Viva For Life

Plus d'infos

Jean-Pierre : "Nous les parents, on a l'habitude de manger un repas par jour"

Jean-Pierre: "Nous les parents, on a l'habitude de manger un repas par jour"
2 images
Jean-Pierre: "Nous les parents, on a l'habitude de manger un repas par jour" - © Tous droits réservés

Les jours de distribution de colis alimentaire, il est là dès 7h du matin. " Pour être sûr d'en avoir un ! " Chez Jean-Pierre, il faut vivre à 5 avec pour seuls revenus " la mutuelle ", et les allocations. Un défi au quotidien.

" Ce qui m'a fait plonger, ce sont des problèmes de santé ", nous explique Jean-Pierre. " Des problèmes de dos, graves. Pourtant, j'adorais mon travail, dans une grosse entreprise de travaux routiers ". Il en a toujours été fier, et porte d'ailleurs encore aujourd'hui d'anciens vêtements de travail. " Voyez le sigle, c'est connu hein ! Ils étaient contents de moi, vous savez ! J'aurais préféré continuer. Mais alors c'est la chaise roulante, qui m'attend, d'ici quelques années."

Est-ce que j'ai le choix ? 

Quand il a pris conscience de ce qu'il allait toucher, désormais, il est tombé de haut. " La première année,t’as presque rien, t’as 50% de ton salaire. Les gens ne s’imaginent pas...et personne n’est à l’abri !!! Tu vas chez le médecin, radio du dos, et paf ! Tu tombes vraiment bas ! Tu tombes sur la mutuelle. Tu vas au CPAS. On te dit 'avec ce que vous avez, vous avez assez'. Je leur ai répondu qu'après avoir payé mon loyer, mes charges il ne me restait plus rien, il fallait quand même nourrir ma femme et mes enfants. Je leur ai dis ''qu’est-ce que je fais, ma femme et les enfants, je les tue ? Alors j’ai dû fournir des preuves de tout ce que je payais et j’ai eu un complément. Sans ça, ils ne m'aidaient pas ". Dès qu'il touche les allocations, la mutuelle, Jean-Pierre paie ses factures. " J’ai même pas de crédit, c’est juste les factures du mois ! C’est la première chose que je fais. Loyer, électricité, l’eau…et avec ce qui reste on se débrouille. Ma femme n'a droit à rien du tout ".

 

Comment fait-on?

" Ah ben...comme tous ceux qui sont ici... Tous les mois je viens chercher un colis. Aujourd'hui, c'est le colis d'urgence. Et il tombe bien, parce que fin du mois, c'est vraiment pas évident ". A la maison, on mange souvent la même chose. " De la soupe avec des tartines. Des crêpes. On sait pas s’acheter de la viande tous les jours c’est pas possible. Ou alors c'est que le rôti était vraiment en réclame au supermarché...Le poisson, j’ai un copain qui va pêcher à la truite, j’ai parfois des truites gratuites. Pour l'eau, il y a une source ici en bas de la rue, ça me permet d'économiser 25 euros par mois. Et le pain, j'achète des gros sacs de 5 kilos, ce sont tous des restes qu'on peut mettre au congélateur. Faut trouver des solutions, y'a pas d'avance ! Les enfants doivent quand même manger ! " D'abord les enfants, ensuite...on voit si les parents peuvent remplir leur assiette. " Et quand y'a pas, on se prive, c'est comme ça. Moi, y’a des fois, c'est un repas par jour".

Jean-Pierre sait qu'il est loin d'être le seul dans la situation...

" Y'a pas que moi qui ai faim, tout le monde a faim. Et dès que je vois quelqu'un dans les difficultés, je lui parle de ces colis alimentaires ! Je ne veux pas garder ça pour moi, il faut s'entraider. Ca dépanne bien, mine de rien...Et il y a tellement de gens pauvres en Wallonie ! Je ne comprends pas qu'en 2017 on en soit encore là ".

Pour que les enfants soient en sécurité, on a dû se priver encore plus.

Ce mois-ci, le budget est encore un peu plus serré que d'habitude. " A cause des pneus ! Il faut les changer ". La voiture représente beaucoup de frais pour la famille, mais ils ne pourraient pas s'en passer. " Je suis invalide. Impossible d'imaginer aller faire les courses, et revenir avec les courses à la main, les packs de lait etc. Une voiture, à l'heure actuelle, c'est indispensable ! Sauf si t'habites en plein centre ville. Mais ici ce n'est pas un luxe. On vient de m’apprendre que les pneus étaient usés, c'est la priorité du mois. Pour que les enfants soient en sécurité, on a dû se priver encore plus. Faire ceinture pendant un mois pour acheter des pneus. Et pour la taxe de voiture, je paye 50 euros par mois, je fais mon possible. Je ne sais pas faire plus ".

 

Newsletter Viva For Life

Le temps de l’opération, suivez nos animateurs dans le cube de Viva For Life et soyez informé des défis réalisés.

OK