Viva Week-end

Tous les samedis et dimanches de 06:00 à 09:00 sur Vivacité

Plus d'infos

C'est l'histoire d'un animal : Un chien, héros de la Première Guerre mondiale

C'est l'histoire d'un animal : Un chien, héros de la Première Guerre mondiale
C'est l'histoire d'un animal : Un chien, héros de la Première Guerre mondiale - © Eponaleah - Getty Images/iStockphoto

Alain, chroniqueur pour le site animalhisto.fr, vous fait voyager dans le temps. 

À son actif, dix-sept batailles et quatorze distinctions militaires pour ses divers actes de bravoure. Un palmarès incroyable pour ce héros de la Première Guerre mondiale. Toutefois, ce soldat hors pair n’est pas un combattant comme les autres, car il s’agit … d’un chien : du sergent Stubby, un jeune chien américain que certains d’entre nous on certainement vu mis en scène dans un dessin animé sorti sur nos écran en 2019 .

 

L’histoire de celui qui n’est pas encore sergent et pas encore Stubby commence en 1917 sur le campus de l’université de Yale, une célèbre université située entre New-York et Boston.  Là, de jeunes soldats s’entrainent avant de partir sur le front, parmi eux il y a le caporal John Robert Conroy qui trouve un chiot errant. Attendri par les grands yeux de ce chien résultat d’un croisement entre un Fox terrier et un Pitt Bull, il l’adopte et le baptise Stubby

 

Stubby en anglais d’Amérique signifie trapu et quand on voit les photos de ce petit costaud on peut se dire que ce surnom était bien adapté. Le jeune soldat Conroy va ramener clandestinement au son chiot dans sa caserne, celle du 102e régiment d’infanterie et là l’animal va s’attirer la sympathie de tous et devenir la mascottes des soldats notamment parce qu’il a un comportement rapidement étonnant...

Ce petit doué apprend rapidement a réagir aux différentes sonneries de clairon, participe aux exercices avec les soldats et surtout son maître lui apprend a faire à faire le salut militaire en posant sa patte au-dessus de son œil droit. Et comme à chaque fois qu’un soldat le salue, Stubby lui rend son salut, vous pensez bien qu’il est loin de laisser indiffèrent.

 

 

Début 1918 , l’unité de son maître est désignée pour rejoindre les tranchées du nord de la France. Corroy qui ne veut pas que son chien soit abandonné une seconde fois, il le cache dans ses bagages et l’embarque avec lui à bord du navire pour traverser l’Atlantique et en  février 1918, Stubby et son maître arrivent sur le front dans le terrible et sanglant secteur du chemin des Dames.

 

Une fois sur le front son premier problème ce sera, le commandant du secteur, car si la plupart des soldats sont ravis de voir ce chien avec eux, leur commandant l’est beaucoup moins. Ce dernier va cependant finir par changer d’avis, après que Stubby l’ait salué de manière tout ce qu’il y a de plus militaire avec la patte comme lui avait appris son maître.

Très vite, Stubby s’habitue aux tirs constants aux explosions et bien entendu à la vie dans les tranchées avec ses dangers dont rapidement un empoisonnement par des gaz de combat qui lui valent d’atterrir dans un hôpital de campagne où il sera soigné.

Devenu sensible à la moindre imperceptible odeur de gaz, un jour Stubby , lorsque sa division est attaquée par des gaz, tôt le matin, alors que la plupart des hommes dormaient encore, Stubby a reconnu immédiatement le gaz et a commencé à courir dans toutes les tranchées en aboyant et en mordant les soldats, pour les réveiller et pour qu’ils déclenchent l'alarme aux gaz, en sauvant ainsi de nombreuses vies.

 

En plus de repérer les attaques de gaz, Stubby pouvait aussi repérer le bruit des obus bien avant que les soldats ne les entendent et aboyer pour qu’ils se mettent aux abris ou encore en écoutant les appels des blessés entre les tranchées les localiser puis se rendre sur les lieux et aboyer jusqu'à l'arrivée des brancardier. Il allait aussi à la recherche des soldats perdus pour les ramener dans leur ligne.

 

Alors qu’il est dans une tranchée, aux côtés de son maître, Stubby se met alors à aboyer, se précipite sur hors de la tranchée et le neutralise en lui mordant le mollet un soldat allemand qui tentait de repérer les positions en vue d’une attaque.

Cette capture, vaudra à Stubby d’obtenir le grade de sergent et en plus de devenir le premier chien à obtenir une telle distinction il devient aussi plus gradé que son maître, qui n’était que caporal.

 

Après dix-huit mois au service du 102e régiment d’infanterie, Conroy et Stubby rentrent au Etats-Unis.

Là notre brave chien est accueilli en héros, il participent à de nombreuses cérémonies commémoratives, il défile dans les rues des plus grandes villes américaines et rencontrera même trois présidents américains. Toujours revêtu d’un petit manteau en peau de chamois, confectionné par des dames françaises sur lequel étaient accrochées toutes ses décorations.  

 

Stubby qui est mort dans les bras de son maître en 1926 , a son nom gravé sur le Walk of Honor  le " Chemin de l'honneur " du Liberty Memorial, à Kansas City, le monument américain dédié au soldats de la Première Guerre mondiale. 

Et si vous allez à Washington au Musée national d'histoire américaine, vous pourrez voir le corps de Stubby, qui semble monter la garde pour l’éternité avec son uniforme et toutes ses médailles.

Retrouvez Alain de animalhisto.fr, chaque dimanche dans Viva Week-end vers 7h40, pour l'histoire d'un animal.

Newsletter Vivacité

Recevez chaque vendredi matin les événements, concours et l’actu Vivacité.

OK