Viva for Life

Plus d'infos

Viva For Life : "La pauvreté ça ne se voit pas toujours sur les enfants" témoigne Anaïs de l’ASBL Opération Papa Noël

Dans la lutte contre la pauvreté, il y a les premières lignes : les associations, les bénévoles… Ils sont les premiers témoins de la précarité. Anaïs Lirio Garcia est cofondatrice de l’ASBL Opération Papa Noël qui s’occupe de la distribution de cadeaux aux enfants démunis. Pour Viva for Life, elle rapporte une histoire qui l’a particulièrement touchée, alors qu’elle vendait du chocolat chaud dans un marché de noël pour son ASBL.

“Ce jour-là, il y a une famille qui est passée devant notre stand. Il y avait plusieurs enfants et un papa qui était là avec ses loulous. On voyait que les enfants étaient protégés du froid convenablement avec un gros manteau etc. Mais le papa était sans chaussures. Il marchait dans le froid avec des tongs.

Bouleversée, la cofondatrice de l’ASBL a directement remarqué que la situation n’était pas normale : Quand on voit une famille qui galère et qui passe devant notre stand on n’hésite jamais à faire notre quart d’heure de chocolat chaud gratuit comme on l’appelle. Anaïs prétexte que c’est le fond de la cuve donc qu’elle offre des chocolats. “Le monsieur était bouleversé, il a pleuré, c’était un moment de rencontre terrible poursuit-elle, La pauvreté ça ne se voit pas, si on rencontre les enfants à l’école, tout va bien, ils sont bien emmitouflés, ils sont bichonnés, ils sont super bien et on ne voit pas souvent que les parents se privent très fort pour leurs enfants.

Sara ne reste pas insensible face à ce témoignage, elle en a la chair de poule : “L’histoire des tongs l’hiver, c’est quand même assez costaud” confie notre animatrice.

“C’est le bien-être de ses enfants avant le sien, la précarité des enfants c’est aussi la précarité des parents et c’est très bien d’en parler parce que c’est toute la famille qui doit être soutenueIls gardent aussi une certaine dignité, par pudeur ils ne veulent pas expliquer exactement ce qu’ils vivent” ajoute Fabien Le Castel.

La pauvreté ne se voit pas toujours, mais elle concerne peut-être votre voisin, ou même un proche qui n’ose pas en parler. Pas facile de dire qu’on a besoin d’aide.

Cette année, la crise a fait basculer de nouvelles familles dans la précarité. Les associations veulent leur venir en aide, mais elles ont besoin de moyens supplémentaires !

Il reste peu de temps pour se mobiliser ! Les associations comptent sur vous, faites un don.

Je fais un don

Important à savoir : jusqu’au 31 décembre 2021, tout don de minimum 40€ vous donne droit à une déduction fiscale de 45%.

En faisant un don de 100€ par exemple, vous paierez en réalité 55€.

Newsletter Viva for Life

Le temps de l’opération, suivez nos animateurs dans le cube de Viva for Life et soyez informé des défis réalisés.

OK