Viva Week-end

Tous les samedis et dimanches de 06:00 à 09:00 sur Vivacité

Plus d'infos

La balade de Carine : Aquascope de Virelles

La balade de Carine : Aquascope de Virelles
La balade de Carine : Aquascope de Virelles - © Tous droits réservés

D’ici 2023, avec l’aménagement de nouvelles infrastructures pour les oiseaux et les touristes, Virelles, aura quelque peu changé. 30 000 promeneurs y vont chaque année. Les responsables de la plus grande réserve naturelle de Belgique espèrent doubler la fréquentation en 2 ans en développant de nouvelles activités ludiques et en sensibilisant les touristes des Lacs de l’Eau d’Heure.

L’objectif est de créer un relais pour les oiseaux, une vaste zone d’accueil et de nidification pour les volatiles de Wallonie et migrateurs et d’aménager la plus grande réserve aquatique de Wallonie à l’instar du Zwin. 

 

Il y 30 ans, Virelles était un étang nautique avec des pédalos et de la voile. Aujourd’hui, c’est la plus grande réserve naturelle de notre pays. La nature y a repris ses droits aidée par quelques aménagements que l’homme a conçu pour optimaliser le confort des oiseaux. On y a créé des îles où les oiseaux viennent se poser et nidifier. L’île boisée au milieu de l’étang est le seul site de nidification de la cigogne blanche en Wallonie. C’est là qu’elles se reproduisent et couvent chaque année. La petite île de schiste et la roselière sont également fort fréquentées.

 

En vol, les oiseaux ont peu de mal à identifier les richesses de la région, notamment en points d’eau avec l’étang de Virelles et les lacs de l’Eau d’Heure. Les gestionnaires du site espèrent y attirer de nouvelles espèces. 

 

Des îlots pour les oiseaux et de nouvelles infrastructures d’accueil pour les visiteurs.

Pour ne pas épuiser les ressources de la roselière, on va créer des îlots et de nouveaux chenaux. " Nous allons utiliser des déchets naturels du site, comme la vase, les branchages et de la terre. Dès lors, le budget alloué aux travaux ne sera pas exorbitant " nous explique Vincent Scaillet, le directeur des lieux. " Nous allons aussi renforcer notre offre d’hébergement avec la construction de 6 à 7 logements insolites en bois dissimulés dans la nature et proches de l’étang afin de pouvoir observer de près la faune et la flore, principalement les oiseaux. " Pour faire de l’éducation à l’environnement, il faut émerveiller " nous confie encore le gestionnaire. 

 

Les réaménagements et le rafraîchissement des infrastructures d’accueil permettront d’élargir l’empan de publics cibles. Les responsables vont notamment s’attacher à sensibiliser les touristes des Lacs de l’Eau d’Heure, proches, notamment avec des activités ludiques, des jeux nature, des découvertes ou et orientations à travers la réserve naturelle.

 

Un Aquascope flambant neuf 

Parallèlement à l’aménagement d’îles de terre et de branches pour les oiseaux, l’Aquascope, centre du visiteur et départ des découvertes, sera réaménagé avec un nouvel accès, une passerelle depuis le parking vers l’étang.

Les responsables étudient aussi la faisabilité et les coûts inhérents à l’aménagement d’une nouvelle zone horeca au bord de l’étang. 

 

De l’Escavèche de Virelles 

"Avec l’aide d’un traiteur de la région, nous testons des recettes pour créer l’escavèche de Virelles qui sera servie avec des frites grand-mère " nous explique Vincent Scaillet. On va aussi fumer la carpe pêchée dans l’étang. Comme il est vidé tous les trois ans, les jeunes poissons n’ont pas le temps de s’imprégner de l’odeur et du goût de la vase. 

"Dans la Taverne, on ne sert que des produits locaux " précise le directeur. " Pas de sodas sucrés mais des jus naturels dont le jus de pomme de Virelles qui est pressé lors de la fête de la pomme en automne ". 

Dans la boutique, on vend aussi du miel d’abeille noire, endémique à la région de Chimay. Les prochaines récoltes de ce miel plus fort que d’autres, apparenté à celui des montagnes, auront lieu en juin et juillet. 

L’abeille noire est protégée. Il est interdit d’en extraire une de son milieu en vue de l’intégrer à une autre colonie. Dans la Maison de l’Abeille Noire, actuellement en construction sur le site, on y installera un centre d’interprétation. 80 personnes suivent chaque année des cours pour devenir apiculteur. 

 

Plus d'infos www.aquascope.be

Newsletter Vivacité

Recevez chaque vendredi matin les événements, concours et l’actu Vivacité.

OK