Viva for Life

Plus d'infos

Sara, Ophélie et Adrien en interview pour GAEL avant Viva For Life

Interview magazine GAEL
3 images
Interview magazine GAEL - © Laetizia Bazzoni

Viva for Life c'est déjà dans moins d'un mois ! Sara De Paduwa, Ophélie Fontana et Adrien Devyver se sont confiés au magazine GAEL avant de relever une nouvelle fois le défi du Cube pour venir en aide aux enfants vivant sous le seuil de pauvreté.

Après six éditions, plus de 19 millions d'euros de dons récoltés et 473 projets soutenus par Viva For Life pour la petite enfance et la pauvreté, plus que jamais, l'urgence reste !

Sara, Ophélie et Adrien se mobilisent à nouveau pour relever des défis et agir sur les conséquences de la pauvreté chez les enfants.

Le magazine GAEL a rencontré les trois animateurs de la RTBF pour recueillir leur état d'esprit avant cette septième édition qui se tiendra cette année du 17 au 23 décembre à Tournai. Voici un petit condensé de cette interview.

Des animateurs toujours à fond

Si on en arrive déjà à la septième édition de Viva for Life, il s'agit de la deuxième édition où l'on retrouvera conjointement Ophélie Fontana, Sara de Paduwa et Adrien Devyver. Les animateurs démarrent donc avec une petite expérience commune du Cube. 

"Une belle osmose. On est très différents, mais très complémentaires" lance Ophélie.

Adrien ajoute : "C'est une expérience unique. On a l'impression que le temps s'arrête. Autour du cube sur la place de Nivelles l'année passée, il s'est passé quelque chose, un peu comme dans un dessin animé, avec des ondes totalement bienveillantes qui circulaient… ".

L'envie de mener à bien leur mission reste donc intacte, notamment pour Adrien qui entame officiellement sa deuxième année dans l'opération : "même si c'est ma deuxième année officielle, je me suis investi dans l’opération dès la première édition, parce que je m'occupais de la quotidienne en télé. Au niveau personnel, j’ai toujours été très impacté par les opérations de solidarité. Déjà quand j'étais tout petit, mes parents travaillaient dans le secteur social. Ça a toujours été un peu une marque de fabrique, une empreinte quasi génétique".

Sara est quand à elle présente depuis le début mais reste gonflée à bloc : 

après 7 ans, la motivation est toujours là à 100 %, voire à 300 %, parce que la problématique est encore bien réelle. Une fois qu'on y a goûté, qu'on se rend compte qu'on peut apporter un petit quelque chose, ça devient presque addictif.

De fait, si Viva for Life se poursuit, c'est qu'il y a encore un cycle de la pauvreté à combler. "La vraie réussite, ce sera quand on n'aura plus besoin d'exister, mais malheureusement, on est loin du compte ; donc il y a toujours ce besoin de s'y remettre pour apporter notre soutien" assure Ophélie.

 

"La pauvreté, ça peut nous arriver à tous"

Si en apparence on pourrait penser qu'il n'y a pas de problèmes, les trois animateurs assurent qu'il y a encore un vide à combler, notamment en terme d'information sur le sujet.

"On a un travail à faire là-dessus, il y a une prise de conscience hyper importante à avoir. Ensuite, il faut voir comment la transmettre. C’est ce qui m'a paru le plus difficile, de parvenir à mettre des mots pour conscientiser les gens" explique Adrien.

Sara poursuit : "c'est paradoxal. On est dans un monde de surconsommation, mais la pauvreté touche de plus en plus la classe moyenne. Il y a un énorme contraste entre ceux qui surconsomment d'un côté et ceux qui ont de plus en plus de difficultés financières".

Ophélie renchérit :

la plupart des personnes savent que cette précarité existe, mais elles ne réalisent pas à quel point c’est grave.

Elle précise : "on a l'occasion de rencontrer des gens, d'aller sur le terrain, et là, on voit que certains ont même du mal à remplir la boîte à tartines de leurs enfants, au point de ne pas les envoyer à l'école, par honte. La pauvreté, ce n'est pas juste les gens qui font la manche dans la rue. Ça peut nous arriver à tous".

Leur job d'animateur est donc toujours d'actualité pour prolonger une telle action, mais aussi de journaliste pour informer sur de telles difficultés que les enfants peuvent connaître comme l'avance l'animateur du Grand Cactus : "c'est un objectif que je me donne souvent de manière individuelle, d'aller chercher les gens qui ne sont pas spécialement à l'écoute des problématiques, qui sont peut-être plus privilégiés. Ceux qui n'ont qu'une seule chose à laquelle penser : aller dormir vite pour retourner bosser le lendemain". Il détaille :

notre job à nous, c'est aussi de faire écouter ces gens-là, de leur dire de s'arrêter 5 minutes, d’oublier leurs petits tracas et d'ouvrir les yeux sur autre chose.

144 heures de direct

Jour et nuit, enchaînant chacun des shifts à l'antenne de quatre heures, Adrien Devyver, Sara De Paduwa et Ophélie Fontana se relaieront pour vous faire vivre Viva for Life en direct pendant 144 heures d'affilée et faire grimper le compteur des dons.

Parmi les artistes, on retrouvera notamment Loïc Nottet, Clara Luciani ou encore Black M.

Vous découvrirez également plein de nouveautés cette année ! Viva for Life, c'est tous les jours du 17 au 23 décembre en direct sur Vivacité et aussi sur la Une le matin et pour la quotidienne !

Retrouvez également l'entièreté de l'interview dans GAEL.

Newsletter Viva for Life

Le temps de l’opération, suivez nos animateurs dans le cube de Viva for Life et soyez informé des défis réalisés.

OK