Quoi de neuf ?

Du lundi au vendredi de 16:00 à 18:00 sur Vivacité

Plus d'infos

Que se passe-t-il derrière les rushs des sapins de Noël ?

En ce moment, c’est très chaud pour les producteurs de sapins, on dit qu’ils sont en plein "rush", et pour cause, dans un peu plus d’un mois c’est Nöel…

La production de sapins prend du temps, mais, en ce moment, c’est la période de la découpe des arbres et elle ne s’arrêtera qu’au début des vacances d’hiver. Comme l’explique Jonathan Rigaux, président de l’Union ardennaise des Pépiniéristes et du Centre pilote des sapins de Noël, 3,5 millions de sapins seront ainsi prélevés en Wallonie et plus de 85% en province de Luxembourg.

Un centre de sapins de Nöel?

L’Union ardennaise des Pépiniéristes Centre pilote des sapins de Noël, est une ASBL qui a pour mission d'innover en matière d’environnement, de respect des règles, d’évolution, et même de qualité du produit. L’UAP-CPSN concentre plus de 95 % de la production wallonne, avec 61 producteurs.

Le Centre pilote des sapins de Noël a signé une convention pour utiliser moins de produits "phyto". Concrètement, l’utilisation d’engrais chimiques sera donc bannie dans les cultures. Le temps de production et de main-d'oeuvre sera logiquement plus important. De sept ans pour obtenir un sapin prêt à garnir pour les fêtes de fin d’année, ils passeront à dix ans. Par an, le Centre Pilote compte planter 30.000 sapins les trois prochaines années. D’ici là, les autres cultures wallonnes de sapins s'aligneront sur ce modèle plus responsable. 

Des nouvelles tendances sur le marché

Le Nordmann est, depuis pas mal d’année, la tendance la plus forte, et il le restera encore cette année, mais une nouvelle demande est de plus en plus forte : “ Le Nordmann reste de toute façon le "roi" de nos forêts, en sapin de Noël, depuis une décennie." précise Jonathan Rigaux, "Cela dit, la sécheresse a amené une demande accrue dans les pots de culture ou dans les mottes. [...] Je pense que c'est lié à deux raisons. D'abord, c'est la certitude d'avoir un sapin plus frais. Mais de plus en plus, on a l'habitude de dire "couper un arbre, planter un arbre". Les gens qui achètent ce genre de sapin, ont à cœur de le replanter en forêt." 

Il y a donc une réelle volonté du consommateur de replanter son arbre après les fêtes, une activité en famille que, de plus en plus de personnes, souhaitent organiser après les fêtes, ce que saluent les pépiniéristes, comme le précise Jonathan Rigaux.

Alors, en pot ou non, il est clair que le beau sapin sera bientôt présent dans tous les foyers.

Newsletter Vivacité

Recevez chaque vendredi matin les événements, concours et l’actu Vivacité.

OK