Viva Week-end

Tous les samedis et dimanches de 06:00 à 09:00 sur Vivacité

Plus d'infos

La balade de Carine : Au carnaval à Nice !

De par sa situation géographique, la station balnéaire huppée a cet avantage considérable de bénéficier d’une météo clémente une grande partie de l’année. Parce que dame nature l’a choyée en la faisant naître entre mer et montagne, la ville des Alpes maritimes, capitale économique de la région Paca, recèle d’atouts considérables.

4 000 000 touristes y posent chaque année leurs valises, ce qui positionne Nice en deuxième place sur la liste des capacités hôtelières du pays.

 

Au 18ème siècle, le tourisme niçois enregistrait déjà une ampleur considérable grâce aux séjours hivernaux d’aristocrates connus venant d’Angleterre, de Russie et d’Amérique ; une classe sociale qui y a importé élégance et mondanité. Le tourisme populaire, aujourd’hui première ressource économique de la ville, ne se développera qu’après la seconde guerre mondiale, essentiellement l’été.

 

300 ha de parcs

Les Niçois et touristes aiment flâner sur la promenade des Anglais et sur les plages de la Baie des Anges. Ils aiment aussi profiter des 300 ha de parcs de la ville, des espaces verdoyants, fleuris à souhait et parfois agrémentés de cascades.

 

Sur les traces d’Henri Matisse

C’est 1917 que le peintre dessinateur et sculpteur français, alors âgé de 48 ans, se rend à Nice en vue d’y soigner une bronchite. Dès son arrivée, il tombe sous le charme de la ville en noyant son regard dans le bleu azur de la Méditerranée.

Il y découvre et apprivoise les " grands reflets colorés et la luminosité du jour ", splendeurs naturelles qui ne cesseront de l’émerveiller. Matisse ne quittera pratiquement plus la capitale de la Côte d’Azur et y élira domicile en différents endroits ; à l’Hôtel Beau-Rivage, à la Villa des Alliés ou à l’Hôtel de la Méditerranée et de la Côte d’Azur.

En 1931, Matisse loue un garage au 8 rue Désire-Niel, non loin de l’Ecole des Arts décoratifs où il se rend ponctuellement pour dessiner. C’est l’un de ses lieux de prédilection où il aime laisser libre cours à son imagination.

Le 3 novembre 1974, l’artiste pousse son dernier souffle dans sa " ville de cœur ".

 

L’équité dictera aux autorités niçoises l’ouverture d’un espace public dédié à l’artiste. En 1963, le Musée ouvre ses portes dans la somptueuse villa génoise des Arènes.

 

Un carnaval coloré et fleuri !

A l’instar des festivités vénitiennes, même si le style est complètement différent, le carnaval de Nice est l’un des plus beaux d’Europe.

Subtile parfum de mimosa, chars, corsos fleuris, musiques et réjouissances sous un ciel bleu et un soleil qui annonce déjà généreusement le printemps. La plus célèbre fête populaire niçoise est aussi la plus importante pour le tourisme et l’économie.

 

Les festivités carnavalesques niçoises ont également généré l’engouement et dicté la lignée des carnavals de la Nouvelle Orléans. Plus récemment, les idées se sont exportées à Bradford en Angleterre en 1995 et à Tahiti en 1997.

 

Le carnaval a lieu depuis 1873. Chaque année, plus de 800 événements y sont organisés pendant quelques 18 jours. 

 

Pourquoi la Baie des Anges ?

Plusieurs explications tentent de lever le voile sur le mystère. Parmi les plus citées, on évoque la présence de requins anges dans la baie ou encore l’arrivée par la mer d’une sainte escortée par des anges.

Les typiques célèbres pergolas et chaises n’ont nullement leur place dans ces histoires légendaires.

 

Dans le carnet de bord

La visite d’un musée, ou plus ! La ville en compte une quinzaine.

Une escapade à Monaco – moins de 20 km de Nice

Une virée en Italie – 55 km jusqu’à San Remo – le trajet devrait vous prendre une petite heure en voiture.

 

Prochainement :

La course cycliste pro Paris-Nice : du 10 au 17 mars 2019

Le Festival des Jardins de la côte d’Azur du 30 mars au 28 avril 2019

 

Plus d'infos : www.nicetourisme.com

Newsletter Vivacité

Recevez chaque vendredi matin les événements, concours et l’actu Vivacité.

OK