Viva For Life

Plus d'infos

Toutes les réponses à vos questions !

Toutes les réponses à vos questions !
Toutes les réponses à vos questions ! - © Tous droits réservés

Vous avez des interrogations ou des commentaires ? Ci-dessous vous trouverez les réponses aux questions les plus fréquentes. Si néanmoins vous ne trouvez pas de réponse, n'hésitez pas à nous contacter via notre page Facebook ou notre compte Twitter.

En pratique durant la semaine Viva for Life

Sur quels supports je peux suivre l’opération Viva for Life ?

L’opération Viva for Life est un projet 360°, c’est-à-dire que l’on peut suivre le projet sur plusieursmédias à la fois.

  • En radio : en écoutant Vivacité, 24h/24, du samedi 17/12 au soir jusqu’au vendredi 23/12 au soir.
  • En TV : sur La Une, du lundi au vendredi de 18h30 à 19h20, ainsi que le retransmission des nuits en live de minuit à 11h.
  • Avec, cette année, deux "prime" le 17/12 et le 23/12 à 20h10.
  • Nouveauté du dispositif TV : une émission Viva for Life " spéciale sport ", le dimanche 18 décembre dès 18h, qui englobera le Weekend
    sportif réalisé en direct du studio de verre à Charleroi !
  • Sur le web : sur le site vivaforlife.be et en direct sur Auvio via le livecenter 24h/24
  • Sur les réseaux sociaux : Facebook, Twitter et Instagram (#VivaForLife)

Quels sont les horaires de chacun des animateurs ?

Pour écouter (ou voir) :

  • Cyril : de 14h à 18h et de 2h à 6h.
  • Ophélie Fontana : de 10h à 14h et de 22h à 2h.
  • Sara de Paduwa : de 6h à 10h et de 18h à 22h

Puis-je venir dans le studio de verre?

Non car le studio de verre est réservé à nos 3 animateurs (qui y sont véritablement enfermés) ainsi qu’à leurs invités. Ceci afin qu’ils puissent se concentrer au mieux sur leur travail d’animation sans devoir répondre systématiquement aux sollicitations de toutes et tous. Leur défi est véritablement éprouvant physiquement et mentalement et nous devons les protéger.

Pour des raisons de sécurité également mais aussi pour ne pas entraver le travail de toutes nos équipes " backstage " il nous impossible de mettre en place une visite du lieu.

En revanche, si le studio est vitré, c’est pour que vous puissiez les voir en action et même leur parler au micro qui se trouve à côté de la boite aux lettres où il vous est possible de déposer vos dons en cash.

Un accès pour les personnes à mobilité réduite (PMR) est-il prévu pour assister aux showcases?

Non, malheureusement, mais la place de la Digue à Charleroi est plane et il est très facile de circuler sur les dalles.

 

Questions liées aux dons

Mon don est-il déductible aux impôts?

Oui ! En application de l’article 107 du code des impôts, CAP48 délivre une attestation fiscale pour tout don annuel de 40 € et plus. Cette somme peut être versée en plusieurs fois. Ainsi, pour chaque don égal ou supérieur à 40€, vous pouvez recevoir une attestation d’exonération fiscale de Viva for Life (sauf pour les dons faits directement dans la boite aux lettres du cube).

Cela signifie que si...

- Vous faites un don de 40 €: votre don ne vous coûte réellement que 22 € après réduction fiscale ! (réduction de 18 € à hauteur de 4.5% de l'ensemble de vos revenus nets).

- Vous faites un don de 50 €: votre don ne vous coûte réellement que 27 € après réduction fiscale ! (réduction de 23 € à hauteur de 4.5% de l'ensemble de vos revenus nets).

- Vous faites un don de 100 €: votre don ne vous coûte réellement que 55 € après réduction fiscale ! (réduction de 45 € à hauteur de 4.5% de l'ensemble de vos revenus nets).

Si vous faites un don par sms de 40 euros ou plus , n'oubliez pas de remplir notre formulaire pour recevoir votre attestation fiscal !

J’ai fait un don et choisi une chanson, mais elle n’est pas passée à l’antenne, pourquoi?

Plusieurs raisons à cela :

· La principale : Le succès de l’opération Viva for Life nous amène à gérer plus de 1000 demandes de disques par jour alors que sur 24h nous ne pouvons mathématiquement qu’en diffuser 250 en moyenne.

· Le morceau que vous avez demandé a déjà été diffusé plus tôt dans la conduite à la demande d’un autre auditeur.

· L’artiste que vous avez demandé a déjà été programmé l’heure précédente et on laisse au moins un délai de 2h30 entre deux titres d’un même artiste.

Qu’à cela ne tienne, toutes vos demandes sont bien prises en compte et votre apport financier vient en aide aux enfants de 0 à 6 ans victimes de la pauvreté et c’est bien là l’essentiel de notre opération !

Enfin sachez que jusqu’au 28/12, VivaCité propose " une séance de rattrapage " pour les disques qui n’auront pas pu aboutir à l’antenne pour les raisons précitées. Restez à l’écoute et qui sait, peut-être serez-vous appeler par nos animateurs à cette occasion.

J’ai plein de jouets, vêtements, livres, etc. puis-je les apporter au studio de verre pour les enfants?

C'est une très chouette initiative, merci, malheureusement nous n’acceptons aucun don en nature (livres, vêtements, jouets, etc). Nous vous conseillons de les porter aux associations actives sur le terrain (Relais sociaux, Samu Social, Les Petits Riens, …).

Y aura-t-il un "compteur de dons" pour Viva for Life? Le montant de l’argent récolté sera-t-il rendu public durant l’opération?

Nous ne communiquerons sur le montant des dons qu’en fin d’opération… Mais nous donnerons plein d’autres chiffres tout au long de la semaine (nombre d’appels, de SMS, de personnes présentes, etc.). Le montant total récolté sera annoncé le 23 décembre.

Que faites-vous avec l’argent récolté?

Les fonds récoltés par Viva for Life sont destinés à financer prioritairement le renforcement d’associations actives sur le terrain de la petite enfance et de la pauvreté. C’est CAP48, l’opération de solidarité de la RTBF, qui gère tout ce volet. Un appel à candidatures a été lancé et plus de 140 associations ont déposé une demande de financement. Les projets éligibles peuvent concerner différentes tranches d’âge, mais leur action doit être significative envers les enfants âgés de 0 à 6 ans. Les financements peuvent concerner des investissements matériels, l’acquisition de véhicules ou des demandes de personnel pour augmenter la capacité d’intervention et la qualité de la prise en charge.

Ces fonds seront mobilisés à travers des conventions que CAP48 signera avec les associations retenues pour financement. CAP48 peut ainsi garantir la bonne utilisation de l’argent récolté au sein du " Fonds Viva For Life ".

En effet, CAP48 demande à l’association bénéficiant d’un soutien de l’opération de communiquer toute information relative à la réalisation du projet subsidié et à justifier de la correcte affectation des fonds perçus. Cet engagement n’est soumis à aucune limite de temps. CAP48 peut également procéder à une ou à des visites sur place afin de s’assurer de l’utilisation adéquate des subsides alloués.

A l’issue de la mise en œuvre du projet, l’association bénéficiaire transmettra à l’opération un rapport d’exécution du projet.

Il est important de signaler que CAP48 paie directement les factures aux fournisseurs, ce qui donne une garantie de plus dans la bonne transparence de l’utilisation des fonds.

Les frais administratifs de CAP48 s’élèvent à 12%, ce qui est largement en-dessous du seuil de 20% fixé par le Ministres des Finances pour les associations agrées pour l’octroi de la déduction fiscale pour les dons supérieurs ou égaux à 40€.

Où puis-je trouver le logo Viva for Life 2016 ? Est-ce que je peux l’utiliser/l’afficher pour des initiatives personnelles pour récolter des dons pour la cause ?

Le logo Viva for Life 2016 est téléchargeable sur le site vivaforlife.be sous l’onglet "Visuels à télécharger".

Il est possible d’utiliser/afficher le logo pour une initiative personnelle, à condition bien sûr que l’argent récolté soit reversé au profit de Viva for Life !

N’hésitez pas également à mettre vos comptes Facebook et Twitter aux couleurs de Viva For Life, des visuels spécifiques ont également été prévus !

Sur le concept 'médiatique' de l’action

C’est une opération qui doit coûter cher. Est-ce vraiment nécessaire ? Est-ce le rôle d’un média de service public ?

L’opération est financée par la RTBF et avec l’aide de partenaires privés. La RTBF est d’abord une maison de l’information. Conscientisée par ses nombreux reportages sur l’accroissement constant et régulier ces dernières années, de la pauvreté au sein de notre communauté, il devenait nécessaire de mobiliser le média, ses partenaires, pour conscientiser davantage le grand public sur cette problématique de première urgence. Viva for Life a cette première vocation. Ensuite, nous avons voulu créer une opportunité, pour tous ceux qui le souhaitent, de témoigner de leur solidarité en faisant un don en faveur de cette cause. Les dons et l’octroi des financements aux associations sont gérés par CAP48, selon leurs procédures rigoureuses.

Plusieurs associations disent qu’elles n’ont souvent pas beaucoup d’échos en agissant seules, alors que réunies sous une même action, comme Viva for Life, elles arrivent à mieux faire passer leur message.

Viva for Life est une action de première importance pour notre société. C’est d’autant plus le rôle d’un média de service public, avec son éthique, et sa force, de la mettre en œuvre.

Faut-il aller si loin dans le reality show pour sensibiliser?

Nous ne sommes pas dans un concept comparable à de la téléréalité. En dehors du studio radio, les trois animateurs ont accès à une partie totalement privative, dans laquelle ils ne sont pas filmés. C'est là qu'ils se reposent, font leur toilette, se relaxent... Nous insistons : Sara De Paduwa, Ophélie Fontana et Cyril ne sont pas filmés dans le cadre de leur vie privée. Nous sommes dans un marathon radio pour lequel toute la RTBF se mobilise. C’est de la radio visuelle comme cela existe depuis longtemps maintenant, nous sommes donc bien loin des reality shows.

Pour finir, de nos jours, pour sensibiliser les publics et récolter des fonds sur un sujet aussi peu connu, on ne peut pas ne pas le médiatiser. Il faut se montrer très percutant et se démarquer (justement) sur la forme...

Au-delà de la couverture médiatique importante que vous allez donner aux animateurs et à l’action, allez-vous également donner la parole aux acteurs et associations actives sur le terrain?

L’opération Viva for Life permet de mettre sous les projecteurs les acteurs du terrain qui travaillent dans l’ombre. Sur notre site internet, des associations sont mises en avant et ont la parole. Elles auront également une visibilité quotidienne en radio et en TV durant la semaine de Viva for Life, comme l’année passée. Tout est mis en œuvre pour qu’on entende parler, le plus possible, de ce sujet qui mérite d’être soutenu.

Quel est l’intérêt de leur faire manger des produits liquides? Vous essayez de vous mettre dans les mêmes conditions que les enfants qui n’ont pas assez à manger, mais ce n’est pas pareil!

La question de la nourriture liquide n’a rien à voir avec la cause. Cela fait partie du concept. Dans d’autres pays, et en Hollande en particulier, la cause a déjà été en faveur de la recherche pour la maladie d’Alzheimer, de lutte contre les violences à l’égard des femmes. Les animateurs ont également suivi ce régime particulier. C’est un défi qu’ils se lancent, et qui n’a aucun lien avec la problématique particulière de la pauvreté. En relevant ce défi, les animateurs veulent se surpasser et inciter le grand public à les soutenir – eux et la cause défendue – par des dons et une mobilisation importante.

Viva for Life ressemble fort à Music For Life en Flandres. C’est un choix?

Le concept, repris aussi par Stubru (VRT) a été créé par une radio publique des Pays-Bas il y a plus de 10 ans, il est depuis décliné de la même façon dans plusieurs pays d’Europe (en Suisse, en Suède, au Portugal, etc.). Le nom a l’avantage d’être compréhensible pour tous. Mais chaque opération se distingue dans la cause qu’il défend et dans sa mise en onde multimédia.

Pourquoi ne s’investir que pour la Wallonie et Bruxelles. Pourquoi ne pas agrandir l’action à la Flandre et la partie germanophone?

VivaCité, à la base de cette action, est une radio francophone, ce pourquoi nous couvrons Bruxelles et la Wallonie. Sachez que nous collaborons aussi avec la BRF en Communauté germanophone et que des associations de cette région ont répondu à notre appel à projets. En ce qui concerne la Flandre, le concept existe également sous le nom de Music For Life et chaque année, ils choisissent une nouvelle cause à soutenir.

Sur la cause soutenue

Ce ne sont pas les enfants qui sont pauvres mais leurs parents. Pourquoi ne pas avoir fait une action pour la pauvreté en général?

Viva for Life est une action pour lutter contre la pauvreté. Cette opération vise en particulier les familles en situation de pauvreté et qui ont des enfants en bas âge. Les fonds récoltés par l’opération Viva for Life sont destinés à financer prioritairement le renforcement des associations actives sur le terrain de la petite enfance mais aussi de la pauvreté. Ces associations concentrent leurs efforts à consolider les liens parents/enfants nécessaires au développement harmonieux des petits enfants.

Pourquoi uniquement les enfants de 0 à 6 ans?

La période de 0 à 6 est une période primordiale pour l’enfant. S’il grandit dans un milieu socio économiquement défavorisé, il n’aura pas les mêmes chances que les autres de connaître un développement harmonieux.

On a coutume de dire que tout se joue avant 6 ans. C’est en effet lors des six premières années de leur vie que les enfants sont amenés à vivre quelques-unes des plus grandes transitions de leur vie : de la maison au milieu d’accueil, du milieu d’accueil à l’école maternelle et enfin de l’école maternelle à l’école primaire.

Si ces passages sont vécus de manière harmonieuse, ils contribueront au sentiment de bien-être de l’enfant et de sa famille.

Car en Fédération Wallonie-Bruxelles, les chiffres restent alarmants : 1 enfant sur 4 en Wallonie et près d’1 enfant sur 3 à Bruxelles vivent sous le seuil de pauvreté.

Comment être certain que l’argent sera utilisé en priorité pour les enfants?

Les associations désireuses de bénéficier des fonds récoltés pour leurs projets sont rigoureusement sélectionnées par un jury de CAP48 qui garantit la bonne utilisation de l’argent récolté au sein du ‘Fonds Viva For Life’.

Seules des ASBLs peuvent répondre à l’appel à candidature et les projets éligibles doivent concerner les enfants. Même si les projets peuvent concerner différentes tranches d’âge, leur action doit être significative envers les enfants âgés de 0 à 6 ans.

Quatre axes de financement ont été définis :

1. L’augmentation de la capacité d’accueil ou de prise en charge

2. Le financement de besoins de première nécessité pour les bénéficiaires présents sur le site de l’association (alimentation et hygiène corporelle) ;

3. L’aménagement des locaux et/ou le financement de matériel visant à augmenter le nombre de prises en charge d’enfants;

4. La mobilité pour augmenter le nombre d’enfants qui ont accès à des places d’accueil.

Un jury composé par les représentants des différents partenaires de l’action ainsi qu’un représentant du Délégué général aux droits de l’enfant examine les dossiers. Le jury de l’opération propose au Conseil d’administration la liste des projets retenus et leurs modalités d’application. Le Conseil d’administration décide des projets retenus, de la nature de ce soutien ainsi que du montant de celui-ci et de ses éventuelles conditions et modalités particulières d’application.

Pour les projets retenus, ces fonds sont mobilisés à travers des conventions que CAP48 signera avec les associations retenues pour financement.

CAP48 peut donc au fil de la procédure garantir que les fonds récoltés seront bien utilisés dans des associations qui travaillent au bien-être des enfants en bas âge et de leur famille.

On aimerait plutôt que Viva for Life dénonce les raisons pour lesquels ces familles doivent vivre en-dessous du seuil de pauvreté...

Viva for Life n’est pas qu’une opération de solidarité destinée à récolter des fonds. Le premier objectif de l’opération Viva For Life est de sensibiliser les citoyens de la Fédération Wallonie-Bruxelles à la pauvreté et à ses impacts sur les enfants et sur les familles. Cette action donnera lieu à une couverture rédactionnelle importante sur cette thématique.

N'est-ce pas aux pouvoirs politiques de trouver les moyens de combattre la pauvreté, plutôt que d'appeler aux dons ?

Aujourd’hui, malgré les efforts importants consentis par les pouvoirs publics au niveau régional, fédéral, et même européen, la pauvreté continue de progresser dans notre pays et dans notre communauté. Face à une telle situation de crise et de détresse, tous les efforts doivent être rassemblés pour tenter d’améliorer la situation. L’opération Viva for Life est mise sur pied dans cette optique, avec l’ambition de mobiliser les entreprises, les associations, les bénévoles, les donateurs, et les pouvoirs publics bien entendu.

Cette action portée par VivaCité est complémentaire à celles menées par les pouvoirs publics, et est un signal fort de la RTBF pour susciter une prise de conscience sur l’ampleur du problème.

Newsletter Vivacité

Recevez chaque vendredi matin les événements, concours et l’actu Vivacité.

Recevoir