Super Nanas

Tous les samedis de 13:00 à 15:00 sur Vivacité

Plus d'infos

Personnalités françaises accusées de viols et d'incestes… La justice est en route, mais les procès se font sur les réseaux et dans la presse

Il ne se passe pas un jour en France depuis le début d’année, sans une nouvelle plainte, un nouveau scandale, de nouvelles indignations. La justice est en route, mais les procès se font sur les réseaux et dans la presse. Quelles sont les limites ? 

Les accusations de viols sur mineurs visant l’artiste plasticien Claude Lévêque, révélées au mois de janvier, mais aussi l’affaire impliquant l’acteur Richard Berry, accusé d’inceste par sa fille aînée, Coline Berry-Rojtman dans les années 83-85 , et, plus récemment encore, la plainte déposée par l’autrice Florence Porcel contre Patrick Poivre d’Arvor, ancien présentateur du Journal de 20 heures sur TF1, qu’elle accuse de viol. Florence Porcel raconte son histoire dans le roman Pandorini. Un ouvrage publié le même jour que La Familia Grande de Camille Kouchner,  dans lequel le politologue Olivier Duhamel est accusé d’inceste. Ce dernier livre  s’est vendu à plus de 300 000 exemplaires 

Le 23 février dernier, l’acteur français Gérard Depardieu avait été mis en examen pour viols et agressions sexuelles. La liste est longue et ne fait que s'agrandir. Il s'agit d'un véritable phénomène de société. La parole se libère et c'est tant mieux ! Mais aujourd'hui, nous pouvons nous demander quel rôle les médias doivent-ils vraiment jouer dans ces affaires ? Quel impact les réseaux sociaux ont-ils ? Sur ces derniers, les témoignages d'anonymes affluent sur le modèle du mouvement #Metoo. Des étudiantes se disant victimes ou témoins de comportements et violences sexistes. 

 Pour nos Super Nanas, c'est effectivement important de parler mais comme le pense Fanny Jandrain; "dans tous les cas, ça fait du mal aux deux partis. Même si la personne en question est jugée non coupable, le mal est fait. On en parle tellement que les gens se sont fait une opinion". "Il y a trop de détails que la presse à scandale s'empresse partager" nous dit Ophélie Fontana avant d'ajouter ; "le problème c'est que tout le monde parle de ces affaires médiatiques mais il y a toutes les autres dont on parle beaucoup moins."

"Il y a du bon dans ces dénonciations mais tout est une affaire de dosage" Ophélie Fontana

Sara De Paduwa partage l'avis de ses comparses et se pose une question; "ne faut-il pas donner ces détails pour justement faire réagir et faire en sorte que ça s'arrête ?

Fanny Jandrain : Regardez Coline Berry, tout ce qu'elle a reçu par la suite comme critiques. Ca doit être très difficile.  

Ophelie Fontana : Oui et je pense, que même elle n'avait pas mesuré l'ampleur de la chose. 

Laure Fornier : Moi je pense, que ces personnes sont des personnalités publics et ce n'est pas un secret pour elle. Elles devront partager les meilleurs comme les pires moments. Elles ont fait un choix. 

Ophélie Fontana : Oui la question est vraiment; jusqu'où faut-il aller dans le partage d'informations ? 

Fanny Jandrain : Honnêtement, il m'arriverait quelque chose aujourd'hui. N'importe quoi. En tant que personnalité, j'aurais peur d'aller porter plainte à a cause de la presse. 

 

Rendez-vous chaque samedi dès 14h sur VivaCité avec nos "Super Nanas" Ophélie Fontana, Sara De Paduwa, Fanny Jandrain et Laure Fornier.

Réécoutez l’extrait ici !

Newsletter Vivacité

Recevez chaque vendredi matin les événements, concours et l’actu Vivacité.

OK