Super Nanas

Tous les samedis de 13:00 à 15:00 sur Vivacité

Plus d'infos

La méditation peut-elle aider mon enfant ?

Vous connaissez certainement la méditation en groupe, mais connaissez-vous la méditation solo avec pour outils votre smartphone ? Ophélie Fontana vous parle de ses applications. Sont-elles bénéfiques pour nos enfants ? 

La méditation n'est pas un médicament elle permet de prévenir plutôt que de guérir : faire de la prévention du burn-out, de la dépression. En Europe, l'application la plus célèbre s'appelle Petit Bambou. Il s'agit d'une application de méditation de pleine conscience. Elle propose des séances de méditations guidées ou libres, de courts dessins animés, ainsi que de nombreuses ambiances sonores.

Depuis peu, elle propose un programme spécial destiné aux enfants de 4 à 7 ans. 

Quels effets la médiation peut avoir sur nos enfants ? Ophélie Fontana et les Super Nanas ont posé la question à Ilios Kotsou, Docteur en psychologie.

2 images
© Tous droits réservés

 A lire aussi : Avec la crise, les Européens se sont mis à la méditation pour chasser le stress


Le programme, disponible dès aujourd’hui, s'articule autour de 12 séances, relatant un voyage par une histoire animée (en vidéo) et un exercice de méditation sous la forme d'une aventure (séance audio). Ces histoires ludiques et accessibles que les enfants découvrent avec leurs parents proposent des exercices d'initiation progressive à la méditation. Elles sont adaptées à leur âge, brèves (entre 4 et 7 minutes), avec des termes bien choisis et des animations pédagogiques ou amusantes, explique l’entreprise. Chaque récit interprété en dessin animé est également accompagné d'un message de sagesse.

Ophélie Fontana : Pouvons-nous réellement amener des enfants de 4 ans à méditer sur eux-mêmes ? 

Ilios Kotsou : Oui bien évidemment. La méditation de pleine conscience est un entrainement et le bien-être est une compétence. A 4 ans, avec une application, ce n'est pas vraiment ce que je conseillerai. Un enfant de 4 ans a peut-être besoin d'être accompagné par un enseignant ou par un parent. On peut mettre un petit caillou sur le ventre de l'enfant et très rapidement il va sentir ce petit caillou monter et descendre avec sa respiration. Il va apprendre à s'apaiser. Plus l'enfant est petit, plus l'apprentissage passera par du concret et par des jeux. L'enthousiasme et la curiosité sont les deux grandes émotions de l'apprentissage. 

Ophélie Fontana : Disons que vous êtes favorable à la méditation pour les tout petits mais pas avec une application ? 

Ilios Kotsou : Je ne suis ni pour ni contre. Je pense juste que plus on est petit, plus on a besoin de choses concrètes. De manière générale, les écrans ne sont pas faits pour les petits. 

Ophélie Fontana : Si on retire la dimension "smartphone". Est-ce que tous les enfants sont capables de se mettre dans un esprit de médiation ? 

Ilios Kotsou : Pour moi, ils sont tous capables. Mais ça n'a pas vraiment d'intérêt pour des enfants en dessous de 4 ans. Pour des enfants à partir de 4 ans, l'idée n'est pas de leur apprendre à observer qu'ils ont des pensées. Il est préférable de les reconnecter aux ressources qu'ils ont déjà en eux. Apprendre à écouter ses émotions, à gérer sa respiration... Un enfant de cet âge, comprend très facilement que s'il s'occupe d'une plante dans sa maison, elle ira mieux. Il peut comprendre que les humains c'est pareil. L'amitié, par exemple, il faut en prendre soin. En grandissant, au fur et à mesure que ses connaissances se développeront, il apprendra très vite que ses pensées ne sont pas toujours des réalités, … A chaque âge, l'apprentissage sera différent.  

Sara De Paduwa : Est-ce que c'est conseillé pour un type d'enfant ? 

Ilios Kotsou : C'est difficile de dire qu'une pratique est bonne pour tout le monde. Cependant, il n'y a pas de très grand risque à essayer avec un enfant la méditation. Il faut laisser l'enfant découvrir. Pour certains, ça peut être une bonne médecine.

 Ophélie Fontana : Il y a également beaucoup d'écoles qui proposent ce genre d'activités. Est-ce que ça vous semble favorable ? 

Ilios Kotsou : Je suis très favorable. L'école est le lieu adéquat. Ils accueillent un grand nombre d'enfants de manière régulière. Le fait de pouvoir le faire à l'école va favoriser énormément de choses ; un meilleur climat d'apprentissage dans la classe, un épanouissement et le travail sur un grand nombre de compétences. Des compétences qui ne sont pas liées qu'à l'enfant lui-même (stress, anxiété, gestion des émotions,...) mais aussi au niveau du relationnel. C'est prouvé; ça amène du respect au sein d'une classe. C'est bénéfique pour les enfants mais aussi les enseignants. 

La chose la plus importante, c'est qu'il faut les parents, les encadrants ou les enseignants pratiquent eux-mêmes. Pour comprendre, mais aussi parce que les enfants apprennent par imitation. 

Réécoutez l'interview ici 

Rendez-vous chaque samedi dès 13h sur VivaCité avec nos "Super Nanas" Ophélie Fontana, Sara De Paduwa, Fanny Jandrain et Livia Dushkoff. 

Newsletter Vivacité

Recevez chaque vendredi matin les événements, concours et l’actu Vivacité.

OK