Quoi de neuf ?

Du lundi au vendredi de 16:00 à 19:00 sur Vivacité

Plus d'infos

Michel Mosser, ce Belge qui produit du foie gras en Égypte

Michel Mosser est Belge mais il a décidé d'aller vivre en Egypte dans le but d'y produire du foie gras. Cela signifie pour lui retourner aux sources du produit puisque la technique du gavage d'oie a été inventée sur les bords du Nil il y a plus de 4500 ans comme il nous l'explique si bien : " Il y a 4500 ans voire plus, les anciens Égyptiens ont remarqué que les oies qui s'arrêtaient au bord du Nil sur le chemin de l'émigration se gavaient naturellement. Elles se remplissaient l'estomac, le jabot et la gorge de nourriture pour faire du stock de gras et se préparer aux grandes migrations qui les font voler très loin et à très haute altitude. Les Égyptiens se sont alors rendus compte que la chair était beaucoup plus savoureuse et le foie de l'oie particulièrement gros et ils se sont dits qu'ils allaient donc les gaver eux-mêmes."

Michel Mosser a pris la décision de partir produire du foie gras en Egypte car d'après lui : "ça n'aurait pas été possible de le faire en Belgique, les conditions ne sont pas les mêmes et la concurrence est rude car il y a déjà une douzaine de producteurs en Wallonie. Bref, la météo, la qualité de vie et le fait que je sois le seul à faire ça dans le pays aident forcément."

Et il faut dire que notre compatriote ne s'est pas trompé de destination : "C'est un business qui marche bien! Là, on est encore en pleine haute saison, on est entre Noël et Nouvel donc on livre au Caire et on va faire la quatrième livraison du mois alors que généralement, on ne fait qu'une livraison par mois... Donc oui, ça marche très très bien, c'est génial!"

Cependant, Michel Mosser compte garder son précieux produit en Égypte et ne pas élargir sa production à l'exportation vers l'Europe comme il le souligne : "L’objectif n'est pas du tout d’exporter vers l’Europe mais de répondre aux demandes du marché égyptien et d’approvisionner le Caire principalement et les hôtels de luxe à Luxor, la mer rouge etc. Et même, peut-être à terme les pays du golfe car ça peut être intéressant pour eux d'avoir un produit de luxe fabriqué dans un pays arabe. Mais vers l’Europe, ça n'a pas d'intérêt je pense."

Enfin s'il devait citer une chose qui lui manque le plus chez nous, le producteur belge nous surprend peu : "Le fromage, les charcuteries et le vin me manquent... Mais heureusement, j'ai des amis qui m'en envoient et je rentre chaque été pour faire le plein!"

 

  

Newsletter Vivacité

Recevez chaque vendredi matin les événements, concours et l’actu Vivacité.

OK