Viva for Life

Plus d'infos

Sophie : "On a dû expliquer à notre fils qu'il n'y aurait pas de Saint-Nicolas"

Sophie : "Cette année, on a dû expliquer à notre fils qu'il n'y aurait pas de Saint-Nicolas"
Sophie : "Cette année, on a dû expliquer à notre fils qu'il n'y aurait pas de Saint-Nicolas" - © Tous droits réservés

C'est un témoignage fort qu'a présenté Sylvie Honoré à Adrien Devyver ce vendredi après-midi à l'antenne de Viva for Life. Adrien et Sylvie étaient tous deux émus à l'écoute de la déclaration de Sophie.

Le mari de Sophie est atteint de mucoviscidose. Le couple a deux enfants : un ado de 13 ans et un petit garçon de 7 ans. Ils doivent donc vivre à quatre sur le seul salaire de Sophie. Elle a détaillé sa situation au micro de Sarah Devaux.

"J'aimerais ne pas devoir dire non à mes enfants tout le temps"

Sophie s'est confiée sur sa situation financière et sur sa vie de famille. La maladie de son mari a été diagnostiquée depuis quatre ans, ce qui le rend inapte au travail.

"Par conséquent, on n'a que mon salaire pour vivre tous les quatre à la maison, sachant qu'il y a le crédit de la voiture, le loyer. On a donc restreint toutes les sorties. On ne sort plus à part pour aller au parc" raconte-t-elle.

Même les fêtes ne peuvent pas être passées normalement pour les enfants :

Cette année, on a dû expliquer à notre petit qu'il n'y aurait que Père Noël et pas Saint-Nicolas parce qu'on ne peut clairement pas faire les deux. Cela fait mal au cœur. C'est difficile de dire ça à un petit garçon de 7 ans.

Elle ajoute : "J'aimerais pouvoir offrir ce que les enfants veulent. (...) J'aimerais ne pas devoir leur dire non tout le temps, ne pas devoir regarder aux dépenses tout le temps, ne pas devoir regarder mon compte en me disant "je n'arriverai pas à finir le mois". Là j'aimerais leur offrir un Noël comme ils le rêvent et parler juste comme je le peux".

La pauvreté, c'est aussi la précarité sociale

Les risques de pauvreté augmentent pour les enfants quand certains membres du ménage souffrent de problèmes de santé chroniques. Au-delà de la pauvreté monétaire, on constate une réelle précarité sociale. Quand on n'a pas d'argent, on ne sort pas, on ne voit personne. La pauvreté isole véritablement.

D'ailleurs, 1 enfant sur 5 à Bruxelles n'a pas accès à un loisir : sport, sorties,… Viva for Life finance des associations qui permettent de briser cet isolement. Vous aussi, vous êtes les acteurs du changement ! Faites un don sur www.vivaforlife.be 

Newsletter Viva for Life

Le temps de l’opération, suivez nos animateurs dans le cube de Viva for Life et soyez informé des défis réalisés.

OK
Le 8-9
en direct

La Une

Le 8-9