappelle étonnamment l’atmosphère des cités italiennes : petites ruelles étroites, pavées, linge aux fenêtres, maisons hautes à sept étages avec arcades et balcon en fer forgé, ....

A une petite vingtaine de kilomètres, Achillion où l’impératrice Elisabth d’Autriche y fit ériger une somptueuse résidence. De ses terrasses ornées de fleurs et d’arbres fruitiers, la vue est imprenable sur la baie de Corfou.  La prestigieuse demeure fut ensuite rachetée par le Kaiser Guillaume II qui en fit un palais d'été, souvent fréquenté. Dommage qu’on ne visite que le rez-de-chaussée et les jardins.

Corfou, c’est aussi ….

Le lac de Korission au sud-ouest.

Benitses, le village des pêcheurs, Lefkimmi, à 42 km de Corfou ville avec ses maisons typiques et ses vignobles, entrailles du vin local.

La baie et le monastère de Palaiokastrítsa.

Le château angevin d'Angelókastro.

Les plages de Glyfáda, Sidári, Rhóda, Ágios Stéphanos, Ágios Górdios, Palaiokastrítsa.

Le plus vieux village de l'île, Palaía Peritheia.

Les processions de Saint Spyridon, patron de Corfou qui aurait sauvé l’île de la famine, de la peste et d'un siège turc en 1716. Quatre fois par an,  le dimanche des Rameaux, le Samedi Saint, le 11 août et le premier dimanche de novembre les fidèles transportent sa dépouille dans les rues de la vieille ville,.

 

Dans les villages, le couvert démocratique propose la feta des montagnes, le " pastitsado " (viande et gros macaronis cuisinés dans une sauce tomate relevée) le " sofrito " (fines tranches de veau cuites dans une sauce épicée à l’ail) ; les fruits et légumes du jardin et le vin de la maison .

 

Incontournable : le kumquat, un petit agrume qui se déguste nature ou décliné en confiture, liqueur ou pâtisserie.

 

Ce week-end, les Grecs fêtent Pâques, l’un des événements les plus importants de l’année pour leur communauté. Le repas est frugal, les œufs sont peints en rouge. Hier soir, les Corfiotes ont jeté de grosses jarres en terre cuite pleines d’eau depuis les balcons décorés de tissus rouges, pour se fracasser par terre à grand fracas. La désertification des villages et de l’île par la nouvelle génération engendre une tradition de moins en moins suivie.