Viva for Life

Plus d'infos

Candy : "Je dois permettre à mon enfant d'avoir de la nourriture normale, d'être langé, d'être propre"

Fabrice Gérard a rencontré Candy et Sébastien, parents d'un bébé de 7 mois qui bénéficient de l'aide de l'association Le Petit Vélo Jaune. Ils nous évoquent leur volonté de faire appel à cet établissement qui crée du lien social et sort de l'isolement des familles précarisées.

Pour les familles qui ont peu de moyen, la période que nous vivons avec le coronavirus renforce encore les difficultés. Perte de travail, solitude, pour essayer de garder le lien l’association bruxelloise Le Petit Vélo Jaune prend en charge 60 familles avec enfant(s) de moins de 3 ans. C’est le cas de Candy et Sébastien.

Ils sont ensemble depuis 18 ans. Mariés depuis deux ans, ils sont les heureux parents de Matthew et comptent bien donner la meilleure vie possible à leur enfant.

Une association qui aide les familles à sortir de l'isolement

"J'ai une mère qui ne s'est pas bien occupée de moi, j'étais dans les homes à cause d'elle. C'est important maintenant que je puisse être une bonne mère, pas être quelqu'un qui abandonne trop vite, pour être là pour lui" confie Candy.

Même son de cloche du côté du père de Matthew, Sébastien est prêt à tout pour donner la meilleure vie possible à son fils : "Je veux qu'il ait tout, même si je dois me sacrifier en nourriture ou quoi pour lui je le ferai. Même si je dois vendre des objets".

C'est pourquoi Sébastien a pris contact avec Le Petit Vélo Jaune, association soutenue par Viva for Life. En effet, celle-ci a pour but de sortir les familles les plus fragiles de l'isolement et les responsabiliser dans leur rôle de parent. Cet objectif est encore plus actuel "en ce moment avec la crise sanitaire" confirme Colombe Courtier, coordinatrice de l'établissement.

1 images
© Tatyana Tomsickova Photography / Getty Images

Donner des besoins primaires à l'enfant

Chaque semaine, Candy et Sébastien reçoivent alors la visite de Nathalie, bénévole de l'association. Elle les conseille notamment sur leur recherche d'emploi, les soutient pour diverses tâches quotidiennes et leur apporte de la compagnie, une compagnie dont a vraiment besoin le couple.

"Quand j'ai accouché j'avais à un moment donné très dur parce que je n'avais pas vu beaucoup ma famille. Il fallait que je crie à l'aide et j'ai dit ok (quand Sébastien s'est adressé à l'association)" dévoile la maman de Matthew. "Il fallait que je m'en sorte et mon bébé tout ce dont il a besoin c'est que je puisse l'aimer de tout mon cœur, c'est le plus important".

Chaque mois, Candy bénéficie de quelques centaines d'euros de sa mutuelle et son mari travaille en intérim dans une société de nettoyage. Ce n'est évidemment pas encore assez pour les sortir de la pauvreté et pour rompre ce cycle parfois interminable.

Le sourire d'un enfant n'a pas de prix et pour moi je dois lui permettre d'avoir ce qu'il a besoin : de nourriture normale, d'être langé, d'être propre. C'est important à mes yeux.

Alors soutenons Candy et Sébastien et de nombreuses autres familles car en 2019 1 enfant sur 4 vivait dans la pauvreté en Fédération Wallonie-Bruxelles... et la crise de 2020 n'a rien arrangé.

Je fais un don
Newsletter Viva for Life

Le temps de l’opération, suivez nos animateurs dans le cube de Viva for Life et soyez informé des défis réalisés.

OK