Quoi de neuf ?

Du lundi au vendredi de 16:00 à 18:00 sur Vivacité

Plus d'infos

Le « doomscrolling » ou la consommation compulsive des réseaux sociaux

Ce mot-valise se compose de " Doom ", (la mort, la chute) et de " Scrolling " (faire défiler). C’est l’habitude de consulter à l’infini le fil d’actualité des réseaux sociaux.

Une obsession de l’information sur les réseaux sociaux.

Cette tendance, née sur Twitter en 2018, s’est amplifiée avec les nombreuses informations négatives apparues en 2020 : Morts du Covid, violences policières, attentats, conflits géopolitiques, populisme, réchauffement climatique…

Pour survivre à des périodes stressantes, notre cerveau se tourne vers les médias, et tente de trouver du sens à notre monde.

Le fonctionnement des plateformes comme Facebook ou Twitter est basé sur le principe du “doomscrolling” : l’utilisateur doit faire défiler son flux le plus souvent et le plus longtemps possible. Pour y arriver, les algorithmes et l infinite scroll " vous enferment dans les mauvaises nouvelles et vous suggèrent du contenu infini en vous proposant ce qui pourrait vous intéresser. L’objectif final étant de monétiser tout cela, dans le but de le vendre aux annonceurs.

Un risque pour la santé mentale.

Selon une étude de l’Université de Copenhague, et cité par " The Independent ", 41% des utilisateurs de réseaux sociaux sondés ont déclaré être " anxieux, tristes et/ou déprimés ". Une utilisation excessive des réseaux sociaux peut en effet provoquer des problèmes psychologiques comme des crises d’angoisse et de la dépression. La recherche permanente d’informations produit également une dépendance et donc une incapacité à pouvoir se déconnecter lorsque c’est nécessaire.

Comment lutter contre le " Doomscrolling " ?

Aza Raskin, l’inventeur du " scroll infini " qui vous rend accro aux informations, est un repenti. Pour se racheter, il a confié à " Envoyé Spécial ", des astuces pour décrocher de notre soif d’informations : D’abord, interdire les notifications autres que les messages provenant d’un être humain. Ensuite, faire basculer son écran en noir et blanc parce que "sans couleurs, il est nettement moins attractif". Il conseille aussi de retirer les applis de votre écran d’accueil. Votre cerveau sera ainsi moins sollicité par les petites bulles rouges qui vous font vous dire "Tiens, j’ai une alerte !"

Vous pouvez aussi tester quelques méthodes de Digital detox. C’est tout le mal qu’on vous souhaite.

Newsletter Vivacité

Recevez chaque vendredi matin les événements, concours et l’actu Vivacité.

OK