Viva for Life

Plus d'infos

Franck Dubosc à Viva for Life : "1 enfant sur 4 dans la pauvreté, c'est énorme pour un pays développé"

Franck Dubosc était invité à distance pour soutenir Viva for Life. L'humoriste et comédien français avait pourtant moins le sourire que d'habitude, consterné par les chiffres de la pauvreté infantile en Fédération Wallonie-Bruxelles.

De nombreux chanteurs et musiciens de renom se mobilisent pour Viva for Life avec des prestations inédites. Ils ne sont pas les seuls artistes à faire entendre leur voix car de nombreux comédiens et humoristes viennent également donner le sourire à nos trois animateurs comme Renaud Rutten ou délivrent un message fort par rapport à l'opération de solidarité comme Michel Boujenah

S'il a d'abord profité de cette interview pour s'amuser du confinement avec sa femme et ses enfants, Franck Dubosc, à la réalisation d'un second film, intitulé Rumba Therapy et prévu en salles pour 2022, s'est ensuite montré très interpellé par les chiffres illustrant la précarité infantile dans le plat pays.

La pauvreté dans un pays pourtant "développé"

Quand Adrien Devyver lui a annoncé les chiffres indiquant qu'un enfant sur trois à Bruxelles, capitale de l'Europe, et un sur quatre en Wallonie vit encore dans la pauvreté, Franck Dubosc est resté abasourdi : "Très franchement je trouve ce chiffre énorme surtout dans un pays comme la Belgique qui n'est pas en voie de développement. C'est terrible".

Bien connu en francophonie, l'humoriste et comédien estime que les artistes jouent un grand rôle dans le soutien à des œuvres caritatives comme Viva for Life. "Si en tant qu'artiste doit servir un peu à quelque chose, surtout en ce moment où on n'est plus sur scène, c'est avec cette position médiatique, que les gens qui nous regardent nous aiment ou pas, qui nous permet de leur dire : 'Aidez les autres'. Je le dis à chaque fois et je le fais pour beaucoup d'opérations, souvent pour les enfants parce qu'on est souvent plus ému par eux alors qu'il y a aussi les grands qui sont souvent dans le besoin : quand on donne, que l'on aide, on se sent bien soi-même. Soyons égoïstes et donnons" lance la figure emblématique de Camping.

D'ailleurs, pour les plus réticents, Franck Dubosc a un message, similaire à celui de Joseph, cet homme dont l'incroyable don à Viva for Life a bouleversé Sara De Paduwa : "Tant mieux si cela fait du bien aux autres et si cela peut nous faire du bien à nous faisons-le, c'est une raison de plus pour le faire et aider. Quand les enfants sont en précarité, c'est que les parents le sont aussi. Un enfant sur trois à Bruxelles dans la pauvreté dit-on... mais cela veut dire combien de parents ? Car il y en a deux, s'ils ont la chance de les avoir".

Tourner un film en pleine crise sanitaire

Franck Dubosc a même promis d'effectuer lui-même un don à Viva for Life. L'acteur et réalisateur français est même déjà impliqué dans la pauvreté infantile dans sa municipalité. En période de fêtes, il demande à ses enfants de prendre les jouets qu'ils n'utilisent plus et de les donner à sa mairie pour les enfants plus défavorisés.

Il constate également l'impact de la crise sanitaire, sur son travail, mais surtout sur la pauvreté. Pour le film Rumba Therapy, l'équipe de tournage portait le masque et a effectué de nombreux tests avant chaque scène. "J'ai eu l'impression de tourner un film comme quand on court et que les bombes tombent derrière" se rappelle-t-il. Ainsi, lorsqu'ils ont eu fini de tourner une partie du film à Prague, le lendemain, la ville était confinée. Le film promet de nombreux moments d'humour et de poésie, hors de question pour Franck de mentionner la crise actuelle. "Je ne voulais surtout pas faire un film qui sente cette crise sanitaire pour laquelle on a hâte qu'elle s'en aille".

À ce propos, les familles et les enfants dans la précarité ont vu leur situation financière difficile s'accroître. "(Pour elles), il y a un degré d'acceptation de la situation (de pauvreté) qui est encore plus difficile à penser que cette pandémie" lance-t-il. Cette déclaration est d'autant plus véridique selon les estimations de la Fondation Roi Baudouin : près des 2/3 des associations interrogées par elle indiquent que les personnes dans la pauvreté sont confrontées à une aggravation des problèmes depuis la crise du covid.

Je fais un don
Newsletter Viva for Life

Le temps de l’opération, suivez nos animateurs dans le cube de Viva for Life et soyez informé des défis réalisés.

OK