Viva Week-end

Tous les samedis et dimanches de 06:00 à 09:00 sur Vivacité

Plus d'infos

C'est l'histoire d'un animal : Les chiens des femmes et des hommes de pouvoir

Alain Jourdan, chroniqueur pour le site animalhisto.fr, vous fait voyager dans le temps. 
 

 

 

On connaît bien les chiens des présidents américain les "First dogs" , comme on dit "First lady" ou encore ceux de la Reine d’Angleterre, Elizabeth d’Angleterre. Précieux alliés des hommes et des femmes de pouvoir, ces chiens sont de redoutables outils de communication. Certains chiens de politique américain comptent des milliers d’abonnés sur les réseaux sociaux.

On sait moins que les dirigeant de la France ont eu aussi des chiens qui ont marqué leurs années au pouvoir et ont parfois laissés des traces surprenantes dans l’Histoire.

Le premier président américain a avoir eu des chiens " présidentiels "  fut justement le premier président américain Georges Washington. Et c'est un Français venu en aide à la révolution américaine, le général La Fayette, qui fut à l’origine de cette coutume en offrant à Washington un lot de sept chiens parce que c’était une habitude en France justement chez les rois.

 

Et les chiens des Rois de France ont laissé des traces dans l’histoire ?

Les rois de France depuis toujours ont eu des chiens pour la chasse d’abord et puis comme compagnons.

Et le plus ancien témoignage que l’on ait il concerne Louis XI, un roi assez cruel, un roi qui vivait dans les intrigues permanentes, les complots, les guerres, un homme qui faisait assassiner ses opposants ou bien les garder prisonniers attachés a des gros boulets ou encore enfermés dans des petites cages de fer.

C'est aussi lui qui après avoir poussé les Liégeois a se révolter, les trahira pour, avec Charles le Téméraire, raser complètement la ville de Liège, c'est le fameux épisode des 600 Franchimontois.

Mais il aime ses chiens plus que les hommes et il en a beaucoup de toutes les races, il leur consacre beaucoup d’argent.

Pour ses préférés il fait confectionner de gros coussins bien moelleux, il met à leur disposition ses médecins et quand c'est plus grave, cet homme cruel mais très religieux et très superstitieux fait dire des messes et fait des offrandes importantes pour qu’ils guérissent. Son chien préféré qui porte le nom de Cherami, lui, est couvert de nombreux colliers en pierres précieuses, tout cela à une époque où les famines sont permanentes en France

 

Le roi suivant lui fera une chose vraiment incroyable

Nous sommes quelques générations plus tard en plein XVIème siècle avec Charles IX, qui lui a une chienne qu’il adore, elle s’appelle Courte.

Elle est grosse, grasse, sans queue et sans oreilles, mais elle était jouette, habile, bonne chasseuse et une fois qu'elle était près du roi plus personne ne pouvait approcher sans risque de se faire mordre, ce que le roi appréciait beaucoup.

 A la mort de Courte, Charles IX, inconsolable, l'a faite dépecer, puis a fait tanner sa peau et pour finir s’est fait tailler et confectionner des gants avec la peau de sa chienne... Ce qui a fait dire à certain qu’elle avait servi aussi bien vivante que morte.

 

Le suivant n’a pas eu le temps de faire des gants avec ses chiens favoris lui

Henri III, un roi que l’on représente souvent un peu niai, jouant du bilboquet entouré de beaux garçons.

Il adore les chiens pour lesquels il dépensait la somme colossale de 100 000 écus par an.

On raconte qu'il se promenait même un panier rempli de petits chiots autour du cou.

Parmi ses nombreux chiens, il en a 3 qu'il préfère par-dessus tout, trois petites chiennes. Elles dormaient au pied de lit et l’accompagnaient sans arrêt tout en étant toujours des plus gentilles et des plus accueillantes avec tous les visiteurs.

Mais une fois, lorsque le moine Jacques Clément se présente dans la chambre du roi pour une entrevue, à ce moment, une des chiennes se met à grogner et à aboyer contre le visiteur... à tel point qu'on doit sortir le petit chien, qui devint littéralement fou de rage.

Quelques instant après, Jacques Clément assassinait Henri III !

 

Et le fameux Louis XIV lui ?

Louis XIV , le roi des rois, le roi soleil, lui qui avait rendu toute la noblesse dépendante de lui, qui aimait créer des charges pour la noblesse de Versailles qui devait quémander ses faveurs et ses pensions.

Lui qui employait les grands nobles de France comme premier gentilhomme de la chambre du Roi celui qui ouvrait le rideau du lit

comme grand chambellan, celui qui lui ôtait son bonnet de nuit lui qui à son réveil avait une cinquantaine de noble pour l’aider a s’habiller et a déjeuner et bien pour les chiens qu’il adorait, il avait créé la charge de " capitaine des lévriers de la chambre du Roi " !

Un rôle qui maintenant serait confié à un étudiant jobiste.

Et quelle que soit leur race, ses chiens préférés étaient logés au palais dans la " chambre des chiens du Roi ", et chaque jour son pâtissier leur préparait des biscuits.  

 

Ca n’a pas changé après lui ?

Non que du contraire Louis XV va continuer et amplifier même l’attention portée aux chiens.

Comme son arrière grand père Louis XV fait mettre à la disposition de ses chiens un " capitaine des lévriers "  !

Mais il va bien plus loin... Ses amis canins l’accompagnent partout.

Lorsque Louis prend ses repas ce devait être le grand maître de la garde-robe qui donnait les friandises fournie par l'officier de bouche... , si il était absent c’était le premier maître-d'hôtel, et si les deux étaient empêchés la tache incombait au premier chambellan.

Louis XV aimait particulièrement, Filou, un chien anglais de la race des King Charles.

Filou qui portait un collier en or piqué de diamants, accompagnait le roi dans tous ses déplacements et il occupait même la première place dans le carrosse royal !

 

Si nous restons dans les grands personnage de l’histoire de France , qu’en est-il de Napoléon alors ?

Napoléon Bonaparte lui c’est diffèrent, les chiens ce n'est pas son truc.

Les chiens c’est l’affaire de sa première femme Joséphine de Beauharnais. Et ce chien c'est un carlin du nom de Fortuné.

Et dès le départ ça commence mal à l'occasion de la nuit de noces, Fortuné, qui d'ordinaire partage toutes les nuits le lit de sa maîtresse, voit d'un mauvais œil ce nouvel occupant et rentre dans la petite histoire de la légende napoléonienne en mordant le futur empereur des Français au mollet.

Après Napoléon devra se résoudre à coucher ailleurs ou consentir au partage le lit avec Fortuné.

Il se détesteront tellement que lors des voyages qu'il effectue en compagnie de sa femme, Napoléon ordonne que le carlin soit placé dans une deuxième voiture sous la surveillance d'un serviteur de la garde-robe.

Le comportement agressif de Fortuné finit par lui coûter la vie lors de la première campagne d'Italie, quand Joséphine décide de rejoindre son mari près de Milan, accompagnée de Fortuné. Le carlin s'entend mal avec le chien du cuisinier, qui finit par le tuer dans les jardins du château d'un coup de mâchoire.

 

Et après avec les présidents de la République ?

Le premier a avoir un chien connu c'est de Gaulle, il aura un chien " officiel " un Welsh Corgi Pembroke mâle prénommé Rasemotte, offert par la Reine d’Angleterre, Elizabeth II.

Pour que son chien d’origine anglaise n’ait pas trop le mal du pays, le général prenait soin de lui donner des biscuits anglais...

 

Et puis on va terminer sur une note d’humour avec Jacques Chirac

Le célèbre journaliste Michel Denisot convié à un dîner entend l'homme politique appeler alors son chien : "Ducon ! Ducon !". Michel Denisot demande alors : "Vous l'avez appelé Ducon ?

Ce à quoi Jacques Chirac répond : "Oui, c'est Giscard qui me l'a offert."

Retrouvez Alain Jourdan de animalhisto.fr, chaque dimanche dans Viva Week-end vers 7h40, pour l'histoire d'un animal.

Newsletter Vivacité

Recevez chaque vendredi matin les événements, concours et l’actu Vivacité.

OK