Viva for Life

Plus d'infos

Garantir la sécurité et le lien avec les familles : la priorité de "Ballon Rouge"

Les milieux d’accueil sont des endroits précieux pour les jeunes enfants. Ils le sont d’autant plus pour ceux qui évoluent dans une famille fragilisée par une situation financière difficile. Ces endroits sécurisants et apaisants permettent aux parents seuls de se former ou de travailler. Ils offrent aussi aux bambins un cadre propice à l’éveil et à la socialisation, loin des domiciles souvent étroits et des tensions inhérentes aux difficultés financières. Pour maintenir son service malgré les mesures liées au Covid-19, "Le Ballon Rouge" a fait appel à CAP48 et Viva for Life.

A Bruxelles, "Le Ballon Rouge" accueille des enfants de moins de 3 ans au sein de différentes structures. Tiffany Moereman, la directrice, explique comment le confinement a chamboulé le milieu d’accueil : "Le 18 mars, le Conseil National de Sécurité nous a permis de rester ouvert pour accueillir les enfants des travailleurs de première ligne et les enfants issus de familles en situation sociale complexe. Cette décision était nécessaire mais elle a fait chuter notre taux d’occupation à 5%, avec les répercussions financières que cela implique. Malgré les aides de la Fédération Wallonie-Bruxelles et de l’ONE qui ont pris nos difficultés en compte et qui nous ont permis de rester actifs, cela n’était pas suffisant pour protéger et conserver le lien entre nos familles et nos travailleurs".

Matériel de protection : rassurer, soutenir, équiper les familles et les travailleurs

Face aux risques sanitaires, "Le Ballon Rouge" a dû s’équiper en matériel d’hygiène et de sécurité pour rassurer son personnel concernant la reprise du travail, pour fournir ce matériel aux familles en difficulté lors de leurs visites, mais aussi pour aider les 27 accueillantes conventionnées :

"Une partie de notre personnel est salariée, mais on a aussi des accueillantes à domicile qui sont payées sur base de la présence des enfants. Vu qu’il y a moins d’enfants, elles ont actuellement des salaires très bas. Pourtant, elles doivent acheter elles-mêmes le matériel de protection et de nettoyage pour désinfecter régulièrement les clenches de porte, les jeux, etc. Ce sont des produits qui coûtent cher et ce budget n’était pas prévu. On ne veut pas que l’achat de tout ce matériel soit un frein à la poursuite de leur activité car elles ne s’en sortent pas financièrement. Il nous semblait donc essentiel de les aider à acheter ce matériel. C’est notamment en cela que l’aide de CAP48 et Viva for Life est essentielle."

2 images
Garantir la sécurité et le lien avec les familles : la priorité de "Ballon Rouge" © Tous droits réservés

Télétravail : garder le lien avec les parents pour éviter des crises familiales

Un milieu d’accueil procure aussi un accompagnement et un soutien à la parentalité précieux pour les familles en difficulté. Une partie de l’équipe essaie donc de poursuivre, à distance, ce soutien particulièrement important essentiel aujourd’hui : "Maintenir le lien est essentiel car on se rend compte que les familles sont démunies. Elles se retrouvent du jour au lendemain avec leur enfant, avec une nouvelle organisation à trouver à la maison. On a été sollicité par des parents en recherche de conseils pour savoir comment occuper leur enfant, comment s’organiser avec un bébé, des enfants plus grands et un télétravail à assurer, etc. On a aussi dû faire face à plusieurs situations de crise. Certains parents vivent dans des lieux qui ne sont pas adaptés pour vivre avec des enfants toute une journée, comme des appartements très petits sans espace extérieur. On s’est rendu compte que de la violence apparaissait dans certaines familles alors qu’on ne la constatait pas lorsque l’enfant était accueilli chez nous. Tout cela n’est pas évident à gérer à distance. Certains parents ont même fait le choix, malgré la peur, de remettre leur enfant en accueil parce qu’ils ne s’en sortaient pas à la maison.

Tout ce travail de soutien à la parentalité à distance aurait été compliqué sans l’aide de CAP48 et Viva for Life car nous n’étions pas équipées en ordinateurs, forfaits téléphoniques, etc."

Un "après confinement" encore plus difficile pour les familles

L’association craint que de nombreux parents ne remettent pas leur enfant en accueil, et que le lien soit perdu avec des familles qui ont pourtant besoin de répit et de soutien :

"Il faut se rendre compte que dans la situation actuelle, toute une série de parents ne sont pas prêts à remettre leur enfant parce que leur situation a changé : certains ont perdu leur emploi, d’autres ont vu leur formation s’arrêter, d’autres encore ont peur de remettre leur enfant dans une collectivité. Pourtant, elles en auraient besoin pour l’organisation familiale mais aussi pour la socialisation de leur enfant. Après le déconfinement, cela ne va pas être évident pour elles. Il faudra être attentifs à eux."

Vous souhaitez, vous aussi, contribuer à apporter une aide primordiale à des associations accompagnant les familles démunies face à la crise ? Soutenez-les, faites un don maintenant !