Viva for Life

Plus d'infos

Viva for Life : "Je ne voulais pas être à la rue avec mon bébé", Sarah chassée de chez son ex

La pauvreté peut survenir à n'importe quel moment : une perte d'emploi, un accident, un divorce... et l'enfant peut en payer les conséquences. Charlotte Legrand a interrogé Sarah, maman du petite Tiago, hébergée d'urgence dans une maison d'accueil, financée par Viva for Life, après avoir été chassée de chez son ex-compagnon.

Une séparation peut conduire à une véritable descente aux enfers, notamment après un accouchement et qu'il faut trouver refuge quelque part, avec son bébé, en pleine crise sanitaire.

C'est dans ce contexte que Charlotte Legrand a rencontré Sarah et son petit Tiago, hébergés au '26', une association dans le centre de Charleroi, qui propose des hébergements d’urgence. Cette maison d’accueil financée par Viva for life permet en effet à des mamans avec leurs jeunes enfants d’être hébergés en toute sécurité quand ils connaissent un moment de crise.​​​

Accueillie dans une maison d'accueil après avoir été chassée de chez elle

Sarah raconte pourquoi elle a fait appel à cette association. "Mon ex m'a mise dehors avec mon petit en pleine nuit. Je suis donc arrivée au 26 à 4 heures au matin. Ils m'ont accueilli et m'ont dit ensuite qu'ils me gardaient le lendemain" relate-t-elle. Tiago n'avait alors mêmes pas 3 mois...


► À lire aussi : Témoignage Viva for Life : "Y a pas de fête chez nous, jamais !"


Sarah avait pensé trouver refuge chez des amis mais avec son petit, ils auraient refusé assure-t-elle.

Je me sentais seule et je ne voulais pas être à la rue avec un bébé donc j'ai sonné ici. J'ai eu peur que l'on me place le petit ce serait le pire.

Aujourd'hui, Sarah a encore des contacts avec le père de Tiago, mais ce dernier ne reconnaît pas l'enfant.

1 images
© Nick Daly / Getty Images/Cultura RF

Rester positif et espérer un avenir meilleur

Certaines mamans négligent leur propre santé pour garantir celle de leur enfant. Sarah aussi a en plus dû composer avec les soucis de santé de son fils. "On a fait tous les examens qu'il fallait. Il est asthmatique, il est sur traitement : des jours cela va des jours cela va moins bien, mais il faut être positif" déclare-t-elle.

Sarah et Tiago ont maintenant besoin de retrouver un lieu chauffé et sans humidité pour eux. En attendant, ils restent hébergés dans cette maison d'accueil de Charleroi. "Au moins ici on paie ce que l'on doit payer et on est sûr d'avoir à manger tous les jours" estime-t-elle même s'il lui manque l'intimité propice avec son enfant, devant vivre en collectivité dans ce genre d'établissement.


► À lire aussi : Caroline "survit" grâce aux colis alimentaires : " Ça m’arrivait de faire les poubelles quand le petit dormait"


La maman de Tiago espère un avenir plus radieux pour elle et son fils : "J'espère que le SAJ acceptera que je trouve un appartement, pour enfin me stabiliser et avoir un appartement avec lui et que financièrement cela aille mieux que la situation actuelle".

Cette année a été particulièrement difficile pour de nombreuses familles… Les associations constatent chaque jour une augmentation du nombre de familles et d’enfants vivant dans la pauvreté. Ce n’est pas le moment de les laisser tomber !

Je fais un don
Newsletter Viva for Life

Le temps de l’opération, suivez nos animateurs dans le cube de Viva for Life et soyez informé des défis réalisés.

OK