Un air de vacances

Plus d'infos

Les conseils pour installer une piscine dans son jardin

Vu que nous sommes nombreux à rester en Belgique pour ces vacances d’été, pourquoi ne pas installer une piscine dans son jardin ? Et pour ce faire, voici les bons conseils d’Aurore Salsano.

Qu’il pleuve ou qu’il y ait du soleil, dites-vous que c’est un investissement, et il peut être de taille parce qu’entre une piscine gonflable à quelques dizaines d’euros et la piscine à débordement digne d’un hôtel 5 étoiles, il y a une fameuse marge.

Les différents modèles de piscines provisoires

Commençons par le moins cher pour ne pas se décourager. Il y a d’abord la bonne vieille piscine gonflable. Elle ne coûte pas grand-chose, de 15 euros à une centaine d’euros si vous voulez des petits toboggans intégrés, le souci, c’est qu’il faut la gonfler et que souvent, elle ne tient pas le coup très longtemps.

On évite le problème du gonflage long et fastidieux avec deux modèles différents :

Soit la piscine avec des parois dures qui forment un polygone, ça se replie et ça tient dans un sac, c’est plutôt pour les petits, ça fait 1m20 de diamètre. Il en existe par exemple à 20 euros dans un célèbre magasin de sport.

Le deuxième modèle, c’est la piscine autoportante où il faut seulement gonfler le boudin qui supporte la structure. Comptez entre 80 et 600 euros en fonction de la dimension, certaines atteignent jusqu’à 6 mètres de long donc c’est déjà plus pour toute la famille là.

Dans quel genre de piscine investir alors ?

Là encore, on est dans le provisoire, ce sont des modèles à rentrer une fois l’automne arrivé. Pour ceux qui veulent du plus costaud, il y a d’autres solutions. Il y a les piscines solides, en kit, à poser sur le sol principalement, même si certaines peuvent aussi être semi-enterrées, et qui peuvent, elles, rester toute l’année au jardin. 

On parle de piscines tubulaires, avec des tubes qui s’emboîtent pour créer l’ossature extérieure, qui soutient une bâche ou des panneaux, rien à gonfler, mais un peu de montage donc.

Il y a des petits modèles façon pataugeoire à 30 euros et ça va jusque 1.500 euros pour une 10 m sur 5, avec structure métallique et une sorte de bâche très solide en polyester, et jusqu’à 8.000 euros, pour un modèle avec des panneaux en bois ou en acier pour des dimensions jusqu’à quasiment 5m sur dix. Et vous êtes tranquille quelques années.

Bon à savoir

Attention, en Wallonie, si votre piscine est semi-enterrée, même si elle n’est pas "en dur", il faut un permis d’urbanisme si

  • elle est visible de la voie publique
  • elle fait plus de 75m²
  • elle est à moins de 3m des limites de votre terrain.

Une seule de ces conditions suffit pour devoir demander un permis, il met à peu près 30 jours à être délivré.

Et puis il y a les piscines en dur…

Bon là, c’est du vrai permanent, en dur dans le sol, attention, pour celles-là il faut un permis pour les mêmes conditions en Wallonie, donc plus de 75m², si elles sont visibles depuis la rue et à la limite de la propriété du voisin.

A Bruxelles aussi votre piscine nécessite un permis si elle fait plus de 20m², c’est encore plus restrictif.

Il y a d’autres subtilités, votre commune devrait pouvoir vous renseigner, attention si vous êtes en zone inondable par exemple, là en principe vous ne pouvez pas toucher aux terres, donc pas de piscine.

Quels choix s’offrent à nous ?

Pour ce type de piscine, en dur, vous aurez l’embarras du choix. Il y a par exemple la piscine coque en polyester. Solide, étanche et durable, c’est chouette. Ce qui l’est moins, c’est pour la place qu’il faut pour la transporter, surtout si vous avez choisi de belles dimensions, un transport, qui donc se répercutera sur le coût. La coque devra être placée par un professionnel qui l’enduira notamment d’une couche protectrice, opération à renouveler tous les dix ans. Pour un petit modèle style 6m de long, tout compris avec le placement et le déblaiement des terres (et oui ça aussi c’est à compter dans le budget), il vous faudra débourser plus ou moins 15.000 euros.

Pour finir, il y a aussi les piscines maçonnées, mais là il faut nettement plus de temps pour les installer, attendre que le béton sèche, mettre une finition, peinture résine ou carrelage. Ça vous coûtera aussi 15.000 euros minimum, et là, ça peut aller jusqu’où votre imaginaire vous porte avec des piscines plein luxe à 50.000 euros.

Les conseils en ce qui concerne l’eau

Enfin n’oubliez pas de vérifier le PH de l’eau de votre piscine, indispensable pour une eau saine et claire. C’est valable aussi pour les petites piscines gonflables ou autoportantes on l’oublie souvent. Il existe des kits dans le commerce qui vous aideront à mesurer ce PH et à le rétablir à l’aide de différents produits. Attention, ils sont assez corrosifs lorsqu’on les manipule.

Et dernier conseil, dans votre budget, une chose qu’on oublie parfois, c’est de compter le prix de l’eau !

Newsletter Vivacité

Recevez chaque vendredi matin les événements, concours et l’actu Vivacité.

OK