Viva Week-end

Tous les samedis et dimanches de 06:00 à 08:30 sur Vivacité

Plus d'infos

La balade de Carine : Chenonceau, le château des Dames

La balade de Carine : Chenonceau, le château des Dames
La balade de Carine : Chenonceau, le château des Dames - © Marc Jauneaud

C’est l’un des plus beaux châteaux de France et de la Loire, l’une des perles de l’Indre et Loire et de la Touraine. La somptueuse et majestueuse bâtisse qui surplombe la rivière le Cher s’identifie aisément. Le château des Dames comme on le surnomme fut construit, aménagé et transformé par des femmes très différentes par leur tempérament. 850 000 personnes viennent chaque année admirer la prestigieuse demeure classée comme monument historique.

Le premier château de Chenonceau date du 13ème siècle. La tour des Marques est le seul vestige visible de l'ancien château médiéval qui fut rasé en 1515. L’actuelle bâtisse fut dessinée par Thomas Bohier et son épouse Katherine Briçonnet, mais c’est à Catherine de Médicis que l’on doit les galeries sur la rivière. On lui doit aussi de somptueux jardins. Pour y accéder, on emprunte une grande allée d’honneur d’un peu moins d’un km bordée de platanes, d’une ferme du 16ème, d’un labyrinthe et de cariatides. Le domaine est aussi doté de deux jardins principaux : celui de Diane de Poitiers et celui de Catherine de Médicis, situés de part et d'autre de la tour des Marques, vestige des fortifications précédant l'édification du château actuel. Le jardin de Catherine qui fait face au côté Ouest du château est plus intime. Elle aimait se recueillir près du bassin central. La décoration florale des jardins, renouvelée au printemps et en été est composée de 130 000 plants de fleurs cultivés sur le domaine.

A la mort de François Ier, son fils Henri II offre Chenonceau à sa favorite la jeune Diane de Poitiers. Elle y fait aménager la rive droite ; deux hectares de somptueux jardins qui aujourd’hui encore portent son nom. Le jardin de Diane est protégé des crues du Cher par des terrasses surélevées depuis lesquelles on a de beaux points de vue sur les parterres de fleurs et le château

Lorsque son amant périt, sa rivale Catherine de Médicis lui impose de restituer le château à la cours. L'acte de transfert est scellé à Blois dès la fin de l'année 1559 et confirmé au château de Chinon, le 10 mai 1560. Plus tard, Louise de Lorraine reçoit Chenonceau en héritage à la mort de son époux, le roi Henri III. Elle ne se remet pas de la disparition brutale de son mari assassiné en 1589 et fait de Chenonceau, un lieu de recueillement. Louise de Lorraine revêt la couleur du deuil royal et devient la " Dame blanche de Chenonceau ".

Marie de Luxembourg, Françoise de Lorraine et mesdames Dupin et Pelouze y laissèrent aussi des souvenirs personnels.

 

Dans la galerie des Dômes, l’histoire des dames qui ont marqué le quotidien des lieux est magnifiquement évoquée. Dans la galerie des Attelages, on peut admirer une rare collection de voitures hippomobiles nobles et rurales, datant de fin XVIIIe début XIXe siècle.

De la salle des Gardes à la Chambre de Diane de Poitiers en passant par la chapelle, les cuisines au sous-sol, la librairie, la galerie du rez-de-chaussée, la chambre de François Ier, le salon Louis XIV, le château se visite toute l’année.

Dans l’agenda annuel du château, une exposition temporaire. Cette année, on le devinera aisément, la Première Guerre mondiale est saluée avec notamment la reconstitution d’un hôpital militaire. Un hommage à la mémoire de tous ceux, blessés et soignants, qui ont vécu ces terribles années à Chenonceau.

 

Pour la visite du château

Le château se visite tous les jours et durant toute l’année.

14,50 € pour l’entrée – 18,50 € avec l’audio-guide

Les horaires varient selon les périodes. Mieux vaut consulter le site internet du château avant la visite.

Jusqu’au 31 août, les jardins sont illuminés de 21h à 23h30.

www.chenonceau.com pour s’immiscer dans les murs du château et dans les allées des jardins.

 

A lire

Un petit bijou si vous aimez cela … La Véritable Histoire des Châteaux de la Loire de Jean Des Cars. Le livre, sorti il y a un peu plus de cinq ans chez Plon, raconte à merveilles l’histoire de ces prestigieuses demeures qui font tant rêver. L’auteur consacre un long chapitre à Chenonceau.

Newsletter Vivacité

Recevez chaque vendredi matin les événements, concours et l’actu Vivacité.

OK