Viva for Life

Plus d'infos

Yves Duteil : "La notoriété des artistes doit servir à mettre en lumière ceux qui sont dans l'ombre."

La chanson d'Yves Duteil "Prendre un enfant" est LA chanson la plus demandée depuis la première édition de Viva for Life. Cette année, il a accepté de venir en personne soutenir nos animateurs.

Quand on lui demande ce que ça fait d'être le chanteur le plus demandé par les donateurs de Viva for Life, Yves Duteil est ému : "C'est touchant, et c'est tellement dans l'esprit de Viva for Life. Les années précédentes, je passais un coup de fil et cette année, j'ai dit "OK je viens!". " Rien que depuis lundi il y a eu 72 demandes et plus de 3000€ récoltés avec cette chanson.

"Tout ce que je vois ce soir, c'est de la bienveillance"

Chaque jour, nos animateurs entendent des témoignages de donateurs qui sont eux aussi en difficulté mais qui, malgré tout, font un don, quitte à se priver encore plus. Que pense Yves Duteil de ces gens qui pensent aux autres avant même leur propre confort ?
"C'est la vertus de la vie associative. Ce sont des gens qui traversent ou ont traversé des difficultés épouvantables, des épreuves incroyables, et qui transforment cette épreuve en un agrandissement."

"Tout ce que je vois ce soir, c'est de la bienveillance. On pense parfois qu'on en manque, mais c'est là, c'est sous-jacent et ça ne demande qu'à sortir."

"La notoriété des artistes doit servir à mettre en lumière ceux qui sont dans l'ombre."

"Entant qu'artiste on est en première ligne. Curieusement, les gens font beaucoup appel à vous, dans des situations de détresse par exemple. À ce moment-là, on réalise qu'on a la chance d'avoir le cadeau de la notoriété. Le public vous offre cette lumière dont certains sont privés et quand vous avez l'opportunité de faire tourner le projecteur vers des causes qui sont justes et indispensables, il faut la saisir. Un artiste, c'est quelqu'un qui peut avoir ce pouvoir de faire tourner le projecteur, la caméra, le micro pour attirer la lumière vers quelque chose qui est dans l'ombre. C'est exactement le cas ici.

On peut basculer du jour au lendemain dans la précarité, on n'a rien fait pour. Il y a aucune culpabilité à avoir. Le malheur, quand il vous tombe dessus, il ne prévient pas. Et ensuite, c’est un enchaînement et on se retrouve dans un désespoir tel... Mais parfois, il suffit d'un regard, d'un geste, d'une main tendue, de bras ouverts et tout d'un coup, la donne change : on n'est plus tout seul. On a l'espérance qui revient et c'est ça aujourd'hui, c'est ce que vous faites. C'est ce que font les associations en général. 

Cette lumière que l'on capte, nous les artistes, on a la possibilité de la restituer un petit peu pour éclairer des causes qui le méritent. Je trouve que ça c'est un vrai cadeau aussi."

Newsletter Viva for Life

Le temps de l’opération, suivez nos animateurs dans le cube de Viva for Life et soyez informé des défis réalisés.

OK